Bienvenue à la nouvelle projection (en ligne) du cycle Ciné Avia, qui invite le public à découvrir la grande aventure du transport aérien à travers le cinéma, les exploits des héros de l’air, leurs drames et romances avec la projection de grands classiques, chef d’œuvres et documentaires. Dimanche à 15h, bienvenue “Au Grand Balcon” de Henri Decoin (1949).

C’est une première en France. La start-up montpelliéraine Keetiz réinvente le bon d’achat mais à grande échelle, ce qui risque de faire boule de neige et de participer à relancer le secteur. Il est valable dans 25 000 lieux culturels partout en France. Une démarche pro-active et solidaire qui se met en place dès demain et d’une grande simplicité de mise en oeuvre. Macron y a même été sensibilisé.

Le Festival International du Film Politique donne rendez-vous à Carcassonne du 15 au 19 janvier, dans les salles du Colisée (Cinéma CGR) et du Dôme (dans le respect des règles sanitaires en vigueur) pour une 3e édition où le plaisir cinéphile restera intact. La programmation a été présentée en visio-conférence. Avec un hommage fort à Raymond Depardon…

La 3e édition du Festival International du Film Politique (FIFP) avec la comédienne et réalisatrice Sara Forestier pour invitée d’honneur, se tiendra du 8 au 12 décembre, à Carcassonne (Aude). Douze longs-métrages seront projetés en avant-première. Henzo Lefèvre, Etienne Garcia et toute l’équipe du festival œuvrent à construire une édition des plus festives dans le respect des mesures sanitaires, pour la sécurité du public et des invités.

Les chalets sur pilotis de Gruissan (Aude) pour “37°2 le matin” de Jean-Jacques Beineix en 1986, la plage de Sète accueillant le triangle amoureux de “César et Rosalie” pour Claude Sautet (1972), l’Occitanie a offert quelques décors inoubliables au 7e Art. Mais c’est aussi ici qu’est née la “Nouvelle Vague”, avec des films tels que “La Pointe-Courte” d’Agnès Varda (1954) ou “Les Mistons” de François Truffaut (1957)…

À Sète, la ville propose à sa quinzaine de festivals d'organiser des concerts partout dans la commune cet été et leur offrent une soirée "carte blanche" au Théâtre de la Mer. À cette stratégie singulière, deux autres voies sont explorées : un report à l'automne ou un ersatz de manifestation sur la Toile. La perte annoncée de ce secteur est de 230 à 260 M€ en Occitanie.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer