Tourisme : La Région lance un nouveau fonds d’aide de 80 M€

Les tables sont prêtes à être dressées. E, attendant les aides exceptionnelles sont mises sur la table. Photo: DR

Déjà mobilisée, la région Occitanie vient de créer un nouveau fonds, L’Occal, doté de 80 M€, il sera accessible le 1er juin. Le gouvernement, lui, a lancé « un plan massif de 18 milliards d’euros ».

« Je demande un effort aux sociétés d’autoroute pour qu’elles lèvent leurs barrières de péage pour les vacances… » Une gratuité qui complèterait l’effort qui se doit d’être collectif pour une présidente de région Occitanie qui agit en « pack » de rugby, comme elle le répète. C’est-à-dire collectif. Carole Delga le rappelle : « J’ai proposé au gouvernement un chèque tourisme pour davantage de pouvoir d’achat pour aller au restaurant, se déplacer, se loger et payer ses loisirs. » Dis-Leur vous l’a expliqué ici récemment.

La veille, la présidente d’Occitanie avait précisé : « Deux conseils régionaux sont en pointe sur ce sujet, celui d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine. » Et plusieurs départements ont eux aussi signé cette lettre au Premier ministre : le Gers et l’Aude en Occitanie ; et les Landes, l’Ardèche, la Meurthe et Moselle. À tel point que l’on pourrait y imaginer une expérimentation très prochainement. Une mesure forcément coûteuse puisqu’il s’agira pour les financeurs de ce chèque tourisme d’en financer une partie et qui doit s’appuyer sur l’expérience et l’ingénierie des agences nationales des Chèques vacances et/ou des Tickets restaurants.

Déjà 110 intercommunalités ont accepté de participer à ce fonds de 80 M€, dédié au commerce et à l’artisanat qui sera distribué sous forme de subvention ou de garantie d’emprunt »

Carole Delga
Carole Delga, présidente de la région Occitanie. Ph. O.SC.

En attendant les clients, les entreprises sont le plus souvent à sec. Certes, au même titre que toutes les entreprises du territoire, celles du tourisme ont pu bénéficier des aides nationales et régionales. Mais même si les bars, cafés, restaurant et hôtels pourraient rouvrir en juin, la filière tourisme a énormément souffert. Et ce n’est sans doute pas fini : il faudra que le consommateur ait confiance pour revenir fréquenter ces lieux de convivialité.

Nouveauté, un troisième et dernier dispositif régional a été créé à destination des entreprises du secteur du tourisme. Bientôt elles pourront bénéficier du fonds baptisé L’Occal (Oc comme Occitanie, cal comme local), mis en place par la Région avec 12 des 13 départements de la région (la Haute-Garonne n’y participe pas) et les intercommunalités et le soutien de la Banque des Territoires. « À ce jour, 110 intercommunalités ont déjà accepté d’y participer, 40 autres en étudient la possibilité. Ce fonds dédié au commerce et à l’artisanat, notamment, sera distribué sous forme de subvention ou de garantie d’emprunt. Il servira à de l’investissement, répondra à des besoins de trésorerie, pour acheter des équipements « , précise Carole Delga. Doté d’une enveloppe de 70 M€ à 80 M€, permettant d’octroyer des subventions ou des garanties d’emprunt.

Déjà le fonds régional de solidarité de 12 M€

Pour rappel, il existe le fonds régional de solidarité, qui pour les mois de mars et avril, s’adressait, en Occitanie, aux entreprises ayant enregistré une perte de chiffre d’affaires de 40 % (contre 50% au niveau national). « Ce qui a permis à quelque 3 200 entreprises supplémentaires d’être aidées sur les 130 000 entreprises qui l’ont été », souligne Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie. Dans le dispositif d’Etat complété par celui de l’Occitanie, « il y avait des trous dans la raquette : ce sont des entreprises, des indépendants, qui n’y étaient pas éligibles ou qui ne pouvaient pas demander un PGE (Plan garantie par l’Etat) ou qui ne pouvaient pas s’endetter. Pour ce dispositif, nous sommes partis des besoins du terrain et nous avons budgété une enveloppe de 12 millions d’euros. »

Ce fonds d’aide a été modifié pour le mois de mai, afin de cumuler, avec le fonds national de solidarité, une aide régionale allant de 1 000 € à 4 000 € pour les entreprises de moins de 50 salariés et réalisant un chiffre d’affaires d’au moins 35 000 €. Autre aide, le Pass Rebond Occitanie Tourisme. « Doté de 5 M€, il permet de soutenir les investissements, les innovations et les dépenses de conseil visant la transition numérique, énergétique et écologique. Versée sous forme de subventions, ces aides pourront atteindre jusqu’à 200 000 €. »

Tourisme cultuel à Lourdes, d’affaires à Montpellier et Toulouse, le littoral et grandes itinérances…

Enfin, la Région Occitanie et le Comité régional du tourisme travaillent, ensemble, pour la mise en place de plans mieux adaptés à certaines filières ou certains territoires, tels que le tourisme cultuel à Lourdes, le tourisme d’affaires à Montpellier et Toulouse, ou encore le littoral et les grandes itinérances. À ce titre, Carole Delga a annoncé le lancement d’un plan d’aide spécifique pour le thermalisme mais aussi pour la filière viti-vinicole. Cette dernière ayant subi les pires avanies : le Brexit, les taxes Trump de rétorsion et bien sûr la crise sanitaire. Elle a aussi annoncé un « plan pour l’agroalimentaire qui est une filière transversale ».

Je veux que le fils d’un boucher du mont Valier (dans les Pyrénées ariégeoises, Ndlr) puisse aller au Machu Pichu et que la fille de la caissière d’un supermarché d’Alès puisse aller en Afrique rencontrer d’autres cultures. »

Sans parler de « la filière aéronautique » et de « l’avion vert » : « L’aérien doit évoluer ; avoir des avions moins  lourds, plus économes ; de plus en plus convertis à l’électrique et demain à l’hydrogène. Je défends l’aérien, a lancé Carole Delga, parce que l’on a besoin de se rencontrer, y compris sur les longues distances. La crise nous a appris deux choses : on n’est pas à l’abri d’une épidémie ; ce n’est pas réservé à un pays sous-développé et ensuite la paix ce n’est pas pour l’éternité, ça se cultive. Je veux que le fils d’un boucher du mont Valier (dans les Pyrénées ariégeoises, Ndlr) puisse aller au Machu Pichu et que la fille de la caissière d’un supermarché d’Alès puisse aller en Afrique rencontrer d’autres cultures. »

Aéronautique : de 20 000 à 40 000 emplois menacés

À ses côté, pour ce point presse par visioconférence, le président de la chambre d’industrie d’Occitanie a complété : « Le chiffre d’affaires de l’aérien c’est 600 000 milliards d’euros ; les besoins des compagnies aériennes c’est 200 milliards d’euros, dont 7 milliards à Air France. Il faut aider la filière, que leurs charges soient abandonnées, qu’elles bénéficient de capitaux français et investir massivement dans la R&D pour aller vers l’avion vert. »

Photo D.-R.

Alain di Crescenso a ajouté : « Cette crise va durer longtemps. Il y a rien que dans cette filière entre 20 000 et 40 000 emplois menacés. Il faudra renforcer ces dispositifs. Il va falloir accompagner les entreprises, y compris dans leur transmission, car il y aura inévitablement des défaillances notamment dans l’hôtellerie-restauration. De nombreuses entreprises ont souffert d’un manque de digitalisation. Il faut que leurs sites soient fabriqués chez nous pas par des opérateurs étrangers qui prennent des commissions importantes… » Pour sa part, Serge Crabier, président de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat d’Occitanie (CRMA), a renchéri : « Les 150 000 entreprises artisanales que nous représentons ont pris cette crise de plein fouet. Nous en avons accompagné 70 000. »

À ce titre, un travail spécifique est mené en faveur du thermalisme, du bien-être et du thermoludisme, en partenariat avec les départements, les EPCI et la Banque des territoires. Plusieurs mesures sont à l’étude : l’aide au redémarrage des exploitations, les travaux d’adaptation sanitaire des équipements, des parcours de soins et la mise en place d’outils d’invention financiers spécifiques de type capitalisation, apports en compte-courants d’associés…

Olivier SCHLAMA

Les principales mesures du plan national

Le gouvernement lance un plan massif de 18 milliards d’euros pour soutenir le tourisme.

  • Une réouverture des cafés-restaurants pourra être envisagée dans les départements verts à partir du 2 juin.
  • Les entreprises du tourisme pourront continuer de recourir au chômage partiel jusqu’à fin septembre.
  • Les Français pourront partir en vacances en France en juillet et en août, sous réserve de l’évolution de l’épidémie et de possibles restrictions.
  • Le dispositif de prêts garantis par l’État est renforcé pour le secteur du tourisme et la restauration.
  • Les meilleurs mois d’activité 2019 seront pris en compte comme calcul de référence
  • L’accès des entreprises du secteur au Fonds de solidarité est prolongé jusqu’à fin 2020.
  •  Les banques se sont engagées à reporter les échéances de prêts sur 12 mois et non 6 mois.
  • L’exonération de cotisation est prolongée jusqu’à la fin de la fermeture des établissements.
  • Un crédit de cotisation de 20% est accordé pour accompagner la reprise.
  • Mobilisation d’un plan d’investissements en fonds propres de 1,3 Md€ à travers BPI France et la Caisse des Dépôts.
  • Ils généreront des investissements privés pour un total d’environ 7 Md€ de financements, notamment dans le tourisme durable.

👉 Plus d’information ici 👉 https://www.plan-tourisme.fr

Le tourisme, c’est dans Dis-Leur !