Économie : Ariège-Andorre, vers une coopération renforcée

L'Ariège... Photo : DR.

La présidente du département de l’Ariège a reçu une délégation officielle venue d’Andorre. Le but : étudier le renforcement les liens avec Andorre en matière d’emploi, de mobilité, d’agriculture et de tourisme. Christine Téqui demande qu’au préalable soit effectué un panomara des opportunités et des freins. De son côté, la présidente de Région noue, elle aussi, des relations serrées.

Proximité géographique oblige, l’Ariège veut se tourner davantage vers la Principauté d’Andorre, sa voisine. Pour renforcer ses liens naturels. Emploi, mobilité, agriculture, tourisme : ces quatre grands thèmes étaient à l’honneur lundi 17 février. Christine Téqui, la présidente du département de l’Ariège, « souhaitant renforcer la coopération avec l’Andorre, a reçu une délégation officielle d’Andorre », composée de Maria Ubach Font, ministre des affaires extérieures, et Eva Descarrega Garcia, ambassadrice d’Andorre en France.

Au menu du déjeuner qui s’est déroulé à l’hôtel du Département à Foix et des discussions qui l’ont animé, la volonté de l’élue ariégeoise de renforcer les liens de coopération entre le Département et la Principauté. Les échanges ont porté sur les thématiques du tourisme, de l’agriculture, des études universitaires, du développement économique et de l’emploi (celui des travailleurs transfrontaliers notamment) ou encore sur les transports et la mobilité. À ce titre, l’aménagement de la RN 20 dans sa traversée de l’Ariège a été longuement évoqué.

Ce rapprochement est forcément une chance »

Christine Téqui
Christiane Téqui, présidente de l’Ariège, et Maria Ubach Font, Ministre des affaires extérieures d’Andorre. Ph. DR.

Pour Christine Téqui, ce rapprochement est « forcément une chance ». Elle explicite : « Nous coopérons déjà ensemble puisque Andorre utilise le réseau de la fibre internet mise en place en Ariège. Nous avons décider d’aller plus loin mais dans un projet plus global. De réaliser un panorama des opportunités mais aussi des freins à cette collaboration. Par exemple sur le statut des travailleurs transfrontaliers (les textes de lois ne sont pas forcément les mêmes) ; sur les axes routiers qu’il est indispensables d’aménager comme la RN 20. Ce sont des démarches communes à effectuer et des engagements communs sur un temps qui dépassera notre mandat actuel. Mais c’est une bonne chose de lancer cela. »

Château de Foix, stations de ski, chemins de randonnées

Et la présidente du département de l’Ariège de donner des exemples de possibles collaborations poussées. Andorre est engagée dans un projet de classement à l’Unesco qui comprend le château des Comtes de Foix, propriété du département de l’Ariège. En effet : il s’agit d’un projet transnational France-Andorre-Espagne autour de 13 monuments historiques entre les trois pays. Dans lequel le département de l’Ariège compte « participer efficacement »« Il y a nécessairement des actions communes à faire. Et nous sommes proactifs sur ce sujet. » La présidente de l’Ariège exprime sa volonté de prendre en mains « tout le volet stations de ski où il y a beaucoup à faire mais aussi les chemins de randonnées, même si déjà des choses ont été faites, pour créer des produits touristiques communs par exemple. »

Christine Téqui cite également l’accueil d’étudiants. « Il y a actuellement quelque 400 étudiants andorrans qui étudient à Toulouse et Montpellier. Car au delà de notre département, il faut constituer une feuille de route sur le moyen et le long termes qui peut aussi intéresser le département des PO, par exemple. » Avant tout cela, « il convient, redit-elle, de bien identifier les freins à cette coopération renforcée. »

Lac de montagne. Ph. département de l’Ariège

Les représentantes du voisin andorran ont souligné, de leur côté, « leur engagement pour une coopération efficace sur des sujets tels que le projet d’inscription à l’Unesco, en lien avec le château de Foix, ou encore sur la réussite de la connexion de la Principauté au réseau fibre optique déployé par l’Ariège ». Une prochaine rencontre est d’ores et déjà programmée pour le mois d’avril.

Produits Sud de France, agriculture, environnement…

Le relations avec la région Occitanie (Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées jusqu’en 2016) sont anciennes. Notamment au travers de la Communauté de travail des Pyrénées, un organisme qui associe les trois pays et de nombreuses régions En Espagne, France et Andorre. « France et Andorre ont décidé de renforcer leurs relations.

Col de Peguere. Photo : Département de l’Ariège.

Et bien sûr la région Occitanie y est associée », précise un proche du dossier. Les deux pays dont, depuis la tenue d’un comité stratégique le 29 novembre 2019, signé nombreux accords dont l’un de 21 millions d’euros financés à part égales entre la France et Andorre pour améliorer les routes entre les deux pays. On compte aussi, au niveau national, des accords de coopération sur la gestion de l’eau, en matière économique, la culture et la formation. Des éléments que confirme la préfecture de région. Le 2 septembre 2019, c’était le chef du gouvernement andorran, Xavier Espot qui s’est même rendu à Toulouse pour y rencontrer Carole Delga.

Depuis, la Région Occitanie a approfondi ses coopérations avec Andorre. Trois thèmes ont été retenus pour les exercer : l’économie verte (de l’agriculture à l’environnement) avec entre autres un meilleur placement de produits Sud de France en Andorre qui a aussi la volonté de diversification agricole pour sortir du tout tabac ; il y a aussi des besoins de formations. Deux autres secteurs sont concernés : l’enseignement supérieur. Entre autres il s’agit de faciliter l’accueil d’un demi-millier d’étudiants andorrans qui font principalement leurs études à Toulouse. Et enfin le tourisme. « Il s’agit là davantage de partages de connaissances cartographiques, de visites patrimoniales, etc. » Carole Delga a aussi nommé John Palacin, conseiller régional (et candidat aux municipales à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne) pour être l’élu référent dans ces relations renforcées avec l’Andorre.

Olivier SCHLAMA

L’Ariège, c’est dans Dis-Leur !