Région : Un jeu vidéo contre le racisme et l’antisémitisme

Sous l’égide de la Région Occitanie, s’élabore un jeu vidéo dont le but est la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Deux scénarios sont soumis au vote public jusqu’à ce vendredi dans le cadre des budgets participatifs.

Vous avez jusqu’au 18 décembre pour voter, entre deux scénarios, d’un futur sérious game. Son thème ? La lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Ce projet issu des rangs de la Région Occitanie elle-même s’inscrit dans un contexte plus large du plan régional contre le racisme et l’antisémitisme (1) Et qui s’intègre aux budgets participatifs de la Région.

Un budget de 250 000 €

La Région lance et finance donc le développement de son propre jeu vidéo pédagogique, dit serious game, à destination principalement du public jeune de 11 à 18 ans. Il sera gratuit mais il a un budget de 250 000 euros pour une livraison au second semestre 2021. Le but ? Il claque façon slogan : « Jouer pour déjouer les stéréotypes. » Il est censé être diffusé comme support pédagogique auprès des associations œuvrant sur le terrain. Ce serious game devrait aussi être mis à disposition des lycéens et collégiens d’Occitanie via l’Ordi, l’ordinateur portable que la collectivité offre à chacun d’eux.

Etudiants, professionnels du jeu vidéo, chercheurs ont planché un week-end durant.

Pour y parvenir, on a fait appel à l’intelligence collective. On a organisé pour cela en mode virtuel un « hackathon » – un mot barbare pour désigner une réunion de créateurs de jeux vidéo ayant pour objectif de produire dans un temps donné, plusieurs prototypes de jeux vidéo – le 1er week-end d’octobre. Les équipes, rassemblées en ligne, ont produit des scénarios, ébauches de prototypes de ce serious game. Y participaient principalement des étudiants de Montpellier et de Toulouse spécialisés dans le développement des jeux et du gaming. Lors de ce hackathon, des professionnels du secteur du jeu vidéo, des experts de la lutte contre les discriminations et des chercheurs en biais cognitif ont accompagné les équipes.

Directeur des ressources Alien vs Derrière les masques

Ce que confirme Adeline Glatz, cheffe de projet à la direction de la communication de la Région Occitanie, précisant la teneur des deux scénarios retenus et soumis au vote du public. Après le 18 décembre il n’en restera qu’un. « Nous avons finalement retenu deux scénarios. Dans le premier le joueur incarne un DRH chargé de trier différents CV en ayant simplement comme information la photo de chaque candidat. » Difficile dans ce cas de ne pas tomber dans le stéréotype et au jugement très subjectif.

Mais au fur à mesure qu’il avance dans le jeu, le DRH, rebaptisé Directeur des ressources Alien, découvre les compétences de chaque candidat… Ce qui peut le faire changer d’avis… Ce scénario a déjà recueilli 180 voix. C’est nettement moins que le second scénario (402 voix). Ce dernier se déroule sous forme d’enquête. Baptisé Derrière les masques, il permet au joueur en fonction de l’avatar de lycéen qu’il incarne de faire des choix et de recevoir ou de perdre des points de karma. De s’éloigner ou de se rapprocher de stéréotypes. Du racisme. « C’est assez novateur », juge Adeline Glatz. Et permet de s’affranchir des clichés. Comme celui selon lequel le Juif a de l’argent. Selon le réalisateur Sacha Andréas, qui a réalisé un documentaire sur le sujet, 20 % des juifs vivent dans la pauvreté (2). À méditer…

Olivier SCHLAMA

  • (1) Le plan régional d’actions contre le racisme et l’antisémitisme adopté en mars 2020 par le conseil régional d’Occitanie s’articule autour de trois objectifs prioritaires : déconstruire les préjugés, éduquer à l’antiracisme et valoriser la citoyenneté ; transmettre l’histoire et les mémoires ; accompagner les organisations dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.
  • Les actes antisémites ont augmenté de 74 % en 2018, en hausse de 130% du nombre de faits racistes en 2019 (1 142 contre 496 en 2018). Et 34 % des français ou des françaises de confession ou de culture juive déclarent se sentir régulièrement menacés en raison de leur appartenance religieuse.
  • Sur la période 2016-2019, la Région a apporté 8,4 M€ de financement aux actions de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, notamment portées par les associations du mouvement de l’Éducation populaire.
  • A voir ICI le documentaire « Les Juifs ont de l’argent ».

Budgets participatifs avec Dis-Leur !