Le réseau SNCF a besoin de 1,6 milliard : Avec 800 M€, Carole Delga met la pression sur l’État

Regiolis liO Région Occitanie. Photo R. Chanteau

Carole Delga, présidente de l’Occitanie, et Jean-Pierre Farandou, P.-D.G. de la SNCF, ont présenté cet après-midi des ambitions communes pour un meilleur déploiement ferroviaire en Occitanie. La première met « sur la table » 800 M€. Et attend la réponse du gouvernement pour l’autre moitié du financement. Le second a salué l’investissement de la Région.

« De gros efforts de modernisation des trains ont été déjà faits grâce la Région Occitanie. » La sentence émane du P.-D.G de la SNCF lui-même, présent à Montpellier ce jeudi 15 octobre pour une conférence de presse avec Carole Delga. Jean-Pierre Farandou a ajouté : « Ces matériels roulants, ces TER financés par la région, sont souvent plus modernes que le matériel national. Imaginez les Intercités, composés d’anciens Corail, de l’époque où sont sorties les Renault 16… C’est charmant mais désuet… » C’est surtout moins fiables car leurs locomotives sont souvent dans le même état d’obsolescence. Le président de la SNCF a annoncé que, « d’ici 2024/2025 » de nouvelles rames de ces Intercités qui relient Marseille, Montpellier, Toulouse et Bordeaux et si utiles au désenclavement seraient construites en Occitanie, à Bagnères-de-Bigorre. « Il nous faudra donc encore quelques années pour offrir un service complètement satisfaisant aux clients… »

L’Occitanie est la seule région où le nombre de passagers a augmenté entre les étés 2019 et 2020 (+ 13 %) alors que la fréquentation a chuté de 25 % au niveau national »

Carole Delga, présidente de Région

Il faudra également quelques années pour mettre l’ensemble du réseau au niveau ; relancer les trains de nuit et les lignes secondaires… Réaliser complètement la LGV. En attendant, Carole Delga a fait la démonstration que la Région Occitanie a déjà fait beaucoup pour le rail dans la région. Que le train est un vrai outil d’aménagement du territoire.

« Cet été 1,3 million de billets de trains à 1 € ont été vendus dont les deux-tiers aux moins de 25 ans », a souligné Carole Delga déployant de nombreux arguments à même de préparer le terrain pour une négociation à venir avec l’État. Par ailleurs,a-t-elle rappelé, « l’Occitanie est la seule région où le nombre de passagers a augmenté entre les étés 2019 et 2020 (+ 13 %) alors que la fréquentation a chuté de 25 % au niveau national. Nous avons augmenté le nombre de TER de 11 % (+ 72 par jour). »

La région Occitanie propose des tarifs attractifs (…) Il y a un alignement des planètes remarquable dans cette région qui a des projets »

Jean-Pierre Farandou, P.-D.G. de la SNCF
Jean-Pierre Farandou, P.-D.G. de la SNCF, Ph. Maxime Huriez

Les raisons sont simples : « La région Occitanie propose des tarifs attractifs », a confirmé Jean-Pierre Farandou. En effet : « Nous offrons le TER le moins cher de France », avait souligné Carole Delga. Que ce soit sur les trajets domicile-travail, pour le train à 1 €, etc. « Nous proposons même une nouvelle tarification très simple, sans carte ni rien pour tous les jeunes de la région : tous les billets qu’ils achèteront pour n’importe où en Occitanie sont désormais à moitié prix et nous proposons un abonnement illimité à 195 €/mois pour tous les salariés. Depuis le confinement, nous avons noté une hausse de 15 % de la fréquentation alors qu’elle baisse en France. C’est plus écolo, c’est plus sûr. Pour autant, nos portons d’autres ambitions. » Arrive forcément la question du réseau SNCF.

Nous sommes prêts à mettre 800 M€ sur la table sur les 1,6 milliard d’euros sur 10 ans pour sauver le réseau. De quoi atteindre un objectif de 100 000 voyageurs par jour d’ici 10 ans, contre 66 000 aujourd’hui »

Carole Delga

En arrière-plan, la présidente de Région a demandé, en creux, à l’État d’assumer son rôle et d’accompagner fortement cet engouement pour le train en Occitanie qui n’a que des aspects positifs : « Avec près de 93% de trains arrivant à l’heure, de très nets progrès ont été faits, a fait remarquer Carole Delga. Mais ce réseau a un très grand besoin d’être modernisé et de façon significative. Nous sommes prêts à mettre 800 M€ sur la table, a-t-elle révélé, sur les 1,6 milliard d’euros sur 10 ans pour sauver le réseau. De quoi atteindre un objectif de 100 000 voyageurs par jour d’ici 10 ans, contre 66 000 aujourd’hui. Ce qui est impossible aujourd’hui : le réseau SNCF régional est trop dégradé. Nous attendons la réponse du gouvernement à notre proposition. »

Nous allons sceller des volontés communes en créant une agence en Occitanie pour tous ces projets pour que nos personnels s’imprègnent de l’énergie, des besoins régionaux »

Jean-Pierre Farandou
Train Regiolis TER Occitanie en gare de l’Isle-Jourdain (32)

P.-D.G. de la SNCF, et visiblement un allié en termes d’objectifs et de vision de Carole Delga, Jean-Pierre Farandou a dit : « Nous allons sceller des volontés communes en créant une agence en Occitanie pour tous ces projets pour que nos personnels s’imprègnent de l’énergie, des besoins régionaux, etc. Il y a un alignement des planètes remarquable dans cette région qui a des projets (les trains de nuit, la LGV, les petites lignes, NDLR). Avec la présidente, il y a une vraie convergence. Il y a 10 000 cheminots qui travaillent en Occitanie ; il y a encore beaucoup de lignes non électrifiées. Et cette région est en avance pour ce qui concerne le train de demain, hybride ou à hydrogène. » Une convention devait donc être signée entre les deux parties « pour sécuriser des engagements pluriannuels ». « Des cheminots d’Alsace, Paris etc., des ressources humaines dédiées et de la matière grise pourront s’installer ici », ont précisé les deux parties de concert. « On va organiser ces centres opérationnels. »

Olivier SCHLAMA

Montez dans le train avec Dis-Leur ! 

Et tant d’autres articles…!