Une étude inédite de l'agence du livre d'Occitanie met en relief l'extrême fragilité du secteur qui a perdu 10 M€ à cause de la crise. C'est dans ce contexte que Occitanie Livre & Lecture, aux côtés des professionnels, organise la rentrée littéraire et aide libraires et éditeurs, dont certaines demandes pourraient être satisfaites.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

Auteur de BD né à Albi, Jean Bastide a travaillé sur plusieurs séries, avant de reprendre Boule et Bill (créée par Roba) en 2016. Il avait d’ailleurs réalisé l’affiche du festival BD Plage (à Sète) en 2019. Nouvelle étape dans sa carrière, il est le dessinateur de la série à paraître « Idefix & les irreductibles », qui sera également déclinée en série animée.

Le confinement a aussi bouleversé la façon dont les Français consomment les biens culturels. On a ainsi découvert que ce n’est pas parce que les musées sont fermés qu’on ne peut pas les visiter. Et qu’il suffit d’ouvrir un écran pour entrer partout. Une expérience unique a débuté en juillet, avec la participation de plusieurs musées d’Occitanie. Bonne visite !

Les chalets sur pilotis de Gruissan (Aude) pour « 37°2 le matin » de Jean-Jacques Beineix en 1986, la plage de Sète accueillant le triangle amoureux de « César et Rosalie » pour Claude Sautet (1972), l’Occitanie a offert quelques décors inoubliables au 7e Art. Mais c’est aussi ici qu’est née la « Nouvelle Vague », avec des films tels que « La Pointe-Courte » d’Agnès Varda (1954) ou « Les Mistons » de François Truffaut (1957)…

Historien et romancier, Daniel Crozes est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages, tous publiés aux Éditions du Rouergue. Profondément attaché à son Aveyron natal, il se saisit avec brio dans « Le rebouteux des montagnes », d’une vieille polémique pour faire découvrir les réalités de « sa » terre. A Nasbinals (Lozère) une statue témoigne encore de « l’affaire ».

À Sète, la ville propose à sa quinzaine de festivals d'organiser des concerts partout dans la commune cet été et leur offrent une soirée "carte blanche" au Théâtre de la Mer. À cette stratégie singulière, deux autres voies sont explorées : un report à l'automne ou un ersatz de manifestation sur la Toile. La perte annoncée de ce secteur est de 230 à 260 M€ en Occitanie.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer