Dix-neuf millions de Français vivent en zone inondable ! Une société danoise, Flood Frame, a mis au point une défense individuelle contre les inondations, particulièrement meurtrières dans la région. Après une filiale à Toulouse, en 2021, elle installe son centre européen à Aiguesvives (Haute-Garonne). Une solution pour les campings, installations fragiles, monuments, l’industrie et, bien sûr, les particuliers. Elle est onéreuse mais c’est souvent la moins coûteuse et des aides sont possibles. Accompagnée par la Région Occitanie, Flood Frame, déjà lauréate d’un Sett d’Or, vient d’être désignée lauréate de la Green Tech Technologies.

Souffrant elle-même du réchauffement climatique qui l'oblige à déménager dans l'Aude, la plus grande collection de variétés au monde, au Domaine de Vassal, à Marseillan (Hérault), pourrait bien permettre la survie de la vigne cultivée dans l'ex-Languedoc-Roussillon, première région viticole de France. En posant aussi avec acuité la question de l'irrigation. Et du partage de l'eau

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

Emmanuel Macron s’est rendu ce mercredi 20 juillet en Gironde sur le front des incendies “qui vont sans doute nous coûter un milliard d’euros…”, calcule François-Michel Lambert, ex-député auteur avec l’ex-député de l’Aude, Alain Pérea, d’une mission flash sur les feux. Au-delà du constat, ils proposent, entre autres, un commandement national clair et unifié ; une nouvelle loi comme celle sur les inondations et la reconquête les espaces agricoles abandonnés et des forêts en expansion.

Parmi les solutions, il y a celle, “encore reçue frileusement”, consistant à pomper de l’eau dans les cours d’eau quand leur niveau est haut en hiver pour la réinjecter dans les réserves souterraines en prévision de l’été. C’est la proposition du BRGM qui a cartographié les sites potentiels, dont l’un près de Béziers et un autre à Toulouse. Et pourquoi pas, à Montpellier, réutiliser des eaux usées traitées pour l’irrigation !

Alors que la canicule historique est le grand absent des législatives, sur le terrain, des innovations se mettent en place. Choisi dans le cadre d’un programme européen, Le Parc naturel des Pyrénées Ariégoises, qui lance une démarche participative auprès des Ariégeois, développe les solutions d’adaptation au changement climatique fondées sur la nature. Recréer un méandre pour atténuer les crues ; planter des fruitiers pour détourner sangliers et cervidés d’une flore vulnérable ; conserver des sapinières en bonne santé ; créer des vergers à graines ou encore recourir à une exploitation douce des forêts…

Écologues, architectes, urbanistes… Frontignan est un “territoire pédagogique” idéal pour une trentaine d’équipes pluridisciplinaires pour sensibiliser élus et populations à une élévation inquiétante du niveau de la mer et des chamboulements climatiques à venir. Les résultats de ce concours d’idées, Habiter le littoral demain ! seront connus le 15 juin.

Comment agir au quotidien pour émettre moins de gaz à effet de serre, nocifs pour la planète ? Plusieurs dizaines d'écoles d'Occitanie ont suivi ou suivent un programme clés en main, adapté au contexte local, conçu par des Québécois, mis en oeuvre par la Fédération Léo-Lagrange. Sans généralités générales évanescentes, sans être moralisateur. Pour une meilleure prise de conscience. En espérant convaincre 1 000 classes en France.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

L’idée de l’architecte “écologiste” Damien Vieillevigne : à la faveur d’une restauration fluviale, réinvestir quelque dix hectares de rives de ce fleuve côtier emblématique pour les réinventer en écosystèmes vertueux avec des centaines d’arbres et des milliers de plantes. Une idée à l’encan, en quelque sorte !

Deux photographes héraultais, Mathieu Foulquié et Renaud Dupuy de la Grandrive, par ailleurs directeur de l’aire marine protégée d’Agde, exposent 30 photos grand format au Congrès mondial de la nature à Marseille qui fait la part belle aux habitats et espèces invasives. Les herbiers de Posidonies sont d’ailleurs au coeur des débats de ce Congrès qui se tient tous les quatre ans.

Alors qu’un fort coup de mer est à l’oeuvre sur le littoral, une promotion entière d’élèves architectes planchent sur la résilience de la côte face au réchauffement climatique qui s’accélère. Et plus précisément sur l’habitat collectif. Le but : sensibiliser ces futurs professionnels et sortir de l’idée de domination de la nature. Et s’adapter.

Aridité, canicule, des habitants qui souffrent, une viticulture assoiffée… Les étés se suivent et se ressemblent de façon récurrente en Occitanie. Dans ce contexte, la société gardoise BRL, présidée par Damien Alary, qui gère le réseau hydraulique régional, s’impose comme un acteur incontournable dans la mise en place de solutions pour moins et mieux consommer la ressource.Son DG, Jean-François Blanchet, livre sa vision dans un entretien à Dis-Leur.

(Réactualisé le 16 novembre 2021) À l'heure de la "Flop" 26, Railcoop, entreprise ferroviaire privée, basée à Figeac (Lot), a lancé son premier train de fret ce 15 novembre 2021. Créée en janvier 2020, forte de 10 000 sociétaires (!) elle proposera d'ici décembre 2022 des trains de voyageurs complémentaires à ceux inexistant sur le réseau SNCF. Pour mieux desservir les territoires.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

La société basée près de Montpellier est leader dans l'agri-intelligence. Elle permet, par exemple, la surveillance de 350 000 vaches en France et de deux millions d'hectares aux USA. Ses innovations, au coeur d'enjeux géopolitiques mondiaux, s'exposent au Salon de l'Agriculture, ce vendredi.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

Inscrit aux Monuments historiques depuis octobre 2019, l’Observatoire météo du Mont Aigoual s’offrira aux regards de millions de téléspectateurs du Tour de France, le 2 juillet 2020. La dernière station météo de montagne, qui a bien failli disparaître et où sont menés de lourds travaux, amorce une nouvelle vie : devenir une référence sur la sensibilisation au changement climatique.