C’est le plus important et ancien recensement en France. Et le constat est déprimant. Scientifiques et associations alertent sur cette catastrophe et demandent des mesures fortes. En urgence. En dénonçant, à l’instar de Benoît Fontaine, du Muséum d’histoire naturelle, les “milliards d’euros dépensés par l’Europe dans des mesures inefficaces”.

Sous la houlette de la LPO et le Muséum d’histoire naturelle, vous pouvez participer à un comptage national depuis votre jardin, un parc voire votre balcon. Cela donnera au final une photo de la stabilité ou du déclin de certaines espèces et d’une biodiversité malmenée. L’an dernier, 4 000 volontaires ont observé 90 000 oiseaux se poser sur leur lopin ! Un engouement depuis les confinements alors que l’agriculture est la première cause de l’érosion continue de biodiversité…

En 2019, la découverte de Spatules blanches ayant élu domicile pour pondre et élever leurs petits au beau milieu de l’étang de Bages-Sigean avait été une surprise, car ces oiseaux ne se reproduisaient jusqu’alors qu’en Camargue pour la Méditerranée française. En 2020, elles sont revenues, plus nombreuses encore, dans l’unique colonie d’Occitanie.