Régionaliser la santé, taxer le e-commerce, etc. : Les propositions offensives de Carole Delga face à la crise

Photo : Région Occitanie

La Région Occitanie, qui a déjà mobilisé 205 M€ en mesures dont 50 M€ en aides sanitaires, prolonge et renforce les dispositifs d’urgence pour tous. L’occasion aussi de demander davantage de décentralisation au Premier ministre, les régions françaises ne sont-elles pas montrées plus agiles que l’État centralisateur depuis le début de la crise ?

Confrontée à la convergence des crises, sanitaire et sécuritaire, Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie, réaffirme son mantra : « Face aux conséquences lourdes avec des répercussions encore plus larges que lors du 1er confinement, auprès du commerce, de la culture, de la restauration, il faut des mesures comprises et adaptées qui partent des besoins du terrain. » Des aides d’urgence et un processus pour amorcer un changement de modèle économique.

Réorganisation du système de santé en France. Pour cela, pour que les actions aillent plus vite, soient moins empêchées par le centralisme et donc plus efficaces, Carole Delga propose au Premier ministre que l’on revoie le système de santé en France avec une organisation régionalisée. Avec, notamment, « une régulation des installations des personnels soignants, y compris libéraux, avec un zonage prioritaire pour développer les possibilités d’installation en zone rurale, dans certains territoires urbains touchés par la désertification médicale » et aussi : que l’Etat confie aux régions la « responsabilité d’ouverture et de fermeture des filières médicales et paramédicales aux régions, pour les infirmières, les kinés, etc. À chaque fois, il faut demander le feu vert aux ministères concernés » qui refusent, puis acceptent ou pas… Du temps et de l’énergie gaspillés.

« Il faut une refonte urgente d’une réorganisation du système de santé »

Pareillement aux lycées il y a 30 ans, Carole Delga réclame que la région Occitanie se voit transférer « la gestion des établissements de santé, CHU et hôpitaux de proximité en tête pour être au plus près de leurs besoins ». Pour « davantage de réactivité en besoins d’investissement ». Elle plaide pour une « refonte urgente d’une réorganisation du système de santé » : « Les ARS n’ont pas assez de moyens pour agir et toute décision est centralisée au ministère… » Et autant s’en soucier maintenant car il est envisageable que d’autres épidémies touchent l’humanité dans les prochaines décennies.

« Il faut une volonté politique. » Est-ce réaliste ? « Dans le cadre de la loi 3 D (décentralisation, différenciation, déconcentration), c’est tout à fait envisageable, répond Carole Delga. Il faut la volonté politique pour cela », a plaidé Carole Delga. « Il y a une trop grande centralisation. Sans l’intervention des régions, même pas un quart des masques aurait été distribués en avril dernier. Vendredi dernier, veille de rentrée des classes, aucune instruction n’avait été donnée. J’ai donné les miennes. Je ne pouvais pas laisser les 4 700 agents régionaux sans aucune directive ; ni les transporteurs scolaires. Derrière, ce sont des dizaines de milliers d’emplois et 100 000 jeunes. Encore une fois, il faut partir de la réalité du terrain. »

Camions-tests et deux masques par lycéen et par mois

La Région avait commandé au printemps 10 millions de masques, dont 5 millions de
modèles FFP2 et 5 millions de FFP1 DR.

Masques. La région Occitanie a également décidé d’offrir, en plus des deux masques par lycéen par mois, deux masques par enfant à partir de 6 ans, chaque mois également. « Des masques 100 % made in Occitanie » (issu de la filière occitane développée par la région Occitanie). Toujours dans le cadre de la protection sanitaire, la Région va envoyer, avec la Croix Rouge, « des camions tout équipés pour aller tester la population dans des « territoires isolés ». La Région Occitanie « doublera également le nombre de tests antigéniques que l’ARS proposera aux adultes dans les lycées. Pour que l’on puisse en faire d’autres 15 jours après les premiers. »

« Je demande solennellement au ministre de l’Education nationale de fermer les établissements une demi-journée pour faire le point sur les procédures sanitaires à adopter lycée par lycée.

Covid : le point noir des lycées. Pour les lycées, la présidente de Région explique avoir lancé le recrutement de 500 équivalents-temps plein d’agents dont 80 arriveront très vite sur le terrain, et siffle la fin de la récré : « Je demande solennellement au ministre de l’Education nationale de fermer les établissements une demi-journée la semaine prochaine pour permettre à la communauté éducative de faire le point sur les procédures sanitaires à adopter lycée par lycée. Pour les lycéens, les personnels et les enseignants. Actuellement, ce n’est plus possible de continuer ainsi. Nous gérons 225 lycées publics dans la région, avec des rentrées, des cantines, une organisation de salles… Il faut du sur-mesure. »

Il faut permettre « le plus possible aux élèves de continuer à venir aux cours pour éviter un risque de décrochage trop fort » et à toute la communauté éducative de ne pas prendre de risques vis-à-vis de la transmission du covid-19 qui poursuit son oeuvre : « On compte à ce jour plus de 1 000 morts en Occitanie depuis hier, dont 349 en octobre et 68 en septembre. C’est pour dire que le pic de propagation est bien là. L’Occitanie est l’une des régions les plus touchée avec des épicentres en Auvergne-Rhône-Alpes, en Paca et dans les Hauts-de-France… »

Commerces : la liberté de décider aux préfets

Commerces et préfets. En ce qui concerne la gestion du confinement, Carole Delga demande également « au Premier ministre de laisser la liberté aux préfet des départements de fixer les règles d’ouverture des commerces qui le plus souvent respectent scrupuleusement le protocole sanitaire et notamment ne font pas entrer plus de deux ou trois personnes en même temps. » Ce serait une façon de ne pas généraliser une mesure contraignante. Car, « la situation est différente dans le Gard et le Gers ».

Taxer les Gafas, les géants du e-commerce

Taxer les Gafa… .DR.

Taxation des Gafa. Plus globalement, la présidente de la région en « appelle au Premier ministre pour une taxation covid pour les géants du e-commerce. Il n’est pas acceptable que certaines firmes réalisent des milliards d’euros de chiffre d’affaires pendant cette crise » pendant que les petits commerces sont fermés. « Cette taxe, poursuit-elle, abonderait un fonds qui aiderait le commerce de proximité et aiderait à la relance économique. » A ce jour, précise-t-elle, « une taxe a été votée contre les Gafa mais suspendue afin de trouver un accord entre USA et Europe ».

Continuer à soutenir artisans, commerçants, fabricants

Plate-formes commerciale. Ce n’est pas tout. La région lance la plate-forme #dansmazone en accompagnant les commerces vers la digitalisation. Le but : soutenir artisans, fabricants et commerçants. Cette plate-forme gratuite, offrant une plus grande visibilité aux commerçants adhérents, permettra dès le 12 novembre de trouver des produits de la vie courante près de chez eux. par ailleurs, la plate-forme Tousoccitariens.fr qui référence 4 300 agriculteurs et producteurs de la région, sera ouverte dès ce 4 novembre au restaurateurs et traiteurs proposant livraisons à domicile ou à emporter. Ils seront géolocalisés.

Il sera possible d’acheter tout ce qui est produit localement, idéal pour « les cadeaux de Noël ». A ce sujet, il sera possible d’obtenir des aides de la Région pour créer son site internet et/ou organiser un click and collect. « De même que pour une entreprise organiser son télétravail ou mettre en oeuvre un processus de production. » Carole Delga a ajouté que « nous travaillons avec les CCI pour apporter une aide pour les loyers. » La région avait déjà créé une plate-)forme de producteurs locaux qui connaît un énorme succès.

Familles modestes. Lancé en juin, le dispositif Loccal, qui bénéficie de 80 M€ apportés par la Région, les départements et les intercommunalités, avec le concours de la Banque des territoires, sera adapté. Les aides peuvent désormais financer l’ensembles des investissements immatériels nécessaires à la relance, notamment pour la transformation numérique. Créer là aussi par exemple un site web marchand. « Il sera élargi aux entreprises culturelles ».

Au total, la Région Occitanie a déjà mobilisé 205 M€ en mesures dont 50 M€ en aides sanitaires. « Il y a les mesures d’urgences et des mesures qui permettent d’enclencher un nouveau modèle de développement ». Les élections régionales ? « Ce n’est pas d’actualité. Ce qui intéresse les gens que je rencontre c’est est-ce que j’aurais des masques pour mes enfants et est-ce que je vais garder mon travail ? on se posera la question en janvier… »

Olivier SCHLAMA

Vivre avec la crise avec Dis-Leur !