30 M€ investis sur Agde : « Un beau projet de revitalisation… »

Le centre ancien d'Agde va profondément changer d'ici cinq ans. Photos : Olivier SCHLAMA

Lutte contre la paupérisation, le mal-vivre, l’insécurité… Coup de projecteur sur une opération exemplaire, à Agde, qui vise à revitaliser le centre historique avec un important coup de pouce de l’Etat à travers l’Anru de 10 M€.

L’équivalent du tiers du budget de la commune ! D’ici cinq ans, ce sont quelque 30 M€ qui auront été investis dans le centre ancien d’Agde (Hérault). Plusieurs années ont été nécessaires à l’élaboration de ce projet. Mais, à l’arrivée, « c’est un beau projet de revitalisation », se sont enorgueillis le maire de la cité de l’Éphèbe, Gilles d’Ettore et le préfet de l’Hérault, Jacques Witkowski, ce jeudi après-midi, qui ont signé ensemble le projet dans la salle des mariages de la maison du coeur de ville. « Même si la convention a déjà été paraphée électroniquement le 11 décembre dernier, nous voulions officialiser la chose », a dit le préfet. L’Anru accompagne les collectivités dans leurs projets pour éviter la paupérisation, aller vers une meilleure mixité sociale… »Et, signalant en creux l’urgence d’un tel projet : « En 40 ans, les normes et les visions ont changé. Il fallait revoir l’espace urbain ; remasteriser les cheminements qui étaient jadis adaptés aux calèches, etc. »

Le projet se concentre sur le centre ancien, très dégradé et c’est compliqué car il y a beaucoup d’habitats privés. On va y trouver autant de logements que de propriétaires… »

Le préfet de l’Hérault, au centre, aux côtés du maire-président d’agglo, Gilles D’Ettore, à droite, lors de la signature de la convention ce jeudi. Ph. O.SC.

Le centre historique d’Agde, d’intérêt régional pour l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), est à redynamiser. Son périmètre s’étend sur 36 hectares où ilcompte 3 177 habitants avec un taux de pauvreté de 45,2 %. Le projet est évalué à 33 M€ (dont 10 M€ Anru) dont : des aménagements et équipements (22,5 M€), 114 rénovations de logements (5,9 M€) et 119 logements sociaux reconstitués sur le secteur (lire le dossier complet sur Dis-Leur expliquant que plus de 800 M€ sont investis par l’Etat sur ce dossier qui concerne 21 sites en Occitanie).

« Si on prend Agde, par exemple, explique Benoît Zeller, directeur territorial de l’agence de rénovation urbaine qui pilote la rénovation urbaine en France où 10 milliards d’euros seront investis en 10 ans, générant 40 milliards d’investissement au total, le projet se concentre sur le centre ancien, très dégradé et c’est compliqué car il y a beaucoup d’habitats privés. On va y trouver autant de logements que de propriétaires… » Insécurité, paupérisation… Ce gros coup de pouce de l’Etat était indispensable.

Trois cents logements concernés

Il ajoute : « En général, dans les quartiers que l’on aide, il y a des logements qui sont dans un état déplorable, vieillots, mal foutus, pas adaptés, sur-occupés ; il y aussi l’espace public… L’accès à des commerces, à des services de proximité qui doit redevenir normal dans ces quartiers. Ce n’est pas normal qu’il y ait des choses qui dysfonctionnent et que les habitants de ces quartiers n’aient pas les mêmes services qu’en ville. »

« En 40 ans, les normes et les visions ont changé. Il fallait revoir l’espace urbain ; remasteriser les cheminements qui étaient jadis adaptés aux calèches, etc. » ph. O.SC.

Le projet agathois concerne 300 logements. On ne touchera évidemment pas aux magnifiques et magnétiques façades et ruelles en bazalte. Parmi les objectifs du projet de la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, certains îlots seront, eux restructurés en profondeur, comme celui de Brescou ; de nombreuses rénovations d’habitats anciens seront réalisés dans quatre îlots d’habitat dégradé prioritaires.

Amélioration de la sécurité au programme

« Le programme opérationnel porte également sur l’amélioration de la sécurité et de la tranquillité publique », souligne la commune.  On compte également l’aménagement de la « Promenade » avec la création d’une grande place publique et l’implantation de façades commerciales (coût 4,5 M € HT dont une subvention ANRU de 1,1 M €). Mais aussi l’aménagement des rues adjacentes aux îlots rue de l’Amour et Terrisse par des dallages en basalte (coût 1,1 M € HT – subvention ANRU 286 906 €).

Ph. O.SC.

L’aménagement des places Gambetta et de la Prud’homie pour des espaces publics végétalisés, libérés du stationnement automobile favorisant l’accès aux richesses patrimoniales comme l’église Saint-André, le musée agathois Jules-Bardou (coût 2,2 M € HT – subvention ANRU 571 520 €). Ce n’est pas tout : il y aura également un aménagement de cheminements doux entre la salle pluriactivités Chassefières, la Maison des savoirs et l’espace Lachaud ce qui permettra de créer un trait d’union entre les différentes opérations du projet (coût 1,4 M€ HT – subvention ANRU 369 875 €).

Salle, agrandissement, pôle culturel…

On trouve aussi dans la convention : la création et l’agrandissement de la Maison des projets Mission Coeur de Ville, lieu stratégique du suivi du projet ANRU et espace de concertation, d’échanges avec les habitants et les commerçants (coût 650 000 € HT – subvention ANRU 325 000 €) ; d’une salle pluriactivités de quartier « salle Chassefières » ; la réhabilitation de l’espace Lachaud, ancien hôpital public, en centre social et logements à destination des jeunes actifs (coût 650 000 € HT – subvention ANRU 162 500 €). Il y aura aussi un pôle culturel à la Maison des savoirs (actuelle médiathèque) pour compléter l’offre culturelle sur la transmission des savoirs et son développement des pratiques artistiques (coût 3,5 M€ HT – subvention ANRU 875 000 €).

Dans le projet, à noter le déplacement du foyer d’urgence de l’îlot Terrisse pour lui redonner de l’attractivité et la création d’un nouveau foyer hors QPV (coût 450 000 € HT – subvention ANRU 112 500 €).

Olivier SCHLAMA

(1) Les participations financières globales à la convention ANRU :
• Un projet au coût global de 32,7 M€ HT : 10 M€ de concours financiers de l’ANRU, comprenant 9,8 M€ de subventions et 148 400 € de prêts distribués par Action Logement services.
– Dont 8,2 M€ de la ville d’Agde : 8,2 M€
– Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée-CAHM : 4,1 M€ – Région Occitanie : 2,4 M€
– Bailleurs sociaux : 2,5 M€.
– Caisse des Dépôts et Consignations-CDC (hors prêt) : 126 250 €
– Europe : 1,2 M€
– Autres : 4 M€
En complément de ce programme NPNRU d’autres opérations d’envergure seront conduites sur ce périmètre de centre historique et en particulier la création d’espaces de stationnement par déconstruction de l’ilôt PERBEN, la création d’une passerelle piétonne sur l’Hérault vers le Château Laurens et l’aménagement en espace partagé du carrefour du bout du pont des Maréchaux.
Pour réinvestir le centre-ville d’Agde, le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) qui est opérationnel depuis le lancement de la première opération le 1er semestre 2020, sera mis en œuvre sur les 7 prochaines années.

Quartiers, villes, c’est Dis-Leur !