L’Ariège en exemple : Avec la Compagnie des Pyrénées, les stations se bâtissent un avenir meilleur

Station de Guzet en Ariège. Photo : ADT

La Région Occitanie a créé la Compagnie des Pyrénées dont la vocation est d’entrer au capital des stations et les aider financièrement à investir pour l’avenir et se transformer en station des quatre-saisons. C’est aussi un changement d’échelle pour être reconnu sur la scène européenne et lancer des plans de communication. L’Ariège est tout schuss derrière cette initiative !

Une reconnaissance du massif des Pyrénées au niveau européen pour attirer davantage de skieurs et de randonneurs et pour cela acter des investissements puissants qui vont de pair avec un nouveau développement : le département de l’Ariège et ses neuf stations de ski sont déjà dans l’action aux côtés de la Région Occitanie. Cette dernière a créé un outil d’ingénierie administrative, une société d’économie mixte baptisée Compagnie des Pyrénées. Pour chaque station qui pourra être recapitalisée, un comité des financeurs s’accordera ensuite sur les investissements à réaliser.

Une réflexion sera engagée, station par station, sur le développement des sites à 5 ans, 10 ans et 15 ans… »

Christine Téqui, présidente de l’Ariège
Kamel Chibli, Christine Téqui, Alain Naudy. Ph. DR

Pourquoi ne pas imaginer une marque commune à l’image de NPy ? Toutes les stations des Pyrénées pourront faire appel à la Compagnie des Pyrénées pour concrétiser leurs investissements à venir et ce d’autant plus facilement que la Compagnie des Pyrénées sera entrée à leur capital. L’Ariège est l’un des départements qui adhère fortement à ce dispositif innovant qui va s’appuyer sur l’engouement des Français pour les grands espaces. Et la passion pour l’Ariège dont une bonne partie du territoire est encore sauvage.

Pour cela, dit le département de l’Ariège, « une réflexion sera engagée, station par station, sur le développement des sites à 5 ans, 10 ans et 15 ans. Ce travail sera porté par la SAEM en lien avec les Syndicats Mixtes, la Savasemet tous les acteurs des territoires, dès ce premier trimestre 2021. Le cahier des charges englobera la problématique de la consolidation des activités d’hiver mais aussi la diversification, en particulier sur les périodes d’été. Les préconisations et actions à mener, aussi bien en termes d’investissement que de fonctionnement, y seront précisées. »

Diversifier les activités, attirer davantage de skieurs et de randonneurs

À peine, la Région Occitanie a-t-elle mis sur pied la Compagnie des Pyrénées (1) que cet outil qui se propose de rassembler toutes les vocations des stations est sollicité. « Nous avons prévu la première réunion ce vendredi midi ! », confiait ainsi Christine Téqui. Eponger plus facilement les déficits – de 700 000 € en moyenne, pouvant aller, pour certaines stations, comme Ax à 1,3 M€ – lancer un programme de diversification des activités. Et attirer davantage de skieurs et de touristes en général, ceux habitués aux autres massifs, y compris étrangers.

« Chaque petite station n’aurait pas les moyens de faire ce que propose la Compagnie des Pyrénées »

Chaque station a bien sûr déjà ses idées sur son développement. Mais à plusieurs on est plus forts que tout seul. « Chaque petite station n’aurait pas les moyens de faire ce que propose la Compagnie des Pyrénées ». Vice-président de la Région, Kamel Chibli a expliqué rappelé, en substance qu’il n’y a pas pour l’instant de chiffrage des besoins individuels et collectifs. Une étude va être lancée. Il a rappelé que déjà la Région Occitanie avait beaucoup fait pour les Pyrénées.

Photo : ADT, Station Ax-3 Domaines. DR.

« Le plan montagne de la région Occitanie, c’était déjà 800 M€ sur 7 ans » et qu’avec la Compagnie des Pyrénées qui va monter au capital des stations de cette Sem commune, aux côtés de la Banque des territoires et de pour l’heure de trois autres départements – Aude, Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques – c’est « un levier supplémentaire qui permettra d’élaborer une stratégie globale pour mieux vendre cette destination qui a du potentiel »…, a défini Christine Téqui. Tous deux ont redit qu’il « y a une volonté très forte des quatre départements pyrénéens d’Occitanie. »

Aller vers des stations quatre saisons

De son côté, Alain Naudy, président de la communauté de communes de Haute-Ariège (qui comprend les stations de Ax-3 Domaines, Ascou, Beille, la Chioula, entre autres) et vice-président du département, a rappelé l’importance de définir des investissement dans le cadre de la transformation des stations en mode quatre saisons. « Les Pyrénées souffrent régulièrement du manque de neige ; du réchauffement climatique mais elles ont du potentiel. Encore très sauvages, elles sont loin de la bétonnisation des Alpes… »

Ax les 3 Domaines. Dr

Avec Christine Téqui, il plaide pour « une diversification des activités dans les stations. » « Des activités avec neige quand il y en a et sans neige quand on en manque », a précisé en aparté Alain Naudy. Le président de la communauté de communes de Haute-Ariège donne un exemple : « Il faut développer des idées comme une luge quatre saisons que nous allons installer à Beille. Nous avons fait du benchmark dans le Jura, la Haute-Savoie et l’Isère, notamment, pour aller voir les initiatives qui marchent » et qui pourront donc être financées grâce à cette Compagnie des Pyrénées, véritable bras armé financier de la Région Occitanie.

La présidente du département de l’Ariège a ajouté : « Nous avons une ambition claire : soutenir toutes les stations de ski des Pyrénées (et a fortiori de l’Ariège) pour qu’elles (re)deviennent des places fortes sur l’échiquier européen du tourisme d’hiver. » En développant, a précisé Christine Téqui, « l’attractivité et la performance commerciale des stations ; en sécurisant et pérennisant les exploitations des domaines skiables. Et en mettant au point une stratégie économique coordonnée, avec une vision sur l’ensemble du massif. »

Olivier SCHLAMA

  • (1) Compagnie des Pyrénées. La Région, aux côtés de la Banque des Territoires, a favorisé l’émergence d’un nouvel outil, désormais pleinement opérationnel, la Compagnie des Pyrénées (transformation de la Saem N’Py). La région et la Banque des territoires en sont actionnaires (respectivement à hauteur de 30 %), aux côtés de certaines stations de montagne, de départements et d’acteurs privés. À terme, l’ambition est de faire en sorte que cet outil public/privé s’ouvre à toutes les stations et départements pyrénéens, ainsi qu’aux acteurs privés qui partagent le même objectif de développement du massif pyrénéen. Par ailleurs, une SAS de participation a été créée, afin d’investir dans les stations pyrénéennes ayant revu leur modèle de gestion en SEM locales d’exploitation et d’investissements, économiquement vertueuses, leur permettant d’assurer leurs projets de développement. La région intervient dans cette SAS à hauteur de 27 %, aux côtés de la Banque des Territoires et de la Compagnie des Pyrénées. Une SAS foncière est également en cours de constitution pour porter certains projets immobiliers du massif.

Une vraie économie pour le territoire

À titre d’exemple, AX-3 Domaines, c’est 306 470 journées ski, 29 M€ – quand les remontées fonctionnent – 401 emplois créés ou soutenus par l’activité de la station (90 % habitent en Ariège). Et encore : 202 000 € de recettes fiscales pour la Communauté de Communes de Haute Ariège, 343 000 € pour le département de l’Ariège. A savoir : 70 % des dépenses du gestionnaire ont été réalisées en Ariège pour un montant global de 5 millions d’euros. 73 entreprises pourraient cesser leur activité si la station devait fermer. Et aussi : 54 €, c’est le montant de la dépense moyenne d’un « skieur » à la journée. Globalement, pour 1 € investi, 8,1 € sont générés sur le territoire.

Les « 09 » stations de ski ariégeoises : l’espace nordique de Beille, l’espace nordique du Chioula, la station de ski d’Ax-3-Domaines, la station de ski d’Ascou Pailhères, la  Station de ski des Monts d’Olmes, la station de ski de Goulier Neige, celle de Guzet. Il y a encore l’espace nordique de l’Etang de Lers et la station de ski et espace nordique de Mijanes-Donezan.

Les Pyrénées, c’est dans Dis-Leur !