Jean-François Bouscarain, infirmier libéral et Président de l’URPS Infirmiers d’Occitanie, alerte sur des tentatives d’abus de procuration de vote chez les patients âgés et fragiles. Des individus “utilisent des discours trompeurs pour obtenir des procurations aux élections législatives, exploitant la vulnérabilité des patients”, dénonce-t-il.

“Sic transit gloria mundi”… Il n’est pas d’autre exemple, dans les 26 autres Etats qui composent l’Union européenne, d’un résultat comparable à celui que vient de connaître la France. La (très) large victoire du Rassemblement national et la déconfiture du parti présidentiel, qui sonne comme un vote sanction contre le Président en exercice, sont un coup de tonnerre. Et la dissolution annoncée par Emmanuel Macron symbolise son impuissance politique au risque d’affaiblir la France.

“L’Europe s’incarne partout dans les territoires, des métropoles jusque dans nos villages, elle investit dans de multiples domaines de notre quotidien et ne se limite pas à édicter des normes ou à une monnaie commune. L’Europe, c’est ce que l’on en fait, nous européens”, a récemment déclaré la présidente de Région, Carole Delga. Il faut rappeler que pour la période 2021-2027, ce sont 1,4 Md€ de fonds européens qui ont été attribués à l’Occitanie.

La Jeune Chambre Économique Française (JCEF) organise un “Tour de France des élections européennes” pour sensibiliser la population à l’importance de ce scrutin. Du 23 avril au 1er juin, 39 JCE locales proposeront des événements destinés à mobiliser les citoyens, les primo-votants en particulier. Sept JCE d’Occitanie sont impliquées : Montpellier, Béziers, Narbonne, Perpignan, Millau, Rodez et Toulouse.

“J’ai été bluffé !” : directeur de recherche à l’université Paul Sabatier, à Toulouse, Pascal Marchand le dit : il va falloir inventer la vie qui va avec l’intelligence artificielle…! Car le monde est de plus en plus piloté par des robots et Chat GPT interroge nos vies et nos métiers. Les politiques, aussi, vont devoir s’adapter comme de nombreuses professions…

À l’occasion des récentes élections départementales, vingt femmes ont été élues à la tête de conseils départementaux en France, dont 5 en Occitanie. Un moment “historique” pour le présidente de l’Observatoire de la Parité, qui voit ici “l’effet d’entrainement, surtout entre les deux tours, suscité par la trajectoire de Carole Delga…”

En France, sur 155 candidatures à la présidence d’un Conseil régional, 46 sont portées par des femmes, soit 29,7 % de femmes en position de numéro un. En Occitanie, les chiffres sont légèrement supérieurs avec trois femmes sur neuf listes, soit 33,3 % : la présidente sortante Carole Delga (PS et alliés), Malena Adrena (Lutte Ouvrière), et Myriam Martin pour La France Insoumise.

Les maires étaient appelés à se prononcer. En France, ils ont majoritairement pour.  Dans la Région, ils sont 64 % à vouloir que ces échéances électorales se tiennent en juin prochain, conformément au souhait de Carole Delga, présidente de Région. Les trois plus grandes associations d’élus dénoncent : “Le gouvernement a peur du verdict des urnes.”

Recrutement de 200 médecins et infirmières, augmenter le nombre de places dans les formations, construire ou agrandir 150 maisons et centres de santé, augmenter la place du bio dans les cantines, encourager les visites des médecins à domicile… La candidate PS à sa succession à la tête de la Région Occitanie a dévoilé ses premières propositions en matière de santé, “priorité de mon prochain mandat”.

Au lendemain du renouvellement du 27 septembre, l’Occitanie ne brille pas au Sénat par la présence des femmes. Dans les neuf départements d’Occitanie soumis à renouvellement, sur 23 sièges, 4 sont occupés par des femmes, soit 17,39 %. Exactement le même chiffre que lors du renouvellement de 2014.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

On ne peut que le constater, la réussite des listes écologistes lors du second tour des municipales, le 28 juin dernier, n'a pas emporté l'Occitanie. Les maires déjà en place ont plutôt bien résisté, notamment à droite. Deux faits marquants : l'élection de Louis Alliot (RN) à Perpignan et du socialiste Delafosse à Montpellier.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer