Tourisme : Ariège-Pyrénées, la nouvelle « Reine des Neiges » ?

Les raquettes, c'est la méthode idéale pour découvrir des secteurs préservés, entre le village de prades et la,Vallée de 7 Cases...Photo DROITS RESERVES

« Plus d’une personne sur quatre qui viennent dans nos stations ne pratique pas le ski », explique Cyril Bardin qui représente la station d’Ax-3-Domaines, mais aussi Guzet, Ascou et Monts d’Olmes. Il faut donc, précise-t-il, « voir plus loin que la simple notion de domaine skiable », pour s’ouvrir au principe de « neige plaisir » et multiplier les activités…

De g. à d., Cyril Bardin, Mado Gonçalves, Isabelle Romero et Georges Vgneau, l’opération déduction des stations de ski de l’Ariège à Montpellier. Photo Ph.-M.

En organisant le lancement de la saison Hiver 2019-2020 à Montpellier (au Café Joseph), les stations de ski de l’Ariège ont aussi donné le top départ de leur campagne de communication « Ariège-Pyrénées, Libres comme l’air »... Non sans une pensée commerciale, puisque l’Hérault est la troisième origine de ceux qui choisissent cette destination hivernale, après la Haute-Garonne voisine et la Gironde.

« Déconnexion, oxygénation, émotion… »

Déclinée en plusieurs slogans par Ariège-Pyrénées Tourisme, la notion de liberté apparaît essentielle : « C’est à la fois un hommage rendu à l’histoire de l’Ariège et un état d’esprit », souligne-t-on chez Ariège Tourisme. Dans le sillage de la championne (Olympique !) du cru Perrine Laffont, originaire des Monts d’Olmes, on nous promet ainsi : « Déconnexion, oxygénation, partage émotion. C’est la promesse de nos dix stations de montagne à taille humaine, nichées au coeur d’une nature gandiose et péservée… »

De nombreuses activités de pleine nature… Photo Stéphane MEURISSE

D’où que l’on vienne, c’est la cité de Foix qui servira de porte d’enrée en Ariège (près de 9 visiteurs sur 10 choisissant la voiture). De là, les dix stations (6) et espaces nordiques (4) du département sont accessibles, ainsi que leurs 330 kilomètres de pistes et leurs nombreuses animations. Car ici, souligne l’Observatoire de l’agence développement-tourisme Ariège Pyrénées, la pratique du ski n’arrive qu’en troisième position (63%) , après la détente et la relaxation (71%), qui devance « partager un moment en famille, avec des amis ou des proches » (69%) et devant « vous évader, changer d’air » (58%).

Intégrer les stations aux paysages pyrénées

C’est d’ailleurs avec passion que Georges Vigneau défend cette diversification des activités, assurant : « L’hiver c’est notre carte de visite, mais la dimension « 4 saisons » se développe. Nos stations sont des éléments essentiels du développement territorial, dans le cadre d’une intégration des stations de ski aux paysages pyrénéens… » Ainsi les hébergements ne se font pas « au pied des pistes », mais dans les villages proches, suscitant plus de contact et « une utilisation partagée de la montagne« , notamment avec les activités pastorales..

Découvrir les paysages pyrénées exceptionnels… Photo Stéphane MEURISSE

Si l’hiver 2018-2019 a enregistré un léger tassement de la fréquentation (après une saison 2017-2018 ayant bénéficié d’un enneigment optimal), les représentants des stations ariégeoises sont optimistes pour la saison qui débute. Avec en perspective un chiffre d’affaire de 10,3 M€ pour les stations de ski et 585 000 € pour les espaces nordiques, générant ainsi plus de 300 emplois permanents et saisonniers.

Dix choses « à faire absolument« 

Si l’on écoute les experts réunis à Montpellier, il existe dix choses à « faire absolument » lorqu’on se rend en Ariège l’hiver : Découvrir le panorama à 360° sur les Pyrénées, de Beille; aller dîner en dameuse au restaurant d’altitude à Guzet, où il est aussi possible de faire une descente de 1,6 kilomètres en lige monorail. Sans oublier naturellement d’aller tremper ses pieds dans les eaux chaudes sulfureuses à Ax-les-Thermes, dormir dans un igloo, tester le ski de nuit aux Monts d’Olmes (où, Perrine Laffont oblige, l’école de ski dispense une formation au ski de bosses), acheter son fromage directement chez un producteur, rencontrer un musher, apercevoir un bouquetin en pleine nature…

Le mushing, course de chiens de traineau, l’une des activités à découvrir en famille… Photo S. MEURISSE

Tout cela, souligne Isabelle Romero (Pyrénées-Ariégesoises Toursme) pour des tarifs particulièrement attractifs : 10,30 € de tarif moyen pour les espaces nordiques et 27 € en moyenne pour les stations de ski de piste. Sans doute de quoi enregistrer plus que les 4,4 millions de « journées skieurs » enregistrées l’hiver dernier.

De nombreux rendez-vous à venir !

Enfin, comme le soulignent encore Cyril Bardin et Georges Vigneau, il ne faut pas oublier les multiples animations qui vont émailler l’hiver, du Red Bull Tout schuss à Ax-3-Domaines au Snow Gay 2020 (12-15 mars), toujours à Ax, ou la course internationale de mushing (course de chiens de traineau) Pyrénées Race au Plateau de Beille, puis sur les pstes de la station nordique du capcir, en Pyrénées Catalanes.

Philippe MOURET

L’Ariège est dans Dis-Leur !