Une première. À l’initiative d’un prof d’EPS, Thierry Oger, d’un champion de nage libre, Bertrand Venturi, et d’un pompier, Laurent Gayraud, l’association Swim4Sea organise une semaine de nage et de ramassage de déchets. L’événement, à échelle réduite cette année, a vocation a prendre de l’ampleur et à s’enrichir. Le député François-Michel Lambert propose que l’on équipe nos machines à laver de filtres pour retenir les fibres synthétiques, un fléau.

Recycler des centaines de tonnes de coquilles d’huîtres par an en en faisant un béton sain grâce à l’électrolyse : c’est de l’économie circulaire qui permet de créer des nurseries pour la faune sous-marine, des barrières à déchets et bien d’autres choses en préparation. Et de réduire les coûts de traitement de ces déchets. La société Géocorail et l’Agglopôle de Sète expérimentent pour la première fois cette solution à Mèze (Hérault).

(ACTUALISÉ) L'étang de Thau est un laboratoire unique au monde où sera mené un projet à 250 millions d'euros : des ombrières qui sont également panneaux photovoltaïques sur les 2 600 tables conchylicoles. Le but : produire de l'électricité verte pour 60 000 habitants et permettre à ce bassin qui produit 10 % de l'huître en France de poursuivre son activité malgré le réchauffement climatique.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

L'étang de Thau est sujet à un phénomène baptisé inversac lié au réchauffement climatique : de l'eau de l'étang, salée, se déverse parfois dans la nappe phréatique. Une vaste étude, menée par le BRGM, a pour but, de permettre à ce modèle millénaire unique où cohabitent thermalisme, ostréiculture, etc., de se pérenniser.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer