Fabrique des élites, les IEP se délitent. Les Instituts d’études politique (IEP) sont dans l’oeil du cyclone depuis l’affaire Duhamel qui a libéré la parole de nombreuses victimes. À celui de Toulouse, Juliette, 20 ans, victime de viol, a écrit une lettre ouverte qui a déclenché un tsunami. Une enquête est ouverte.

Prise en charge des enfants et des femmes victimes et même des auteurs de violences : le département de Haute-Garonne lance un plan anti-féminicides. En 2019, 150 femmes – et plusieurs dizaines d’enfants ! – sont morts sous les coups de leurs conjoints en 2019. Déjà, 10 autres sont décédées en janvier. Pour Muriel Salmona, psychiatre, « il reste beaucoup à faire »