Environnement : La Région Occitanie à la pointe du combat climatique

Le dernier bilan mondial 2021 de l’action climat des territoires de l’association Climate Chance, publié ce 6 avril, met en avant le rôle des villes organisées en réseaux, dépassant parfois les objectifs nationaux ou européens ! Où l’on remarque qu’il y a des régions très volontaristes, dont l’Occitanie.

Malgré la crise du covid, la prise de conscience est nette. Et c’est une bonne nouvelle. Les initiatives internationales de coopération des villes, régions et territoires « continuent de montrer la voie dans la réduction des émissions ». L’Occitanie fait partie de ces territoires en avance. Les collectivités sont en effet les bonnes élèves de la lutte contre le changement climatique, relève le rapport soulignant l’importance des initiatives régionales, regroupées sous la bannière de la Convention mondiale des maires (10 600 villes, 1 milliard d’habitants dans 140 pays). L’Europe n’est pas en reste.

« Sur 1 800 villes européennes, une baisse de 25 % des émissions, dépassant l’objectif fixé par  l’Europe de – 20 %… »

Ronan Dantec, président de Climate chance
Ronan Dantec. DR.

En témoigne le président de l’association Climate chance, Ronan Dantec qui s’exprimait ce mardi à l’occasion d’une conférence de presse de la présentation du bilan 2021 de l’action climat des territoires : « L’Europe est à l’origine d’un rapport intéressant et encourageant qui s’appuie sur 1 800 villes et territoires partenaires qui se sont engagés à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Eh bien, ces villes, représentant 15 % des émissions et 20 % de la population européenne ont réalisé, en 12 ans, entre 2005 et 2017, une baisse de 25 % de gaz à effet de serre, dépassant l’objectif fixé par l’Europe de – 20 %. En 2020, leurs objectifs de – 30 % devraient être largement dépassés. Ce qui démontre l’impact de l’action des territoires. Cela démontre aussi la mobilisation, la prise en compte des capacités d’adaptation et celle de la croissance du développement durable. »

« 2 570 km de pistes cyclables annoncées en Europe, dont la moitié a déjà été réalisée… »

De la même façon, sur 86 régions auscultées dans le monde (soit 600 millions d’habitants), la baisse de ces émissions est de 7 %. « Il y a une lame de fond sur le sujet de la neutralité carbone : 826 villes et 103 régions, au niveau mondial l’ont planifiée avec un objectif net-zéro », a abondé Amaury Parelle. Le coordinateur de l’observatoire Climate Chance ajoute qu’il y a eu, par exemple, « une pérennisation d’expérimentations sur le transport avec 2 570 km de pistes cyclables annoncées en Europe, dont la moitié a déjà été réalisée… » Dans notre région, pour ne citer qu’elles, les métropoles de Montpellier et Toulouse projettent des plans vélos phénoménaux, comme Dis-Leur vous l’a expliqué.

A huit mois de la Cop 26, à Glasgow

Ce 3e bilan de Climate Chance permet de faire le point sur les résultats et avancées de l’action climat menées par les collectivités à huit mois de la Cop 26 de Glasgow qui se tiendra début novembre 2021. En France, les collectivités territoriales ont l’obligation d’adopter un plan pour le climat. Le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet) doit prendre en compte la stratégie nationale et intégrer ses objectifs. De l’autre côté, les plans d’action locaux, doivent être compatible avec ce schéma.

En Occitanie, « on vise à réduire la consommation d’énergie de 40 % dans le transport et de 20 % dans la construction… »

Sur la plage de Frontignan ce lundi 22 février 20121. L’érosion gagne à chaque tempête… Photos : Olivier SCHLAMA

C’est le cas en Occitanie. « En 2020, explique le rapport, la région Occitanie a adopté son nouveau plan Sraddet, rapporte l’association, et souhaite couvrir 100 % de ses besoins en énergie avec des énergies renouvelables d’ici 2050 (contre 20 % en 2020). Le plan vise aussi à réduire la consommation d’énergie de l’ordre de 40 % dans le secteur du transport et de 20 % dans le secteur de la construction, tout en atteignant l’objectif zéro artificialisation nette. »

84 municipalités aidées pour un plan climat local

Et de préciser : « Avant son adoption, une consultation publique s’est tenue avec les collectivités locales, les entreprises, l’Etat, etc., ainsi qu’une convention territoriale citoyenne qui a pu soumettre ses propositions au conseil régional. Au niveau territorial, l’Agence régionale énergie climat (Arec) cofinance avec l’Etat et coordonne des projets visant à réduire la consommation d’énergie. L’Arec copilote également l’observatoire régional énergie-climat (Oréo), un outil de suivi et d’une plate-forme de discussion réunissant les différents acteurs régionaux de l’énergie et capable de faire des propositions. Il a aidé 84 municipalités d’Occitanie à entreprendre un plan climat local, dont le suivi demeure une compétence nationale. » Ce n’est pas rien. Et de n’est pas tout. L’association énumère un véritable plaidoyer.

Baisse régulière des gaz à effet de serre

Amaury Parelle de Climate Chance explique que « l’Occitanie est l’une des régions où l’on constate une baisse régulière des émissions de gaz à effet de serre. Pas dans les transports qui est le point faible de cette région. Mais c’est une région qui a mis en place un grand plan ferroviaire, et fait des efforts dans le bâtiment et l’industrie. » La principale force de cette région c’est d’avoir créé des écosystèmes avec des outils comme le Parlement de la Mer ou le Parlement de la Montagne, ou encore une convention citoyenne avec 100 personnes qui ont fait des propositions dont la plupart ont ensuite été votées par les élus. Ce sont des instances importantes ».

Parlements de la Mer et de la Montagne

« Notre formule d’auto-stop sécurisé Rézo Pouce ne cesse de se développer, expliquait en 2018 Alain Jean, son concepteur. Ph : DR.

Dans le rapport, on peut aussi lire que « les acteurs et les collectivités locales pour leur permettre de contribuer aux plans Littoral 21 et Montagne, ont conçu deux plans conçus sur mesure pour ces deux écosystèmes économiques. Dans le secteur du logement, l’éco-chèque logement aide les foyers modestes à financer les travaux de rénovation (à hauteur de 1 500 €), cumulable avec les aides nationales ».

Au sujet de la mobilité, toujours en Occitanie : « Les trajets en train ont augmenté de 60 % depuis 2002. Pour maintenir le cap, l’Assemblée générale pour l’intermodalité, une grande consultation effectuée en 2016, a identifié dix projets à mettre en œuvre d’ici 2030 pour améliorer l’intermodalité, renforcer le réseau territorial, conserver les petites lignes et harmoniser les tarifs. L’Occitanie a aussi mis en œuvre Rezo Pouce, un réseau régional de covoiturage utilisé par 1 500 utilisateurs et proposant 500 arrêts pour couvrir les courtes distances ». Dont Dis-Leur vous a déjà parlé.

« L’industrie réduit ses émissions de + de 50 % depuis 1990 »

En 2017, un Occitan a émis en moyenne 3,6 tCO2e/an. Après avoir considérablement augmenté entre 1990 et 2005, les émissions de CO2 liées à l’énergie ont diminué depuis 2005 (-9 %), avant de stagner. Alors que le secteur du bâtiment, deuxième secteur émettant le plus, s’est stabilisé, l’industrie a réduit ses émissions de plus de 50 % depuis 1990. » Les efforts en matière d’efficacité énergétique et le remplacement du fioul par les énergies renouvelables expliquent facilement cette diminution. La consommation d’énergie continue d’augmenter, mais plus lentement que les émissions de GES, grâce au taux de renouvelables dans le mix électrique qui atteint 33,5 % désormais – principalement l’énergie hydraulique et le bois.

« Les territoires se donnent les moyens de la transition malgré la crise sanitaire »

Plus globalement, « les territoires se donnent les moyens de la transition malgré la crise sanitaire. L’intégration des politiques climatiques territoriales et leur prise en compte dans les CDN est en progrès, mais encore inégale selon les régions et éloignée de la mise en œuvre des gouvernements locaux moteurs de l’alignement croissant de l’action climat avec les objectifs du développement durable ».

bouchons Toulouse
Toulouse, la troisième ville de France la plus embouteillée de France. Photo : DR.

« Nous observons une prise en compte beaucoup plus forte de l’adaptation dans les territoires. Parmi les villes de la Convention européenne des Maires examinées en 2020, 70 % reportent des projets d’adaptation mais, pour la plupart, encore non-initiés. Une proportion similaire de régions de l’initiative RegionsAdapt disent avoir mis en place un plan d’adaptation. L’évaluation des risques et la planification semblent se diffuser, mais l’accès aux financements et à des réponses techniques, encore trop peu avancées ou trop coûteuses, sont les prochains enjeux décisifs à relever. »

« C’est un observatoire Saint-Thomas »

L’association Climate Chance est une ONG que préside le sénateur Ronan Dantec (ex-EELV), l’un des politiques français les plus engagés dans la compréhension et la lutte contre le réchauffement climatique. L’idée de cette association, qui vit grâce au mécénat d’entreprises et à des partenariats avec l’Ademe ou des ministères est de « fédérer au niveau mondial les acteurs qui, habituellement, travaillent chacun de leur côté, en silos : ONG, collectivités, entreprises… et qu’ils échangent des bonnes pratiques ». C’est dans ce cadre-là qu’elle a créé un observatoire à l’échelle mondiale des principales actions réalisées. « C’est un observatoire Saint-Thomas », a formulé M. Dantec.

Olivier SCHLAMA

À lire également sur Dis-Leur !