Tourisme : Ces 40 Grands sites qui font rayonner l’Occitanie

Les écluses de Fonseranes accueillent 450 000 visiteurs chaque année; C'est le 3e site touristique le plus visité en Languedoc-Roussillon, après le Pont du Gard et la Cité de Carcassonne.Photos : Olivier SCHLAMA

Déjà inscrites au Patrimoine mondial, les Écluses de Fonseranes, sur le Canal du Midi, à Béziers, sont le 40e site labellisé Grand site d’Occitanie. Un bijou qui doit, comme les 39 autres, doper l’économie touristique via des projets, y compris dans sa zone d’influence. Le but : faire (re)découvrir ces lieux et l’arrière-pays, y compris à une clientèle de proximité. L’ambition est de faire entrer l’Occitanie dans le top 10 des régions européennes en matière de tourisme.

Classées à l’Unesco, les Écluses de Fonseranes sont l’oeuvre du génial Pierre-Paul Riquet. C’est une cascade d’eau empierrée, un ouvrage majeur du Canal du Midi, construit de 1676 à 1680, doté d’un spectaculaire dénivelé de plus de vingt mètres sur trois cents mètres de long. Le site réaménagé, modernisé, à rouvert au public le 1er juillet 2017. La prouesse technique et sa majesté en ont fait pour quelque 450 000 visiteurs chaque année le 3e site touristique le plus visité en Languedoc-Roussillon, après le Pont du Gard et la Cité de Carcassonne.

Cet ensemble a l’âge de la ville de Sète : 353 ans,  Des vieilles pierres tout aussi historiques y sont accolées : le Coche d’eau, la maison des l’éclusiers, l’office du tourisme et sa salle de projection, et un restaurant panoramique avec vue sur Béziers, plus vieille ville de l’Hexagone. C’est tout naturellement que ces Écluses sont devenues ce lundi le 40e Grand site de la région Occitanie (infographie ci-dessous), un label octroyé par le Conseil régional (1).

Il ne faut pas que les territoires restent autocentrés. La solitude, c’est terrible. Ces 40 sites doivent être compris comme une politique d’aménagement du territoire. »

Jean-Louis Guilhaumon, vice-président de la Région.
Fonseranes. Ph. O.SC.

Ces Écluses exceptionnelles sur un Canal du Midi-trait d’union d’une région nouvellement fusionnée sont un vrai symbole d’un patrimoine vivant. C’est le sens de la déclaration de Jean-Louis Guilhaumon, vice-président de la Région chargé du tourisme et maire de Marciac. « Ces 40 Grands sites s’inscrivent dans un schéma plus large où nous voulons faire entrer l’Occitanie dans le top 10 des destinations touristiques en Europe. Il ne faut pas oublier que le tourisme est la deuxième économie de la région loin devant l’aéronautique dont on parle tant et derrière l’agriculture. Ce sont 100 000 emplois et 10 % de la richesse régionale. »

En substance, Jean-Louis Guilhaumon a expliqué combien il espère que ce label Grand Site sera un facilitateur d’une mise en route de projets communs à plusieurs collectivités. « Il ne faut pas que les territoires restent autocentrés. La solitude, c’est terrible. Ces 40 sites doivent être compris comme une politique d’aménagement du territoire. C’est une façon de mobiliser plus facilement les compétences. » D’abaisser les barrières psychologiques du chacun chez soi, en « fédérant les énergies ». Chaque Grand Site est considéré comme « un moteur » dans son environnement qu’il contribuera à faire « rayonner » en terme touristique. Cet environnement bénéficiera d’une « démarche marketing et d’une communication communes ». Pour une meilleure identification de ces 40 territoires où trônent des  joyaux comme les Ecluses de Fonséranes. Le vice-président de la région a toutefois insisté que rayonnement touristique ne va pas de pair avec tourisme échevelé. « Nous ne voulons pas, dit-il, exposer ces Grands sites à une sur-fréquentation ».

Infographie : Région Occitanie.

Téléphérique à Béziers, cheminements doux, Pic du Midi, station météo du Mont Aigoual…

Ce n’est pas tout. La Région, dans le cadre de cette politique de labellisation Grand Site, peut cofinancer un projet. Il en est un à Béziers qui le sera peut-être un jour mais qui fait pour l’instant débat : celui de la création d’un téléphérique entre le centre-ville et Fonsérances. Ce n’est pas d’actualité mais un autre dossier sera sans doute approuvé en février : la création d’un ensemble de cheminements doux, reliant les Écluses au parvis de l’église de Béziers. Coût : 11 millions d’euros, dont une partie émanera donc de la Région.

La collectivité présidée par Carole Delga  est aussi intervenue pour le réaménagement du Pic du Midi, dans l’Hérault, qui a aussi bénéficié de fonds européens, gérés par la Région Occitanie. Idem pour la station Météo du Mont Aigoual, dans le Gard, où la Région a versé une aide de 700 000 euros sur un investissement de 3,5 millions pour transformer le site en observatoire du changement climatique. « Nous intervenons pareillement à la fois sur de grands projets structurants et sur des projets de valorisation du patrimoine : c’est le cas du musée d’Ensérune, entre autres », indique un proche du dossier.

122 dossiers aidés au titre des Grands sites et 400 dossiers d’aides aux collectivités

Jean-Louis Guilhaumon le confie à Dis-Leur. « En seulement un an, la Région Occitanie a aidé 122 dossiers dans le cadre des Grands sites et a versé 12 millions d’euros sur 60 millions d’euros d’investissement. Enfin, cette politique facilitatrice s’est accompagnée de 40 millions d’euros d’aide (sur un investissement de 211 millions d’euros au total) pour plus de 400 dossiers d’aides pour des équipement de collectivités. Enfin, cette politique se double d’un accompagnement pour candidater à un label national : Grand site de France, comme pour la fameuse abbaye de Conques (Aveyron). » Ou de ce site Canal du Midi, Béziers.

Un « escalier » d’eau de 300 mètres de long créé il y a 350 ans par Pierre-Paul-Riquet sur le canal du Midi reliant Sète à Toulouse. Photo : Olivier SCHLAMA

Environ 15 millions d’euros « ont déjà été identifiés pour les quatre ans à venir et pour lesquels la Région Occitanie pourra intervenir à hauteur de 20 % à 35 % en fonction des dossiers », explique-t-on. Exemples : outre le cheminement doux entre Fonseranes et Béziers, il est déjà question d’aménager l’itinéraire EuroVélo 8, le long du canal du Midi ; de créer des sentiers pédestres et d’itinéraires VTT homologués ; valoriser l’Orb et de la maison du site des Orpellières, d’aménager le belvédère de Castelnau ; créer un paléoparc, etc. Mais aussi de continuer à investir à Fonseranes, d’aménager le site du Malpas, valoriser le quai du Port-Notre-Dame… Enfin, ce contrat permettra d’obtenir ou renouveler des labels pour des clientèles spécifiques : Accueil à vélo, Tourisme et handicap, Vignobles et découvertes, par exemple et développer des animations. In fini, on pourra créer des outils comme un observatoire touristique, réaliser des études de clientèles…

Les Écluses de Fonseranes ont déjà bénéficié d’un investissement de 13 millions d’euros et pour continuer à faciliter les choses, il faut continuer à jouer groupé et non pas isolé. »

Frédéric Lacas, président de l’agglomération de Béziers

Président de l’agglo de Béziers, qui pilote le dossier Grand Site à Béziers, Frédéric Lacas a rappelé que « les Écluses de Fonséranes ont déjà bénéficié d’un investissement de 13 millions d’euros apportés par l’Europe, l’Etat, la Région, le Département et la ville de Béziers. Et que pour continuer à faciliter les choses, il faut continuer à jouer groupé et non pas isolé. » Il a évoqué ce projet de « téléphérique pour irriguer la ville-centre et que les gens de la ville-centre viennent à Fonséranes. Car Les Écluses, ce sont 450 000 visiteurs chaque année ».

Il y a encore beaucoup à faire pour créer une harmonie et profiter de ce canal unificateur qui court de Sète à Toulouse »

Florence Taillade, présidente de l’office du tourisme de l’agglomération de Béziers

De son côté, Alain Caralp, président de la communauté de commune la Domitienne (huit communes dont Cazouls-les-Béziers, Nissan-lez-Ensérunes, Vendres, Montady…) a insisté sur « les marges de manoeuvres colossales en matière de tourisme qu’offrent nos territoires et leurs patrimoines paysagers formidables, certains étant classés Natura 2000 » et parfois peu connus, souvent désertés pour le bord de mer… « On ne peut pas engager de projet tout seul. Nous sommes dans une région bénie des dieux où l’on peut raconter une histoire ».

Florence Taillade, présidente de l’office du tourisme de l’agglo de Béziers, a, quant à elle, souligné qu’avec ce label « il y a une volonté de lever les barrières administratives ». Il est vrai que le touriste se fiche pas mal d’être dans telle ou telle agglo. « Il y a encore beaucoup à faire, a-t-elle ajouté, pour créer une harmonie et profiter de ce canal » unificateur qui court de Sète à Toulouse. Enfin, Jean-Noël Badenas, président de la communauté de communes Sud Hérault (Puisserguier, Capestang, Quarante, Saint-Chinian…) a tenu à profiter de l’occasion pour critiquer VNF, le concessionnaire du Canal du Midi, « qui doit prendre ses responsabilités et mieux équiper ses ports, mieux entretenir ses berges, les pistes cyclables… On se sent démunis… »

Olivier SCHLAMA

  • (1) Ce 40e contrat Grand Site a été signé : l’Agglomération de Béziers, les communautés de communes la Domitienne et Sud Hérault.
  • Les Ecluses rayonnent sur un territoire de 166 500 habitants dotés de onze monuments classés. On compte 750 000 visiteurs cumulés par an sur les sites du coeur emblématique. Ce sont neuf sites : collégiale et château des Archevêques de Capestang, grand bief du canal, oppidum d’Ensérune, tunnel du Malpas, étang asséché de Montady, Via Domitia, pont canal du Midi et doncx les neuf écluses de Fonseranes.

Plongez-vous dans Dis-Leur !