Projets citoyens : D’un site météo dans les Pyrénées à la culture du thé de l’Aubrac

Christophe Dedieu, président de Météo Pyrénées, retenu par la Région Occitanie. Ph. DR.

La région Occitanie cofinance de nombreux projets locaux dans le cadre d’un nouveau dispositif, les budgets participatifs, qui a retenu dix-sept initiatives en montagne, financées au total pour 1,2 millions d’euros cette année.

Une fraiseuse qui disparaît sous une montagne de neige inégalée au Pas-de-la-Case à la frontière franco-espagnole ; les inondations dues à la crue de la Têt ; l’envahissante atmosphère liliale de poudreuse façon Canada au Cambre d’Aze ou encore ces sapins alourdis par la neige à Font-Romeu… Le site Météo Pyrénées, qui existe depuis bientôt six ans, a abondamment relayé le passage de la tempête Gloria depuis ses sites de Tarbes, Pau et Belesta. Mais par ses posts météos sur son site et les réseaux sociaux, elle rend service quotidiennement à ses quelque… 200 000 abonnés ! Dont 20 000 rien qu’en Andorre. Et davantage encore en Cerdagne.

Nous avons le projet de poser des stations météo là où il n’y en a pas encore : en Ariège, au pied du Canigou, la vallée de Saint-Lary… »

Son succès vient de sa communauté de correspondants bénévoles (20 en Andorre, 20 dans les PO, 30 dans les Hautes-Pyrénées, etc.) qui prennent et publient des photos et des vidéos quotidiennement. Un « trésor » apprécié et partagé par tous. Météo Pyrénées est donc devenu un média de proximité, qui ne parle que du temps qu’il fait ou de la météo qu’il va faire, mais au coeur d’une chaîne de montagne où il y en a peu. « Nous sommes implantés dans une chaîne de montagne très découpée administrativement : ce sont trois pays, huit  régions entre France et Espagne. » Malgré ses innombrables fans, ce site internet vit de façon exclusivement associative et bénévole. Son président, Christophe Dedieu, fonctionnaire de profession, explique avoir « le projet de poser des stations météos là où il n’y en a pas encore comme à Vicdessos (Ariège) ; au pied du mont Canigou, la montagne-totem des Catalans (P.-O.) ; dans la vallée de Saint-Lary (Hautes-Pyrénées), etc. C’est la première fois que nous faisons appel à une collectivité. »

Vingt caméras pour de la vidéo météo en direct

« Nous voulons aussi installer une dizaine de caméras, en plus de la dizaine que nous possédons déjà en propre, acquises grâce aux cotisations de nos adhérents  » L’idée : « Faire de la vidéo météo en continu et en direct pour capturer en direct les conditions météo, de ski, etc. » Et cela a un coût. « Le projet est estimé à 5 000 euros. » Pour les réunir, l’association a déposé un dossier à un tout nouveau dispositif financé par la Région Occitanie : les budgets participatifs de la Région Occitanie qui seront dotés d’ici 2021 de 30 millions d’euros, soit 1 % du budget de la collectivité, sont réservés à des projets citoyens qui améliorent le quotidien. Le projet de Météo Pyrénées entre dans un sous-dispositif qui dispose cette année de 900 000 euros.

Dix-sept projets retenus soutenus financièrement

Au départ, 17 projets ont été retenus pour « imaginer la montagne de demain ! » 28 projets déposés par des citoyens, associations, collectivités et entreprises avaient été soumis au vote sur les 71 présentés, apportant des solutions nouvelles et concrètes aux besoins des territoires de montagne avaient été déposés sur le site RégionCitoyenne.fr (actuellement l’appel à projets est dédié aux solutions pour le climat) et soumis au vote des internautes. Au total plus de 12 000 votes ont été comptabilisés, témoignant d’un véritable intérêt de la part des citoyens pour cette démarche et pour leur territoire. Les 17 projets retenus bénéficieront donc d’un soutien financier de la Région de 1,2 million d’euros pour accompagner leur réalisation dès 2020. Météo Pyrénées fait partie des 17 projets ayant reçu le plus de suffrages (1).

Cultiver et protéger une plante ancestrale

Comme La Grange à thé, à Nasbinals en Lozère : une association qui cultive, protège et exploite une plante vernaculaire surnommée le thé de l’Aubrac (la calament à grandes fleurs, son vrai nom), connue depuis le nuit des temps pour ses vertus notamment digestives et relaxantes. Sa présidente, Cécile Ducoulombier, explique avoir déposé un dossier auprès de la Région Occitanie. « Cette plante ancestrale pousse dans les bois de hêtre, explique Cécile Ducouloumbier. Nous nous y intéressons depuis des années. Nous sommes les seuls à ne faire que cela : la cultiver notamment en partenariat avec les lycées agricoles. Nous en faisons des produits cosmétiques, de la tisane, donc. Et nous travaillons pour qu’elle obtienne un label de certification auprès de l’Inao. Pour cela on s’est associés à un laboratoire de Toulouse. Le processus est estimé à  8000 euros, la région nous aiderait à hauteur de 30 % dans le cadre de ce budget participatif ».

Budget participatif montagne

Lancé par la Région Occitanie vise à faire participer les citoyens et à les mobiliser autour de projets innovants pour les territoires de montagne autour des enjeux économiques, environnementaux ou expérimentaux, qui répondent aux problématiques des zones de massif, qu’il s’agisse de la préservation de l’environnement, de l’alimentation, de la valorisation des filières locales, du lien social, de la mobilité ou encore de la valorisation des ressources locales.

Intégré dans le plan montagnes d’Occitanie, Terres de Vies 2018-2025, ce budget participatif est d’1,2 M€ sur 2 ans (2019-2020), le budget participatif montagnes d’Occitanie, terres de vie et d’innovation.

Olivier SCHLAMA

Les cinq projets ayant reçu le plus de votes

  • La coopérative VirgoCoop souhaite faire renaître une filière de production de chanvre textile dans les vallées et combes d’Occitanie, pour éditer du tissu écologiquement et socialement responsable tout en proposant une culture propre et rentable aux agriculteurs de la région. En partenariat avec HempAct (Lot), Atelier Tuffery (Lozère) et l’atelier Passetrame (Tarn), VirgoCoop propose un double investissement: en amont, la réalisation d’une unité de défibrage de chanvre textile et en aval, la commercialisation de tissus 100 % chanvre pour l’habillement, le linge de maison et l’ameublement. Coût du projet : 100 000 euros.
  • L’entreprise Chemdoc veut installer une borne à eau automatique, de technologie ultrafiltration, fonctionnant à l’énergie solaire pour potabiliser l’eau du lac du Salagou. Cette borne à eau produit de l’eau potable directement à partir du Lac du Salagou alimenté à 100% par de l’énergie solaire photovoltaïque pour étancher la soif des promeneurs et utilisateurs du lac. Les visiteurs et marcheurs venant dans la partie la plus « sauvage  » et nature du lac du Salagou située sur la commune d’Octon (34) n’auront ainsi plus besoin d’utiliser des bouteilles en plastique polluantes pour l’environnement. Pendant 3 à 4 mois d’été ce sont ainsi plus de 70000 bouteilles plastiques qui seront évitées ! Coût 65 000 euros.
  • Vivant dans une de ces vallées (la vallée du Biros en Ariège), nous proposons de créer une auberge itinérante sur roue avec chapiteau, cuisine lieu de vie, dont le principe sera de se déplacer dans les endroits les plus isolés des montagnes d’Ariège et d’Occitanie. Différents modules autonomes formeront notre caravane des montagnes. Le projet est porté par l’association l’Autruche, Le Relais Montagnard à Bonac-Irazein, Vallée du Biros, Ariège et montagnes d’Occitanie en général. Coût total 99750 euros.
  • À la découverte du Thé d’Aubrac, porté par l’association La Grange au Thé à Nasbinals en Lozère, qui porte sur l’analyse des propriétés chimiques et olfactives du thé d’Aubrac et qui porte l’ambition de démarrer une protection avec l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) en vue d’une labellisation.
  • Le 5e projet dans l’ordre, se propose de faire la promotion de fruits sauvages, jadis utilisés par la population locale mais désormais délaissées, au travers d’un verger créé spécifiquement à partir d’espèces poussant naturellement sur le territoire communal. Le lieu sera largement ouvert au public. La transmission de la connaissance se fera au moyen de fiches d’informations au pied des arbres eux-mêmes et par l’intermédiaire de classes de découvertes ou de tout autre moyen la favorisant. C’est la commune de Cros (Gard) qui porte ce projet estimé à 30 500 euros.

    Et aussi, entre autres…

  • Météo Pyrénées, donc, fait donc partie des lauréats. Le site est porté par l’association Météo Pyrénées dans les Hautes-Pyrénées, qui souhaite construire un réseau météorologique performant dans les vallées et endroits les plus fréquentés des Pyrénées afin de mettre à disposition des prévisions météo fiables et gratuites.
  • Bus Mobile Informatique, porté, lui, par l’association basée à Lourdes en Haute-Garonne, qui travaille sur l’aménagement et l’équipement d’un bus pour aller au plus près des populations éloignées de l’outil informatique fait partie aussi des lauréats. Ce projet vient en complément des Ateliers développés par le porteur sur le territoire depuis 2005 pour réaliser les démarches administratives en ligne et/ou initier les citoyens au numérique avec comme principe : La dématérialisation des documents ne doit pas être source d’exclusion et d’isolement.
  • Découvrir et admirer le ciel étoilé des Cévennes, imaginé par Club astronomique du Viganais – MIRA situé à Montdardier dans le Gard, qui souhaite acquérir des équipements d’astronomie pour étudier et faire connaître le ciel du Parc National des Cévennes, labellisé Réserve Internationale de Ciel Etoilé.
  • Office de la Montagne de Luchon – Une pratique responsable pour une montagne libre, porté par l’Office de la Montagne de Luchon en Haute-Garonne, qui souhaite développer une pratique responsable de toutes les activités de montagne entrant dans son champ de compétences. L’Office souhaite notamment renforcer son réseau professionnel (base de données, création et animation du réseau), moderniser ses outils de communication.

A lire également sur Dis-Leur !