Rentrée scolaire : « Les enfants doivent reprendre une vie normale »

Lors d’une conférence de presse, les spécialistes du CHU de Montpellier se sont évertués à rassurer avec beaucoup de précision les parents en vue de la rentrée des classes, mardi.

Alors que les obligations et restrictions se multiplient, notamment dans l’Hérault, classée en « zone rouge » (1) pour limiter le rebond de l’épidémie de civid-19 « face à « un énorme brassage de population », le CHU de Montpellier a tenu à exprimer, ce vendredi 28 août, en conférence de presse, l’importance que revêt la rentrée des enfants en classe le 2 septembre. Y compris pour les 22 000 enfants qui, à Montpellier, effectuent leur rentrée scolaire ce mardi 2 septembre.

Les enfants sont moins contagieux. Déjà, ils sont moins touchés par la maladie et projettent moins loin leurs gouttelettes de salive quand ils toussent… »

Pr Jeziorski, du CHU de Montpellier

Rappelant, en premier lieu, l’importance à suivre les messages de prévention et de précaution et les gestes barrière. « Il faut toujours mettre en oeuvre la distanciation, limiter les embrassades et augmenter les précautions, notamment envers les populations les plus fragiles », a commencé le Pr Jeziorski, chef d’équipe en pédiatrie générale du CHU de Montpellier qui dépiste en moyenne 700 personnes par jour. Pour lui, rejoint par Florence Beau, vice-présidente de Montpellier Métropole, les craintes des parents doivent s’estomper : « Les enfants sont moins contagieux, affirme-t-il. Déjà, ils sont moins touchés par la maladie et projettent moins loin leurs gouttelettes de salive quand ils toussent… » Localement, depuis juillet, le CHU a comptabilisé 13 enfants contaminés.

Protocole de l’Éducation nationale amoindri : « Je comprends »

À propos du protocole sanitaire de l’Éducation nationale largement amoindri, notamment en primaire, le Pr Jeziorski indique « comprendre car il est difficile de faire respecter certaines règles aux enfants qui, par ailleurs, présentent moins de risques que les adultes, en terme de gravité et de contagion ». Il ajoute : « La reprise de l’école est nécessaire et les mesures barrières, si elles sont respectées, sont suffisantes. Il y a des éléments récents publiés par l’armée suisse qui démontrent que le respect des gestes barrière et des précaution a fait diminuer par quatre les personnes contaminées. Les enfants font très rarement une forme grave et on constate peu de cas regroupés au sein de l’école. »

Les enfants ne se transmettent que très peu le virus entre eux. La reprise de l’école est nécessaire… »

Et, quand il y a plusieurs cas de coronavirus dans une école, « en général, cela se divise par une moitié d’enfants (infectés) et la moitié d’adultes. Les enfants ne se transmettent que très peu le virus entre eux. La reprise de l’école est nécessaire… », Avis partagé par Fanny Dombre-Coste, première adjointe à Montpellier et Florence Brau, vice-présidente de la Métropole de Montpellier, déléguée à la santé. Toujours sur le cas particulier des enfants, le Pr Reynes a ajouté que « pour le moment, à Montpellier, il n’y a pas de cas de réinfection », connu en tout cas.

Quand un enfant présente des symptômes, il doit être évalué par un médecin avant de revenir à l’école. Si le médecin peut pas se prononcer, l’enfant doit faire un test. »

« Les enfants représentent 1 % à 2 % des personnes atteintes par le coronavirus. Ils sont contaminateurs seulement les premiers jours de symptômes. Chez les jeunes, la moitié des cas sont asymptomatiques. Quand l’un d’eux présente des symptômes, il doit être évalué par un médecin avant de revenir à l’école. Si le médecin peut pas se prononcer, l’enfant doit faire un test. » Un enfant contaminé n’est « plus contagieux au bout de quelques jours. Il faut faire attention dans les 48 heures au début des symptômes puis pendant une semaine. » Et quand un parent est atteint, il faut tester l’enfant sept jours après les premiers signes.

Se vacciner contre les maladies aux proches symptômes

Lors du confinnement, seuls les enfants de soignants et de personnels indispensables au fonctionnement de la société avaient école. Ph. O.SC.

Afin de limiter les symptômes qui peuvent faire penser à un coronavirus et ne pas brouiller les pistes, surtout à l’automne avec la recrudescence d’affections respiratoires, « il est important de vacciner les enfants » aux différentes maladies infantiles « afin de pouvoir exclure rapidement les maladies qui donnent des symptômes proches du covid-19 ». Par ailleurs, « il est important pour les enfants de reprendre une vie normale, important pour les interactions sociales… » Les cas de réinfection ? « Ils se font dans un délai assez long », a-t-il répondu.

Certains disent que l’on ne s’en est pas si mal sorti, que tout ça ne sert à rien. Or, non, les gestes barrière et le masque sont importants. C’est de la responsabilité de chacun… »

À propos de la fréquentation hospitalière liée au covid-19, le Pr Jeziorski a annoncé qu’il y a actuellement « 19 patients au CHU dont 7 en réanimation ». Le professeur Taourel, président de la commission médicale de santé, a insisté : « Le système de soins n’est pas encore sous tension mais il faut être vigilant : les gens continuent de travailler ; on prend en charges les accidents de voiture ; les opérations programmées ; les urgences habituelles hors covid. Mais il faut faire attention à la hausse du nombre de malades à venir. Les tensions ne seront pas pour ce week end ou la semaine prochaine mais dans les semaines à venir », sous entendu si les gestes barrière et les recommandations ne sont pas appliqués. S’évertuant à dénoncer le complotisme des anti-masques. « Certains disent que l’on ne s’en est pas si mal sorti, que tout ça ne sert à rien. Or, non, les gestes barrière et le masque sont importants. C’est de la responsabilité de chacun… »

Olivier SCHLAMA

(1) Interdiction de danser. La préfecture de l’Hérault vient de décider d’interdire « toute pratique dansante dans tous les établissements recevant du public et les lieux publics ouverts ou non est interdite sur l’ensemble du département jusqu’au 15 septembre. « Bars et restaurants peuvent continuer à exercer leur activité sous réserve de ne pas contrevenir à cette mesure. Une dérogation est toutefois accordée pour les activités des établissements d’enseignement de la danse au regard du décret du 10 juillet 2020. »

Rassemblements limités. Les autorisations de manifestations, événements, rassemblements sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public mettant en présence simultanée plus de 10 personnes seront strictement limitées en lien avec les maires des communes concernées.

Drive test piétons. Ouvertures de postes de dépistages mobiles dits drive test piétons. Le premier sur Montpellier a été installé ce jeudi 27 août 2020, Esplanade Charles de Gaulle. Il est accessible sans rendez-vous les mardis et jeudi de 9 heures à midi. D’autres seront prochainement en fonction.

Pour mémoire. Aucun événement de plus de 5 000 personnes ne peut avoir lieu, quelle qu’en soit la nature (culturel,
festif, sportif…). Le port du masque est obligatoire : dans les transports en commun, y compris sur les zones d’attente, dans les lieux publics clos, sur les marchés, brocantes, vide-greniers, foires, mais aussi sur bon nombre de communes du département de l’Hérault

À lire aussi sur Dis-Leur !