Aridité, canicule, des habitants qui souffrent, une viticulture assoiffée… Les étés se suivent et se ressemblent de façon récurrente en Occitanie. Dans ce contexte, la société gardoise BRL, présidée par Damien Alary, qui gère le réseau hydraulique régional, s’impose comme un acteur incontournable dans la mise en place de solutions pour moins et mieux consommer la ressource.Son DG, Jean-François Blanchet, livre sa vision dans un entretien à Dis-Leur.

L'étang de Thau est sujet à un phénomène baptisé inversac lié au réchauffement climatique : de l'eau de l'étang, salée, se déverse parfois dans la nappe phréatique. Une vaste étude, menée par le BRGM, a pour but, de permettre à ce modèle millénaire unique où cohabitent thermalisme, ostréiculture, etc., de se pérenniser.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

Alors que plus de 1,7 million de Français – un record dans l’Hexagone, chiffre supérieur au 1,1 millions de signataires de la pétition des gilets jaunes- ont signé la pétition climat, certaines collectivités prennent l’urgence climatique à bras le corps. Le département du Gard, particulièrement touché par les inondations et les sécheresses, lance une vaste étude pour s’adapter au changement climatique. Le point avec Denis Bouad, le président PS du département.