Toulouse : Moudenc réclame l’exonération des charges à Le Maire

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de la Métropole. Photo d'archive : Olivier SCHLAMA

Le maire de la Ville Rose, 4e ville de France, est associé aux réflexions du gouvernement sur le déconfinement a-t-il confié ce vendredi.

Dans une conférence de presse en visioconférence, ce vendredi après-midi, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, explique avoir demandé expressement ce jour, pour « éviter une catastrophe économique », « l’exonération de charges sociales et fiscales et non leur report au ministre de l’Économie, Bruno le Maire ». Et une prise en charge des loyers commerciaux. Le maire de la Ville Rose lui a d’ailleurs envoyé une missive. « A eux seuls les petits commerçants représentent à eux seuls plus d’un million d’emplois, sans compter la sous-traitance et les fournisseurs. Ils produisent pour 70 milliards de chiffre d’affaires, 8 % du PIB et comptent 220 000 entreprises. Rien que sur le département de Haute-Garonne, ces commerces représentent 8 000 entreprises et 22216 emplois », a argumenté Jean-Luc Moudenc.

480 000 masques pour les Toulousains

Le maire de Toulouse a aussi longuement évoqué de la problématique des masques. « Après m’en être entretenu ce matin avec les maires de la Métropole, nous avons acté la commande de 480 000 masques. » L’idée de Jean-Luc Moudenc est « d’offrir au moins un masque par habitant, un masque lavable pouvant durer un mois. Ce ne seront pas des FFP1 ou FFP2 mais des masques aux normes Afnor, artisanaux, en tissu. » Une fois ces masques offerts, « l’État, les associations et les privés pourront prendre le relais. Mais on ne sait pas encore qui acceptera la commande groupée, quels fabricants – même si nous privilégierons toujours la production française – vu les demandes et la tension extrême sur ce sujet… » Ajoutant : « Il va falloir faire preuve d’une grande ingénierie pour la distribution… Nous allons aussi distribuer des flyers dans les boîtes aux lettres pour expliquer aux habitants comment confectionner des masques selon les normes Afnor. »

Pas de rues à la Javel ni de couvre-feu

Ph. O.SC.

À propos du nettoiement des rues, il s’est dit opposé au recours systématique de la Javel, sauf en certains endroits bien précis, comme sur les bancs devant les centres Covid. Pas de couvre-feu non plus, de 21 (ou 22) heures à 5 heures du matin, comme à Paris, Béziers, Perpignan, Montpellier, Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, Vauvert, Alès, Saint-Gilles ou Beaucaire ou encore Sète (à 21 heures) en Occitanie. Dans les communes littorales de Paca de plus de 10 000 habitants et ces 112 villes en France qui l’appliquent. « S’il y a une interdiction nationale, je l’appliquerais bien sûr », ajoute Jean-Luc Moudenc, estimant que ce genre de décision relève de l’État.

Le Monsieur Déconfinement nous a demandé de travailler sur le déconfinement »

S’agissant du déconfinement, Jean-Luc Moudenc a expliqué qu’en tant que président de l’association des grandes villes de France, France Urbaine il juge cette « affaire extrêmement compliquée. Le gouvernement fait preuve d’une prudence de Sioux. C’est un terrain totalement inconnu. J’ai rendez-vous la semaine prochaine avec le Premier ministre, en visioconférence, en même temps que les représentants de l’Association des maires de France, des Villes de France, l’Association des petites villes de France et des intercommunalités. Je compte parmi mes amis Jean Castex. C’est le maire de Prades (PO). Nommé il y a quelques jours Monsieur Déconfinement, il nous a, avec sa double casquette d’élu de terrain soucieux de bien faire et énarque pragmatique, demandé de réfléchir à ce sujet. Et avec France Urbaine on va travailler dessus. »

Élu à la santé en maire de Toulouse, lui-même médecin, Laurent Lesgourgues a pris la parole pour appeler à la prudence : « Hier, c’était le premier jour où les entrées en réanimation dans les hôpitaux français étaient inférieures aux sorties. La bascule vient à peine d’arriver dans le Nord. On est loin d’un déconfinement complet.«  Toulouse n’aura ainsi pas vocation à se « porter volontaire plus tôt que dans d’autres régions pour expérimenter un déconfinement régional si celui-ci est mis en  oeuvre. » Faisant un aparté sur les « Chinois qui peuvent montrer à tout moment leur statut immunitaire sur les smartphone. Je ne pense pas que l’on en arrive là en France… C’est un sujet complexe. Et il faut tout faire pour éviter une seconde vague ».

Et Jean-Luc Moudenc de conclure, en se défendant de toute opération de communication. « Les gens ne sont pas bien. Ils sont mal. Ils sont dans un grand inconfort. Nous sommes à leur écoute. Nous sommes là pour répondre à leur angoisse. Nous ne sommes pas là pour les tromper… »

Olivier SCHLAMA

  • Masques. Beaucoup de villes et de départements ont acté l’achat de masques. La Région Occitanie distribue 1,1 million de masques FFP1 dans les 13 départements de la Région. Une première livraison de 10 millions de masques. ils seront distribués par les départements aux personnels des établissements sanitaires et sociaux, des Ehpad, etc.
  • Toulouse Métropole propose un plan d’urgence de 30,7 millions d’euros pour les entreprises, en allégeant notamment la fiscalité locale, des exonérations tarifaires et des mesures relatives aux marchés publics, « complétant celles du gouvernement et de la Région Occitanie ».
  • A Sète, le président de l’Agglo, François Commeinhes annonce un plan de 20 millions d’euros pour les entreprises, dont 8 millions pour les TPE, 2 millions d’euros pour les thermes de Balaruc-les-Bains et 1,5 million pour la conchyliculture, agriculture et viticulture.

Vivre la crise avec Dis-Leur !