[mise à jour le 26 novembre 2021] A Seix, dans l’Ariège, la battue aux sangliers tourne au drame samedi quand un groupe de chasseurs tombe nez-à-nez avec une ourse et ses deux oursons. Une enquête est ouverte. La présidente du département réclame que la population de plantigrades soit a minima régulée. De quoi alimenter le bras de fer entre pros et anti-ours. La procureure de Foix indique que le chasseur était possiblement en infraction… Une information judiciaire a été ouverte pour « destruction d’une espèce protégée »

Un berger vient d’être attaqué et 56 brebis sont mortes pour échapper à un ours. C’est dans ce contexte qu’un vaste projet de conservation de l’ours est mis en route. Réensauvagement du territoire, subtilisation de la montagne par le prédateur… C’est la lecture très critique du projet Life Ours Pyr des élus départementaux de l’Ariège et de la chambre d’agriculture, furieux d’en avoir appris la conception par hasard et qui en demandent à Macron le retrait. “Plus il y aura des ours moins il y aura des troupeaux et des hommes”, alerte Christine Téqui, présidente du conseil départemental de l’Ariège.

La Région Occitanie a créé la Compagnie des Pyrénées dont la vocation est d’entrer au capital des stations et les aider financièrement à investir pour l’avenir et se transformer en station des quatre-saisons. C’est aussi un changement d’échelle pour être reconnu sur la scène européenne et lancer des plans de communication. L’Ariège est tout schuss derrière cette initiative ! 

La présidente du département de l’Ariège qui a fait l’effort d’offrir un terrain et d’apporter 2,6 M€ pousse un cri d’alarme. L’établissement doit être reconstruit. Tout le monde est d’accord. Le budget est trouvé. Mais à cause d’un micro-climat politico-politique, rien ne se passe depuis huit ans. Et il y a urgence : pour les personnes âgées, les personnels en souffrance et l’Ehpad qui n’est plus aux normes…