Entreprises : Comment bénéficier des aides de l’État et de la Région

Un seul numéro vert à connaître si votre entreprise connaît des difficultés financières à cause de la crise du coronavirus : 0 800 31 31 01. C’est celui que vous pourrez composer pour accéder aux différents dispositifs et fonds ouverts par l’État et la Région Occitanie.

Ce sont dix chiffres un peu magiques qui font du bien en ces temps de confinement, d’isolement face à ce virus. Ce jeudi, le préfet de région, Etienne Guyot, et la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, ont expliqué toutes les mesures mises en place dans le cadre de cette crise sanitaire sans équivalent. Un seul numéro donc à composer pour accéder à une plate-forme dédiée aux chefs d’entreprise, à même de les diriger vers des dispositifs et fonds exceptionnels destinés aux entreprises à l’arrêt et donc bientôt en difficulté financière : 0 800 31 31 01. Vous pouvez aussi parallèlement consulter votre comptable, bien au fait de la situation.

Chômage partiel, charges sociales et fiscales reportées

Après avoir souligné le « sacrifice » des entreprises françaises qui connaissent depuis lundi un inévitable trou d’air, le préfet de Région a fait le détail de ce plan de soutien à l’économie inédit mis en place par le gouvernement et voté cet après-midi au Parlement. Etienne Guyot a rappelé que ce plan est doté de « 45 milliards d’euros sur deux mois », dont 8,5 milliards d’euros pour payer le chômage partiel, 32 milliards d’euros pour pallier le report de charges sociales et fiscales. À ce titre, il a redit que les charges seraient « reportées après le mois de mars ; report prolongé au-delà si nécessaire. Et, si la crise ne nécessite, on pourra procéder à annulations d’échéances ». Mais celles-ci seront décidées « au cas par cas ».

Urgence pour 160 000 restaurants et 140 00 commerces

Airbus, moteur du développement économique toulousain est la vitrine de l’économie locale, centre industriel majeur en France et en Europe. Après avoir arrêté sa production pour s’adapter, le secteur est reparti de l’avant. Photo : DR.

Le préfet Guyot a également annoncé la création d’un fonds de solidarité de 2 milliards d’euros. Enfin, 300 milliards d’euros seront consacrés aux garanties bancaires. L’urgence est là pour, entre autres, les quelque 160 000 restaurants de l’Hexagone, 140 000 commerces non alimentaires, tous rideaux baissés. Ce fonds de solidarité s’adresse, notamment aux entreprises ayant perdu « au moins 70 % de leur chiffre d’affaires en mars 2020 par rapport à mars 2019 ». Le préfet a aussi rappelé la mise en place d’un « filet de 1 500 euros d’aide individuelle » pour, notamment, aider les indépendants et micro entrepreneurs sur « simple déclaration, un dispositif inédit. Cette somme sera versée directement par la DGFIP, direction générale des finances publiques. C’est un dispositif anti-faillite pour les entreprises ayant au moins un salarié et qui sont en grande difficultés ».

Mutualiser les forces avec la Région

L’autre idée de ce plan de sauvetage est de « mutualiser les forces avec la région Occitanie. Ces 300 milliards d’euros sont là pour maintenir les trésoreries à flot, garantir les emprunts. Et aucune banque, je dis bien aucune banque ne pourra refuser une demande d’emprunt », a encore assuré le préfet Guyot lors de son intervention.

Pour sa part, Carole Delga s’est employée à expliquer que « la région Occitanie est pleinement mobilisée pour dépasser cette crise ». Elle a détaillé : « Nous avons mis en place un fonds de solidarité de 35 millions d’euros pour les entreprises de moins de dix salariés, qui vient en complément de l’action de l’Etat », dont 10 millions avait déjà été réservés pour les entreprises en difficultés lors du mouvement des Gilets jaunes en 2019. Sans oublier une enveloppe de 25 millions d’euros en complément en prévision d’un deuxième mois de crise. « Nous travaillons aux critères d’éligibilité avec les CCI et les organisations professionnelles », a-t-elle précisé.

Fonds de garantie, prêt « rebond »

Ce n’est pas tout. La région Occitanie a mis en place un fonds de garantie pour les TPE et PME avec la Banque publique d’investissement de 13 millions d’euros. Sans oublier un prêt « rebond », quand la machine économique repartira. Celui-ci est abondé de 8 millions d’euros en prévision de la reprise. Ce sera un prêt à taux zéro, avec des versement différés, notamment. Enfin, Carole Delga n’a pas oublié les secteurs associatifs et culturels.

Aide aux secteurs associatifs et culturels

« Je viens de terminer une conférence téléphonique avec les présidents des treize départements de la région Occitanie, a-t-elle confié. De notre côté, nous apportons un fonds de 5 millions d’euros » pour toutes ces entreprises du monde de la culture et les associations qui vont, elles aussi, se retrouver à l’arrêt et parfois en grande difficulté. Les treize départements pourront voir de quelle manière ils complètent ce fonds. Carole Delga a aussi expliqué avoir de la même manière « discuté avec les présidents » d’autres institutions, Métropoles et agglomérations, notamment.

Pour finir, la présidente de région a ajouté qu’une enveloppe de 4 millions d’euros serait consacré à la formation des salariés, notamment d’entreprises en difficulté et en « forte baisse d’activité ». Formation valant mieux que chômage. « Notre but c’est de rassurer sur le fait que notre pays travaille (…) Et que (nous avons) décrété la mobilisation générale et un plan de solidarité. »

Olivier SCHLAMA

À lire également sur Dis-Leur !