Sorties : Pastel, dinosaures, goëlette, campings… la vie reprend ses droits

Tout savoir sur le pastel, plante emblématique de l'Occitanie... Photo ©Museum du PASTEL

Installé à Labège, aux portes de Toulouse, le Muséum du Pastel rouvre le 2 juin. Dédié à une plante emblématique de l’Occitanie, il est un lieu de sciences du vivant. Bien au-delà de la très riche histoire du pastel, il invite à découvrir les secrets de la couleur naturelle et végétale la plus étrange au monde. Et à 3h30 de là, à La Grand-Combe (Gard), Dinopédia Parc propose une immersion dans un autre monde : il y a plus de 300 millions d’années pour la Forêt Fossile et près de 200 millions d’années avant notre ère pour les empreintes de Plateosaurus découvertes sur place. Quelques exemples parmi tant d’autres.

Le mois de juin devrait marquer le début d’un vrai retour à « la vie d’avant »… Et avec l’approche des vacances d’été, chacun peut commencer à se demander où aller, pour voir quoiDis-Leur ! vous propose quelques découvertes accessibles dès le 2 juin…

Et si on voyait la vie… en Bleu !?

Produit emblématique de l’Occitanie : Le pastel ! Savez-vous tout ce que cache le nom de Pastel Isatis Tinctoria L. ? Pour le savoir, c’est au Muséum du Pastel, qu’il faut se rendre. Dans ce lieu foisonnant de ressources scientifiques, le visiteur embarque pour un voyage à la découverte de la couleur végétale.

L’occasion unique de percer ses secrets, notamment ceux du bleu dans la nature, la
couleur la plus aimée au monde. Le Muséum est ouvert depuis 2013. Il a été imaginé et conçu, avec l’appui d’un comité scientifique, par les cocréateurs du Groupe Terre de Pastel. Sandrine Banessy et Jean-Jacques Germain développent un concept unique autour de cette ressource naturelle occitane et travaillent ses applications, d’une incroyable richesse, en beauté, mode et décoration sous la marque Bleu par Nature®.

Le Museum du Pastel à Labège. Photo ©Museum du PASTEL

Le Muséum s’inscrit dans cette dynamique, de façon scientifique, pédagogique
et immersive. Autour de grandes cuves de liquide naturel, le visiteur peut expérimenter des ateliers de teinture végétale. Il en découvre toute l’alchimie et l’étonnant passage à la couleur bleu. Guidé dans ses gestes par un teinturier,
il repartira ensuite avec le sac qu’il aura teinté et personnalisé lui-même, un souvenir unique ! (*)

Toutes les conditions sanitaires actuelles obligatoires sont bien sur scrupuleusement appliquées. De salle en salle, le visiteur en apprend davantage
sur l’origine de la coloration naturelle dans le monde et en Pays de Cocagne, là où commence la fabuleuse épopée du Pastel dont demeurent des joyaux patrimoniaux à découvrir lors de « visites hors-les-murs ») dans les rues marchanfes de Toulouse et d’Albi. (en savoir plus sur le pastel avec Dis-Leur !)

Sur les traces d’un Plateosaurus

Pour ceux qui déconfinent un peu plus à l’est, en route pour le Gard, au pied des Cévennes : Dinopédia Parc (La Grand-Combe) est parfait pour une visite en famille et un voyage quelques centaines de millions d’années en arrière ! Au programme, une Forêt fossile, des empreintes de Plateosaurus et une balade immersive dans un autre monde, avec plus de 50 dinosaures dont une trentaine animés, en taille réelle !

La forêt fossile de Champclauson s’étend sur plus de 2 Ha. Elle se trouve dans une ancienne mine de charbon à ciel ouvert ou découverte, qui a cessé son activité dans les années 60. Suite à la cessation d’activité de la mine, le site est resté à l’abandon une trentaine d’années, subissant malheureusement de nombreux pillage au fil du temps.

Heureusement, aujourd’hui le site est protégé et il est toujours possible d’observer une richesse exceptionnelle de troncs d’arbre, dont certains mesurent environ 3 m de haut et des plantes de l’époque du Carbonifère supérieur fossilisés « en position de vie » à l’intérieur de mégaséquences. (Succession de couches appartenant à deux thèmes sédimentaires successifs). Le site « permet d’appréhender la fossilisation et les conditions de dépôts à l’ère du Paléozoïque supérieur (Stéphanien : 299 -306 millions d’années) » précise l’équipe du Parc (une visite guidée en petit train est possible).

Un « zoo » avec plus de trente dinosaures animés

Dinosaure emblématique du parc : Le Platéosaure mesurait 8 mètres de long et pouvait peser jusqu’à 4 tonnes. Il se déplaçait principalement à quatre pattes mais pouvait tout aussi bien courir sur deux pattes. Image ©DINOPEDIA PARC

Mais l’attraction la plus iconique du Parc, c’est naturellement la balade dans le « zoo », qui propose une cinquantaine de dinosaures dont une trentaine d’animatronics (reproduction animées) grandeur nature ! Les plus jeunes visiteurs pouvant partir à la découverte du Baby Parc, composé d’un mini-sentier sécurisé (la « couveuse ») et d’un sentier pour une immersion dans le monde des bébés dinosaures.

D’autres attractions (zone de fouilles, cinéma, pont suspendu…) attendant encore les visiteurs qui ont envie de se lancer sur les traces du Plateosaurus, ce reptile géant herbivore,  dont des empreintes ont été découvertes récemment près du site. Et pour apprendre à mieux connaître le dinosaure emblématique du site, une scène de chasse entre un Platéosaure et des Coelophysis (petits dinosaures carnivores) a été reconstituée et animée…

Philippe MOURET

(*) Ateliers Teinture au Pastel, à partir de 17,5€/pers. sur réservation. Muséum du Pastel, Terre de Pastel 629 rue Max-Planck, 31670 Labège. 0 800 940 167 appel non surtaxé
Tarifs du Dinopédia Parc sur le site https://dinopedia-parc.fr/preparez-votre-visite/

Miguel Caldentey et son escorte Catalane

Interrompue par le confinement imposé par la crise sanitaire, l’opération de retour de la goélette Miguel Caldentey se poursuit. Le navire s’apprête à franchir la dernière étape de son long retour vers les eaux catalanes : son transfert maritime de Gruissan à Port-Vendres, ce samedi 30 mai.

Le départ du chantier de Mandirac a été donné le mardi 17 mars dernier. La goélette a été grutée une première fois afin d’être déposée délicatement sur deux boudins flottants lui permettant de remonter le Canal de la Robine. Un deuxième grutage lui a fait traverser le canal et rejoindre un convoi exceptionnel par camion prêt à l’acheminer par la route au port de Gruissan (Aude). Mise à l’eau, la goélette est restée en sécurité amarrée à la zone technique du port durant toute la durée du confinement.

Départ du port de Gruissan

Lesté de 6 tonnes de billes de plomb mélangées à du mortier, le Miguel Caldentey quittera Gruissan samedi 30 mai à partir de 7h30. Elle sera tractée par la vedette de la SNSM de Port-Vendres et accompagné par le chalutier port-vendrais le Maria-José Gabriel. Cette première traversée durera au moins  huit heures.  Accompagnée par une flottille de barques catalanes impatientes d’accueillir cette grande dame, son arrivée dans son port d’attache est attendue à partir de 16h en fonction des conditions météorologiques.

La restauration du Miguel Caldentey

Sur le chantier d’insertion du Parc naturel de la Narbonnaise en Méditerranée. Photo Ph.-M.

La restauration de la goélette a commencé en 2008 à Mandirac, au sein d’un chantier d’insertion porté par le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée et financé par l’Europe, la DIRRECTE, le Conseil Départemental de l’Aude et l’Agglomération du Grand Narbonne.

A Port-Vendres, la dernière phase de travaux sera confiée à un nouveau chantier d’insertion. Un espace dédié à la valorisation du navire présentant son histoire commerciale et son projet d’exploitation sera installé sur le quai. Trois années de travaux minimum attendent ici la goélette avant qu’elle puisse naviguer de nouveau sur la Méditerranée.

Bateau-école et ambassadeur du patrimoine maritime régional, « sa future gestion présentera un modèle économique durable unique en France à ce jour : une exploitation mixte à la voile, de plaisance en été et de fret de produits locaux en hiver ». Le SIVU Miguel Caldentey composé des communes de Port-Vendres et d’Argelès-sur-Mer porte ce grand projet patrimonial au cœur d’une dynamique sociale, pédagogique, économique et écologique.

Ph.-M.

Cette aventure se construit jour après jour grâce à l’engagement de nombreux partenaires techniques et financiers. Ce programme ne pourrait être mené à son terme sans l’engagement de la DRAC Occitanie, de la Région Occitanie, du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales, du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée, des villes de Port-Vendres et d’Argelès-sur-Mer, des Voies Navigables de France et de la ville de Gruissan.

Ouverture des « Campings Paradis »

Le réseau des « Camping Paradis » ouvrira ses portes un peu partout en France, dont plusieurs ites en Occitanie :

C’est la première fois en France qu’un réseau d’affiliation de campings « nouvelle génération » est directement inspiré d’une série télévisée. De quoi réjouir les 12 millions de Français qui partent en campings chaque année et les millions de téléspectateurs qui regardent régulièrement Camping Paradis en prime time sur TF1.

Dès le 2 juin, tout sera prêt pour accueillir les premiers vacanciers dans le Gers (L’Ile-du-Pont, à Mirande), en Haute-Garonne à Montréjeau et dans les Pyrénées-Orientales sur deux sites, Le Pearl (Argelès-sur-Mer) et au Barcarès (Camping Paradis by Nai’a)…

Une marque qui… marque les esprits

« La série Camping Paradis, au fil de ses 13 ans de succès télévisé, a su développer une marque à très forte notoriété qui correspond au désir des consommateurs : séjourner dans un camping à taille humaine bénéficiant d’équipements et d’animations de qualité et dont la vocation est la bienveillance. Nous sommes heureux du lancement de ce projet d’envergure porteur de valeurs fortes et fédératrices » commente Olivier Lachenaud (DG du réseau).

Dis-Leur ! vous en avait déjà parlé : https://dis-leur.fr/tourisme-camping-paradis-comme-si-vous-y-etiez/