Le confinement a aussi bouleversé la façon dont les Français consomment les biens culturels. On a ainsi découvert que ce n’est pas parce que les musées sont fermés qu’on ne peut pas les visiter. Et qu’il suffit d’ouvrir un écran pour entrer partout. Une expérience unique a débuté en juillet, avec la participation de plusieurs musées d’Occitanie. Bonne visite !

Les chalets sur pilotis de Gruissan (Aude) pour « 37°2 le matin » de Jean-Jacques Beineix en 1986, la plage de Sète accueillant le triangle amoureux de « César et Rosalie » pour Claude Sautet (1972), l’Occitanie a offert quelques décors inoubliables au 7e Art. Mais c’est aussi ici qu’est née la « Nouvelle Vague », avec des films tels que « La Pointe-Courte » d’Agnès Varda (1954) ou « Les Mistons » de François Truffaut (1957)…

Historien et romancier, Daniel Crozes est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages, tous publiés aux Éditions du Rouergue. Profondément attaché à son Aveyron natal, il se saisit avec brio dans « Le rebouteux des montagnes », d’une vieille polémique pour faire découvrir les réalités de « sa » terre. A Nasbinals (Lozère) une statue témoigne encore de « l’affaire ».

À Sète, la ville propose à sa quinzaine de festivals d'organiser des concerts partout dans la commune cet été et leur offrent une soirée "carte blanche" au Théâtre de la Mer. À cette stratégie singulière, deux autres voies sont explorées : un report à l'automne ou un ersatz de manifestation sur la Toile. La perte annoncée de ce secteur est de 230 à 260 M€ en Occitanie.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer