Tourisme : Les Hautes-Pyrénées, sur mesure !

Lac de Bordères-Louron. Photo : Olivier SCHLAMA

Les Hautes-Pyrénées à travers leur agence de développement touristique innovent en concevant depuis plusieurs années votre propre séjour sur ce territoire magnifique en apportant ses conseils de pro… gratuits. Une approche rare et étonnante.

Ambiance ma cabane au Canada, à dix mètres du sol : les cabanes de Payolle, au bord du lac silencieux du même nom, à Campan, dans les Hautes-Pyrénées, dont la plus grand de ces nids de bois dispose du wifi : pour un peu, on pourrait même y télétravailler ! La vue sur le Pic du Midi (2 877 m) y est magique ; à proximité s’élèvent les cols du Tourmalet, d’Aspin, des noms mythiques du Tour de France…

Les cabanes de Payolle. Ph. Olivier SCHLAMA

Un jour prochain, vu la chronicité de la crise sanitaire, certains citadins à l’âme soudaine de trappeurs pyrénéens, s’y rendront sans doute plus volontiers, été comme hiver. De la même manière, vous pouvez être tentés par une virée dans la forêt du Montious. Ou une rando, facile, dans la Néouvielle ? Par visiter le cirque-glacière imposant de Gavarnie ? Une étape balnéo ? Ou encore une escapade rafting en Espagne ? Les Hautes-Pyrénées regorgent de trésors. Et ils plaisent : la fréquentation y a été décuplée l’été dernier.

Beaucoup de clients sont surpris et nous disent : mais pourquoi cela n’existe-t-il pas ailleurs dans d’autres départements…? » 

Isabelle Pélieu, directrice

Oui, mais voilà : comment organiser tout cela ? Comment tenir compte de la difficulté d’un itinéraire ; des heures qu’il faut pour rallier votre camp de base ; changer de vallée ? De la qualité d’un prestataire ? Certes, on peut prendre l’option de noircir un calepin et en faire son road book, bien sûr. On peut aussi faire appel à la Boutique des Pyrénées, spécialiste des packages et des voyages-découvertes sur-mesure en Hautes-Pyrénées et même en Espagne. Où le conseil est très pro. Et, surtout, il ne vous en coûtera rien de plus ! Indolore. C’est une association dépendant du conseil départemental des Hautes-Pyrénées. Cette « boutique » se rémunère sur une commission prise sur les prestataires, votre loueur de cabane, par exemple. C’est un cas rare en France. « Beaucoup de clients sont surpris et nous disent : mais pourquoi cela n’existe-t-il pas ailleurs dans d’autres départements…? » 

Entre 5 000 et 6 000 dossiers par an

Les Hautes-Pyrénées, ce sont des centaines de lacs. DR.

Concernant l’activité de cette Boutique, qui a un agrément d’agence de voyage, Isabelle Pélieu, la directrice : « Nous montons entre 5 000 et 6 000 dossiers par an de clientèle individuelle. Nous avons, depuis trois ans, un produit phare : nos road trip. Nous sommes la première centrale de réservation départementale de France en matière de vente de séjours packagés ».

Certes, en ce moment cette agence déploie des trésors d’énergie face à la situation sanitaire pour sauver ce qui peut encore l’être pour ses clients mais quand l’accalmie sera revenue, les demandes flamberont à nouveau comme lors de l’été dernier. Avec un fait marquant en 2020 : la présence d’une nouvelle clientèle qui pour certains venaient pour la première fois en été et originaire pour l’essentiel de l’Île de France. Il y a aussi ceux qui ont choisi les Hautes-Pyrénées parce qu’il leur était impossible de voyager à l’étranger. « C’est une clientèle à fort pouvoir d’achat, consommatrice de produits et services haut de gamme », souligne-t-on à la boutique des Pyrénées. Qui a permis à la boutique de réaliser + 18 % de chiffre d’affaires l’été dernier.

Quand AirBnB est arrivé, on s’est dit quelle valeur ajoutée pouvons-nous apporter à nos clients à l’ère du digital ? »

Thermes et balnéothérapie (ici : Balnéa à Loudenvieille) sont très présents. Ph. Olivier SCHLAMA

Les Hautes-Pyrénées se placent dans le top 10 des destinations les plus demandées sur AirBnB avec un mois de juillet dernier exceptionnel.  « C’est justement quand on a constaté cela avec la montée du numérique dans les usages que l’on s’est dit : quelle valeur ajoutée pouvons-nous apporter à nos clients à l’ère du digital ? » Les Booking et autres plate-formes sont hypercompétitifs dans les ventes de produits secs. Le conseil, le conseil, le conseil. « Et surtout le contact humain. Les gens ne veulent pas se louper pour leurs vacances. Ils ont un besoin d’une réassurance. C’est une destination qui n’est pas évidente, pas facile d’accès comme tout ce qui est montagne. » Vendre de la balnéo ; une bonne table, une location de voiture ou n’importe quel type d’activité est à la portée de la première centrale de réservations venue. En revanche, « s’adapter à chaque client, faire du sur-mesure, créer des séjours qui soient totalement modulables, modifiable, etc., le temps d’un week-end, d’une semaine, dix jours, etc. Ne pas être obligés de changer d’hébergement tous le soirs, par exemple. Nous rédigeons nous-mêmes un carnet de voyage personnalisé ». Et ça marche : « Nous avons vendu deux fois plus de road trip en 2020 qu’en 2019. »

« Dans les Hautes-Pyrénées, la difficulté c’est de mesurer les temps d’accès, de passage d’un vallée à une autre… »

L’équipe de la Boutique des Pyrénées. DR.

« Nous considérons que les vacances sont un vrai investissement pour les familles ; c’est affectif », poursuit Isabelle Pélieu. « Dans les Hautes-Pyrénées, souvent, la difficulté c’est de mesurer les temps d’accès, de passage d’un vallée à une autre… Dix kilomètres, cela peut correspondre à une heure de trajet, par exemple. On donne aux vacanciers des idées. Pour que les vacanciers ne partent pas de rien. Nous montons tout de A jusqu’à Z, même des randos ou des parcours VTT plus ou moins difficiles, plus ou moins accessibles. » L’Espagne, à deux pas n’est-elle pas une destination concurrente ? « Au contraire : notre proximité avec l’Espagne renforce notre attractivité. Nous avons des clients qui vont y passer une ou deux nuits et sans cela ils ne seraient pas venus du tout dans les Hautes-Pyrénées. »

Car c’est l’un des défis du tourisme en montagne : que les montagnards eux-mêmes s’adaptent à de nouveaux publics en considérant désormais que leur territoire n’est « pas réservé qu’à un public de grands sportifs. Que la montagne se mérite. On peut y passer ses vacances en ne faisant que des choses accessibles voire juste à s’émerveiller des paysages. Être dans la contemplation. Juste dans l’expérience », confie encore Isabelle Pélieu. L’image des Pyrénées est encore très élitiste. Nous nous vendons une expérience. Et notre produit phare, les road trip, est là pour conquérir de nouveaux clients, ceux qui n’osent pas venir parce que la montagne (seulement 4e destination l’été après la mer, la campagne et la ville). C’est une clientèle urbaine habituée aux grands voyages qui achètent plus volontiers ces road trips. « Et puis les mentalités évoluent. De plus en plus de prestataires comprennent la situation tandis-que nous donnons aux touristes les clés de compréhension de la destination montagne. Nous travaillons avec des accompagnateurs et des prestataires qui comprennent et se sont adaptés. Nous n’avons que d’excellents retours de taux de satisfaction dans nos enquêtes. »

Olivier SCHLAMA

Les Pyrénées, c’est dans Dis-Leur !