Confinement / Occitanie : Un million d’habitants vivent seuls

Toulouse. Ph. DR.

Pauvreté, isolement, sur-occupation des logements… L’Insee livre une photographie montrant que le confinement révèle et creuse les inégalités.

« Nous avons voulu voir quelles difficultés étaient vécues lors de ce confinement inédit », explique Catherine Sourd, responsable de la division des études démographiques et politiques sociales à l’Insee Occitanie. En période de confinement, certaines populations peuvent être davantage fragilisées : familles monoparentales avec de jeunes enfants dans des logements trop petits ou les personnes âgées vivant seules, dans des zones rurales éloignées des commerces d’alimentation générale.

Logements trop petits

Cette situation touche de façon différenciée les populations, selon le type de logement qu’elles occupent ou la composition de leur ménage. Dans l’Hexagone, « cinq millions de personnes vivent dans un logement au nombre de pièces insuffisant », indique l’Insee. Malgré le nombre de maisons important (voir infographie). « C’est-à-dire qu’ils leur manque au moins une pièce à vivre ; nous n’avons pas voulu prendre en compte la surface mais le nombre de pièces ». en Occitanie, cela représente 5 % des ménages (310 900 personnes), un chiffre inférieur de la moyenne nationale (8 %). Ce n’est pas tout.

Catherine Sourd constate également des îlots de pauvreté sur le pourtour du littoral languedocien et sur des territoires urbains où le foncier est cher. La situation est aussi délicate dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville où 14 % des foyers vivent dans un logement suroccupé. C’est énorme. Mais il n’y a pas que cet indicateur qui est important », précise Catherine Sourd. Si l’on regarde le nombre de personnes vivant seules, il est très important dans la région. Au niveau national, dix millions de personnes, dont 2,4 millions de 75 ans ou plus, vivent seules dans leur logement.

14,4 % des personnes âgées obligées de faire leurs courses dans une autre commune

En Occitanie, c’est près d’un million d’habitants vivant seuls, dont 220 000 personnes de plus de 75 ans qui peuvent être ainsi en difficulté. Elle ajoute : « 14,4 % de ces personnes âgées n’ont pas accès aux commerces d’alimentation dans leur commune et doivent faire leurs courses dans une autre commune voisine (13 % au niveau national). » La situation est préoccupante dans le Lot ou le Gers  où « un tiers de ces personnes âgées doivent sortir de leur commune pour faire leurs courses. Quand on sait que les personnes âgées sont souvent pauvres, c’est un indicateur qui montre la difficulté d’un confinement pour ces personnes-là ».

12 % sans internet

Supporter le confinement grâce à internet ? Maintenir un lien social, télétravailler, participer à un visio-apéro ou suivre les leçons par écrans interposés. Pas si simple : « En France, souligne l’Insee, en 2019, 12 % des personnes n’ont pas accès à internet à leur domicile, quel que soit le type d’appareil (ordinateur, tablette ou téléphone portable). Cette part varie peu selon les territoires, de 14,1 % dans les plus petites agglomérations jusqu’à 8,2 % dans celle de Paris. Cette proportion de personnes n’ayant pas accès à internet est en revanche nettement plus marquée pour les personnes plus âgées (53 % des 75 ans ou plus) et celles peu diplômées (34 % des personnes sans diplome ou titulaires d’un certificat d’études primaires).

Parmi les enfants de moins de 17 ans, 2 % ne disposent pas, à leur domicile habituel, de l’abonnement ou du matériel pour se connecter à Internet. Cette part s’élève à 3,5 %, presque le double, pour les enfants des familles monoparentales.

Olivier SCHLAMA

Vivre la crise avec Dis-Leur !