Jeux Olympiques d’hiver : Perrine Laffont ou la bosse du ski

Perrine Laffont, des pistes des Pyrénées à celles de Corée du Sud. Une jeune ariégeoise à suivre aux Jeux Olympiques d'hiver, dès le 9 février. Photo D.-R.

Perrine Laffont, jeune ariégeoise de 19 ans est l’espoir français du ski de bosses féminin. Après avoir récemment remporté la médaille d’or sur la piste américaine de Dear Valley, dans l’Utah, elle se positionne deuxième au classement de la Coupe du monde de sa spécialité. Après une déception lors de l’épreuve de Mont-Tremblant au Canada, Perrine se concentre maintenant sur les Jeux Olympiques de Pyeonchang, en Corée du Sud,  dont les épreuves débuteront le 9 février…

Une championne en route pour PyeongChang… Photo D.-R.

Perrine Laffont est née à Lavelanet, en Ariège, le 28 octobre 1998. Avec un père moniteur de ski et une mère présidente du Club de bosses des Monts d’Olmes, sa station d’origine, Perrine Laffont avait tout pour être une « bosseuse ». Elle monte sur des skis dès l’enfance et s’attaque aux bosses dès l’âge de 5 ans. Les compétitions dans ses Pyrénées natales démarrent au plus jeune âge, notamment en ski de Bosses et Slopestyle. Le plaisir de gagner s’installe.

« Enfant, j’ai toujours voulu être monitrice de ski donc à 10 ans j’intègre le collège d’Ax-Les-Thermes en section sport étude ski alpin. Sélectionnée à deux reprises pour le coq d’or et une fois pour les Championnats de France, j’aime les sensations que procure le ski alpin. Mais le ski de bosses est ma discipline favorite, l’ambiance est plus cool«  explique Perrine sur son site officiel (à découvrir ICI) . « Je réussi à allier les compétitions de ski de bosses et de ski alpin. Je me rappelle toujours les stages d’automne à Tignes avec le club alpin. On passait la journée à faire des courbes ennuyeuses alors qu’il y avait la piste de bosses juste à côté où s’entraînaient les membres de l’équipe de France. Je les regardais avec envie… En espérant que moi aussi, un jour, je puisse intégrer l’équipe de France de ski de bosses… »

J’aime gagner, me faire plaisir.

Et les récompenses des podiums

me motivent encore plus »

Et à 11 ans le club de bosses inscrit pour la première fois Perrine aux Championnats de France jeunes. Elle se confronte nainsi au niveau des meilleurs « bosseurs » alpins. Un an plus tard elle est vice-Championne de France benjamine. « J’aime gagner, me faire plaisir et les récompenses des podiums me motivent encore plus… » confie la jeune championne. En 2012, c’est tout naturellement que Perrine Laffont se tourne vers le ski de bosses, son coup de cœur depuis toujours, et laisse de côté l’alpin. 2013 marque l’accélération de son parcours avec, sur une même année, la victoire sur le Circuit National Jeune, la Finale de la Coupe d’Europe, un titre de Championne de France toutes catégories et, pour terminer en beauté : une médaille de bronze aux Championnats du Monde Juniors.

En piste à Pyeongchang dès le 9 février

Perrine Laffont, la jeune championne portera les espoirs de l’Ariège aux Jeux Olympiques d’hiver. Photo D.-R.

Un an plus tard débute sa carrière de sportive de haut niveau : à seulement 15 ans elle participe à 5 Coupes du Monde ce qui lui permet de participer aux Jeux Olympiques de Sotchi. Après une cinquième place aux qualifications elle accède directement à la finale pour terminer 14e pour cette première participation. Elle avouera avoir ressenti « beaucoup de stress et de pression », une peu déçue mais pas découragée du tout ! Bien au contraire, elle est si jeune et il lui reste quatre ans pour préparer les prochains jeux d’hiver…

S’en suivront différentes Coupes du Monde et des classements toujours plus hauts. La Fédération Internationale de Ski lui remet le Rookie of the Year (débutante de l’année), Globe de la meilleure jeune skieuse de la
Coupe du Monde en 2014. Après une victoire au Championnat du Monde en 2017 en parallèle et une Médaille d’argent en single, Perrine consacre les derniers mois qui la séparent des jeux à un entrainement intense sans
pour autant oublier son goût pour la compétition !

En 2018, après une victoire aux Etats-Unis et une contre-performance au Canada, Perrine Laffont est désormais à trois semaines du début des Jeux olympiques d’hiver. Elle sera en compétition dès le 9 février pour les qualifications avec en point de mire la finale, deux jours plus tard. Et l’espoir d’une belle médaille à ramener du côté de l’Ariège, un département qu’elle aime et qui la soutient (voir sur le site du département, ICI).

Philippe MOURET

Bosses

  • De façon générale, les bosses se forment naturellement ou sont formées par la neige creusée et empilée par le passage des skieurs qui descendent la pente. Mais pour l’épreuve de bosses, celles-ci sont formées artificiellement.
  • L’épreuve utilise les bosses formées sur un parcours dont l’inclinaison moyenne est de 28°, le dénivelé de 110 m, la longueur de 250 m et la largeur minimale de 18 m. La partie moyenne du parcours est agrémentée de deux sections pour les sauts.
  • Deux séries d’éliminatoires permettent de dégager 20 finalistes et la compétition se poursuit en trois tours. Les douze premiers du premier tour accèdent au deuxième tour et les six premiers du deuxième tour accèdent au troisième tour, qui permet d’établir le classement final.
  • La note se compose à 50 % de la technique de rotation, à 25 % de la qualité des sauts et à 25 % de la vitesse. Les juges sont au nombre de sept, cinq pour les rotations, deux pour les sauts.
  • La note finale ajoute le temps réalisé à la note donnée par trois des cinq juges (la plus basse et la plus élevée étant écartées) et à la moyenne des notes des deux juges chargés des sauts.