Viticulture : Un plan d’urgence inédit en Occitanie

Les vins exquis et raffinés Pays d'Oc dégustés au domaine de Verchant, à Montpellier. Photo d'archives : MP 60

La région Occitanie a élaboré « un plan d’aide unique de 14 M€ sur dix-huit mois ». C’est la seule région en France à le proposer et ce, dès le 1er juillet. Par ailleurs, toutes les composantes de la filière y vont de leur écot. Au total, la filière sera aidée à hauteur de 34 M€.

N’était l’absence de brevage pour trinquer à cet événement « inédit », la tablée était belle et « enthousiaste », en ce vendredi, pour exposer à la presse le plan d’urgence de la région Occitanie en faveur de la filière viti-vinicole. Comme l’a dit avec solennité Miren de Lorgeril, le « jour de notre liberté retrouvée pour évoquer le vin, symbole de liberté et de vie sociale (…) La Région retrouvera son bénéfice au centuple… » La présidente du Conseil interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) a été multi-rejointe par une belle unanimité.

Le vignoble s’est transformé. Notre ambition, c’est de le faire savoir aux 180 pays où l’on boit du vin et de promouvoir nos racines et nos valeurs. »

Gérard Bertrand
DR

Représentant des metteurs en marchés, Gérard Bertrand a dit par exemple : « Nous avons pris conscience de notre force ; du fait que nous sommes le plus grand vignoble du monde. Nous avons fait des complexes par le passé. Le vignoble s’est transformé. Notre ambition, c’est de le faire savoir aux 180 pays où l’on boit du vin et de promouvoir nos racines et nos valeurs. » Et une histoire, un patrimoine qui existe « depuis 24 siècles ». « L’intérêt de ce plan d’urgence, c’est d’être un guichet unique, offensif, dynamique et positif. » Un guichet unique matérialisé par une plate-forme ad hoc où les professionnels pourront bientôt déposer leur dossier.

C’est un plan doté d’un budget de 7 M€, financés par la Région Occitanie avec un effet de levier de plus de 14 M€. »

Carole Delga

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, a présenté ce vendredi matin le plan régional de relance de la filière viticole qui connaît toutes les avanies, allant de la baisse de consommation de vin en France aux conséquences du Brexit et aux monstrueuses taxes Trump en rétorsion aux aides à Airbus. « Ce plan de relance dû au covid-19 avait commencé par un contrat de filière », a entamé Carole Delga. « C’est un plan doté d’un budget de 7 M€, financés par la Région Occitanie avec un effet de levier de plus de 14 M€. »

C’est en effet un financement collectif, a précisé la présidente Delga : « 1 € de la Région appellera 1 € apporté par les professionnels, les interco et les entreprises du secteur », ajoutant que 80 % de ce budget serait destiné « à des aides directes pour les entreprises » sur des modalités qui seront définies d’ici le mois de juillet après le vote en commission permanente en juin. « Il s’agit avec ce plan d’amplifier la contractualisation avec la filière. » L’idée c’est de « reconquérir des parts de marché en France et à l’export, par la mise en œuvre de mesures d’accompagnement nouvelles, souples et facilement mobilisables ». Elle a ajouté : « L’ensemble de la filière a su être ensemble pour donner un signal très fort et surmonter les difficultés. »

Un plan d’actions collectives à proposer

Le Canigou veille sur les vignes du Roussillon… Photo ©Jean GIRALT

Du côté de la Région, on précise que « les interprofessions proposeront d’ici le mois de juillet un plan d’actions collectives adaptées aux besoins des marchés ainsi que des actions tournées vers les habitants de la région afin de promouvoir les vins régionaux, notamment durant la période estivale. Ces actions, cofinancées par la Région à hauteur de 50%, devront s’inscrire en supplément de celles prévues dans les programmes des interprofessions et avoir un caractère collectif ou mutualisé. » Carole Delga précisant que « ces aides pourront être demandées suivant un large spectre : stockage, irrigation, innovation, etc. »

« Accélérateur d’une transition qui est à l’oeuvre »

« Cette démarche est unique en France », a précisé pour sa part le vice-président de la Région, chargé de l’agroalimentaire et de viticulture, Jean-Louis Cazaubon, répondant à « l’enthousiasme » de Denis Carretier, président de la Chambre régionale d’agriculture. Pour Christophe Bou, président de l’Interprofession des Vins du Sud-Ouest (IVSO), ce plan d’urgence est « un accélérateur d’une transition qui est à l’oeuvre, notamment sur le changement climatique ». Il a évoqué un « besoin de proximité et de grande qualité, le recours plus prononcé à l’intelligence artificielle, au numérique en vue d’une nouvelle stratégie de commercialisation de nos exploitations. »

Un plan com’ sur le modèle de celle de « Dans Ma Zone »

Photo ©Sudvinbio

Ce plan d’urgence est « complémentaire des aides nationales, structurelles, comme les exonérations fiscales », a précisé Carole Delga. En région, il sera accompagné d’une campagne de communication de 500 000 € sur le modèle de celle baptisée Dans Ma Zone, taclant avec humour la marque mondiale Amazon et qui encourageait il y a quelques mois à consommer local. Elle sera « punchy. On va être très chauvins : on dira que les Vins d’Occitanie sont les meilleurs vins du monde ! »

La profession mobilise par ailleurs 20 M€

Il est également complémentaire d’une mobilisation inédite de toutes les composantes de la filière viti-vinicole qui a pu rassembler 20 M€ supplémentaires, dont 14 de Pays d’Oc, 2 M€ du CIVL, 2 M€ également du CIVR (conseil interprofessionnel des vins du Roussillon) et autant des Vins du Sud-Ouest.

La région Occitanie est la première région viticole du monde, représentant 34 % des vins français, 380 coopératives, 274 entreprises de vinification et 59 vins AOP, 34 IGP. Le tout réalisant 1,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires (soit 20 % du produit agricole de la région) pour 1 milliards de cols exportés en 2018.

Olivier SCHLAMA

Vivre la crise avec Dis-Leur !