Le projet est destiné à une prise en charge globale des personnes fragiles, de malades chroniques et des personnes âgées. Après Montpellier, des implantations sont prévues, à Béziers, notamment, au rythme de deux à trois ouvertures par an en France. Des spécialistes accueillent ce concept avec intérêt.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

Dans un secteur opaque dont les offres sont souvent chères et illisibles, la première complémentaire santé de France, s’est engagée à permettre à ses 1,8 millions de particuliers assurés de ne pas mettre la main à la poche. Sans augmenter ses tarifs en 2020, sous réserve que l’Etat ne transfère pas d’autres charges aux mutuelles.