Tourisme : Début de saison « atypique » en Occitanie comme ailleurs

L'été est là... les professionnels du tourisme espèrent une reprise rapide;;; pHOTO d;6r;

La crise liée au Covid-19 a engendré une importante perte de chiffre d’affaires pour l’industrie touristique régionale, estimée à 1 milliard d’euros. Et aux mois de mai et juin, la reprise a été lente et disparate. Avec en particulier, lors des deux grands week-ends d’avant-saison, l’absence de touristes étranger. Et même si la reprise des réservations est encourageante, elle semble bien insuffisante pour « assurer la saison » soulignent les professionnels…

Les tendances et faits marquants décrits dans cet article sont le fruit de l’observation de 3 448 professionnels interrogés dans le cadre du Dispositif régional de conjoncture (*) piloté par le Comité régional du Tourisme (CRT) Occitanie, en partenariat avec les agences départementales du Tourisme, les comités départementaux du Tourisme  et des relais inter-territoriaux…

Baisse marquée de la fréquentation en juin

Les professionnels ont enregistré des baisses de Chiffre d’affaires records entre février et fin-mai 2020 ! Avec une activité quasiment à l’arrêt entre la deuxième quinzaine de mars et la mi-mai. Au plus fort de la crise, certains ont enregistré jusqu’à -92% lors de la deuxième quinzaine du mois d’avril !

Sans surprise, souligne le CRT : « les ponts de l’Ascencion (21 mai) et de la Pentecôte (1er juin) ont enregistré des résultats catastrophiques… » La majorité des prestataires (60% et plus) étant fermés. Globalement, la fréquentation du mois de juin est jugée inférieure à celle de l’année dernière. C’est le constat de 79% des professionnels qui ont ouvert leurs portes en juin, notamment dans les hébergements et les activités…

Lourdeur des contraintes liées au protocole sanitaire

Les contraintes sanitaires sont un réel obstacle à la reprise de l’activité touristique… Photo D.-R.

Ils ont même été 90% dans la restauration et le commerce à rouvrir leurs portes dès le mois de juin. Ceux qui ont préféré attendre (en grande majorité dans les hébergements) invoquent avant tout « le manque de réservations. »

Mais aussi « la lourdeur de mise en place du protocole sanitaire », surtout pour les petites structures, entraînant « la crainte de travailler à perte en raison de ces mesures. » Une contrainte encore plus sensible dans les campings, où 71% des personnes ayant répondu à l’enquête soulignent le fait.

La consommation « de proximité », pour le tourisme aussi

La crise du coronavirus a également fortement bouleversé les habitudes de déplacement. On a quelque peu oublié les destinations lointaines pour se recentrer sur la proximité. En matière de tourisme aussi c’est le grand boom du « consommer local. »

Beaucoup moins de  groupes et une absence quasi-totale de touristes étrangers, particulièrement sensible sur le littoral et dans les villes. La clientèle de proximité constitue l’essentiel de la fréquentation et souligne l’étude, en ce début d’été « la majorité des touristes était originaire du département ou des départements limitrophes… »

Une « reprise des réservations » pour l’été

L’hôtellerie souffre encore du manque de réservations… mais l’espoir demeure. Photo D.-R.

En ce qui concerne le « panier moyen » par jour et par touriste, les dépenses du mois de juin se situent à un niveau équivalent à celui de 2019 : 48€.

Au cours des dernières semaines, plus de la moitié (54%) des professionels interrogés disent avoir ressenti « une reprise des réservations pour l’été », notamment sur le littoral (64%) et dans le secteur de l’hébergement 60%).

Dans ce dernier domaine, ils jugent même les prévisions « très encourageantes. » Ce que semble confirmer la fréquentation de ce début juillet, en particulier dans les communes du littoral. Le phénomène est surtout sensible dans le secteur locatif, moins évident pour l’hôtellerie, où 60% des professionnels constatent « un faible niveau de réservations. »

Crainte d’une « seconde vague » et mesures exceptionnelles

La crainte d’une « seconde vague » épidémique et la situation économique difficile pour de nombreux ménages semblent constituer les principaux freins à une reprise rassurante de l’activité. En fin de compte, les remarques des professionnels du tourisme traduisent encore une grande inquiétude sur leur situation à long terme. Et tous restent extrêmement attentifs à ce que les collectivités et les organismes institutionnels seront en mesure de leur apporter pour surmonter cette situation exceptionnelle.

A situation exceptionnelle, réponses exceptionnelles… Ainsi le CRT Occitanie a mis en place un numéro vert (gratuit) : 0 800 94 94 94 afin de préparer au mieux des vacances en Occitanie. Ainsi que des offres préférentielles pour (re)découvrir les campagnes et les villes, less montagnes et le bord de mer, l’histoire et les saveurs d’Occitanie.

Philippe MOURET

(*) 3448 répondants (23% du panel interrogé), dont 2100 pour le secteur de l’hébergement (62% des répondants). Offices de Tourisme, hébergeurs et prestataires touristiques ont répondu à l’enquête en ligne et par téléphone.

Le tourisme face à la crise, Dis-Leur !