Méditerranée : Deux entreprises héraultaises s’engagent pour repeupler la Grande Bleue

Relaché de poissons par EcOcean. Photo ©Remy DUBAS

Concrètement et à partir du 1er janvier 2021, un pourcentage des recettes issues de la vente des produits de la gamme Pavillon France de Golfo Nuevo sera destiné à soutenir les activités de régénération de la biodiversité marine engagées par la société EcOcean. L’objectif des deux sociétés basées dans l’Hérault : soutenir le projet de repeuplement CasCioMar (Bouches-du-Rhône).

“Si les acteurs de la pêche ne protègent pas dès aujourd’hui la biodiversité marine, demain nous n’aurons plus de poisson. C’est une question de bon sens !” explique Stéphane Seguin, dirigeant de la société Aqualis Seafood, créée en 1994 et installée à Sète. Les produits Golfo Nuevo concernés par cette initiative durable seront identifiés par le logo “Je repeuple la Mer” afin d’offrir un maximum de transparence aux consommateurs.

Une première née dans l’Hérault

Le logo qui sera apposé sur les produits « Golfo Nuevo » concernés

La signature de ce partenariat vient s’ajouter aux précédentes initiatives durables de l’importateur français. Parmi elles : la commercialisation d’une gamme de produits certifiés MSC (*), un label visant à assurer la pérennité des populations de poissons, et Pavillon France, la marque collective de l’association interprofessionnelle France Filière Pêche, ainsi qu’un soutien à l’association de sensibilisation à la problématique des déchets sauvages Project Rescue Ocean.

“Ce soutien de la part d’une entreprise du secteur de la distribution est une première. Il va nous permettre de diversifier les sources de financement privé de la nurserie CasCioMar située dans la baie de Marseille et pourquoi pas dans le futur d’engager plus de fermes similaires pour repeupler encore plus de poissons côtiers” confie Gilles Lecaillon, président-fondateur d’Ecocean.

EcOcean, une référence reconnue par tous

La signature du partenariat entre EcOcean et Aqualis seafood. Photo D.-R.

Créée en 2003 à Montpellier, Ecocean a développé un savoir-faire unique : la collecte et l’élevage de post-larves (PCC) pour une valorisation durable de la ressource marine et la conservation de la biodiversité des écosystèmes marins.

Devenue leader mondial de la technique de PCC, elle développe des solutions opérationnelles, 100% recyclables et recyclées, développées et fabriquées dans ses locaux en France, pour redonner des fonctions écologiques aux aménagements littoraux.

Pour ses actions, elle a obtenu en 2016 le prix national Environnement et Entreprise catégorie Biodiversité ainsi que le prix Inn’ovation Mer et Littoral 2019 de la Région Occitanie. Ces applications s’articulent autour de 4 métiers : la restauration écologique, l’élevage raisonné, la vente d’engins de pêche et d’élevage, le diagnostic scientifique.

A propos du thon rouge

On peut noter au passage que La pêcherie française des petits métiers de Méditerranée de thon rouge  (Thunnus thynnus) regroupés sous la marque Thon Rouge de Ligne – Pêche artisanale (également basée à Sète) est en cours d’évaluation selon le référentiel de Pêche Durable du MSC. La pêcherie sera évaluée par Control Union Pesca (CUP), selon 3 critères : la santé du stock, les impacts de la pêcherie sur l’environnement marin et la gestion de la pêcherie.

« La pêche au thon rouge  a une  histoire mouvementée. Associée à la surexploitation des stocks dans les années 2000, suivie d’efforts de reconstitution, nous souhaitons aujourd’hui vérifier, en nous lançant en évaluation, que les petits métiers qui adhèrent à l’association Valpem pour la marque Thon rouge de ligne – pêche artisanale  répondent aux strictes exigences de pêche durable du MSC », précise Bertrand Wendling, directeur général de la SA.T HO.AN.

Philippe MOURET

(*) Le Marine Stewardship Council (MSC) est une organisation mondiale à but non lucratif créée pour lutter contre la surpêche. Et le label MSC garantit que le poisson a été pêché d’une manière responsable, en laissant suffisamment de poisson dans l’océan, en respectant l’environnement marin et en permettant aux pêcheurs de continuer à éxercer leur métier.
Aqualis Seafood est dirigée depuis 2014 par Stéphane Seguin et propose une sélection de produits valorisant le “mieux manger” et les produits issus d’une pêche durable. Dans son catalogue, des produits de la mer surgelés commercialisés sous la marque Golfo Nuevo ainsi que des tapas, des plats préparés et des desserts aux saveurs méditerranéennes sous la marque Golfo Gourmet. Avec un chiffre d’affaires multiplié par 3 en 5 ans (6 M€ en 2019), Aqualis Seafood compte parmi les trois principaux importateurs français de poisson. En plein développement, la société
a récemment fusionné avec l’entreprise bordelaise Savigny surgelés frais spécialisée dans la commercialisation de fruits surgelés haut de gamme.

Focus sur le projet CasCioMar :

Développé dans le cadre du Contrat de baie de la métropole marseillaise et afin
d’améliorer la qualité écologique et sanitaire des masses d’eau côtières, le projet
CasCioMar dont le nom reprend les initiales de Cassis – la Ciotat – Marseille, a
débuté en 2016.

Porté initialement par la CDC Biodiversité et EcOcean, co-financé par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse et la région Sud, il vise à accélérer et stimuler la résilience de l’écosystème marin côtier et de favoriser par le repeuplement la présence d’espèces à fort intérêt halieutique et patrimonial.

Une nouvelle page qui s’ouvre

Mis en œuvre avec la participation des pêcheurs locaux, son but est de capturer en mer les post-larves de poissons avant leur installation sur la côte (où +90% d’entre elles meurent naturellement), de les faire grandir quelques mois dans une ferme d’élevage avant de les réintroduire dans les 3 zones initiales de capture en milieu
naturel afin d’optimiser leur chance de survie. Un nouveau cycle de repeuplement de 5 ans démarre en janvier 2021 : c’est dans cette nouvelle page qui s’ouvre que s’engage Golfo Nuevo.

La Méditerranée… Dis-Leur !