Sport / Aventure : L’Atlantique en kitesurf, l’ambitieux pari de Doris Wetzel

6000 kilomètres, plus de 40 jours de navigation, c'est le pari que veut relever la championne franco-allemande installée dans l'Hérault... Photo D.-R.

En 2017, elle s’était lancée un défi hors du commun : devenir la première à traverser la Méditerranée en kitesurf entre Port Camargue et Bizerte (Tunisie), Un projet sportif inédit, mis au service de la science et de l’environnement. Cette fois, la championne franco-allemande se lance un nouveau défi avec la traversée de l’Atlantque entre New-York et la France : 6 000 kilomètres !

« Homme libre toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir, tu contemples ton âme, dans le déroulement infini de sa lame… » Baudelaire aurait pu dédier ces vers à… une femme qui évolue entre le ciel et l’eau. Doris Wetzel est une femme libre, libre comme l’air pourrait-on dire. Qui sait prendre de la hauteur pour contempler ce miroir de l’âme… Quelle plus belle métaphore pour parler du kitesurf ?

L’Occitanie, un littoral idéal pour pratiquer le kitesurf

Doris Wetzel une championne prête pour tous les défis ! Photo CLAUDIO KDW

Pour les non-initiés, le kitesurf (*) c’est un sport nautique de traction, consistant à glisser sur une planche de surf de taille réduite ou un twintip inspiré du wakeboard, en étant tracté par une aile, Le littoral de l’Occitanie est devenu l’un des hauts-lieux de cette pratique, avec ses 220 km de côtes qui permettent aux pratiquants de naviguer sur plus de 70 spots dont certains ont une renommée mondiale.

C’est sur cette « terre promise » que débarque Doris Wetzel voici quelques années. La championne allemande (qui a depuis acquis la double-nationalité) n’en est pas à son coup d’essai en matière de sports nautiques. Quatre fois championne d’Allemagne de voile, elle a participé à deux préparations olympiques (Sydbey 2000 et Athènes 2004) puis à diverses compétitions de Paddle…

Aller au-delà du rêve et

me confronter à la réalité… »

Puis la carrière professionnelle a pris le pas sur la passion sportive. « J’ai intégré le monde de la distribution. j’étais manager, C’était très prenant, la charge de travail était de plus en plus forte et je l’investissais à fond, comme je le fais toujours. Mais il me manquait quelque chose. C’est devenu très compliqué… j’ai fait un burn-out… » explique Doris.

« J’ai compris que j’avais besoin de faire le vide, de réfléchir, de me retrouver », poursuit-elle. S’impose alors une évidence : la mer ! « Cela ne m’avait jamais quittée. J’avais besoin de retrouver les sensations de la voile, mais de façon plus profonde. J’ai repensé à Steven Spelberg lorsqu’il dit qu’il faut « écouter cette petite voix qui vous dit ce que vous pourriez faire, rien ne vous définira plus que ça »… »

Montpellier et sa région, pour préparer de nouveaux défis

Doris Wetzel a trouvé le site idéal pour le kitesurf… Photo D.-R.

Elle quitte Agen où elle travaillait… Ce sera le kitesurf avec la volonté désormais bien ancrée de relever des défis. « La réflexion, la préparation mentale m’ont beaucoup aidée. Cela m’a confortée dans mon désir d’aller plus loin, d’aller au-delà du rêve pour me confronter à la réalité… » Mais où préparer au mieux cette reconversion entre la mer et le ciel ? Bordeaux, le Pays Basque, Leucate, Montpellier ? Montpellier ! « Il y a tout ici pour préparer un défi. Il y a des spots de kite tout au long du littoral. Et toute une communauté liée au kitesurf. Toutes les étoiles s’alignaient… »

Lorsqu’on écoute Doris, on pense en effet  immanquablement à Saint-Exupéry : « Fais de ta vie un rêve et d’un rêve une réalité… » Il faut tout de même une sacrée volonté pour réussir un tel pari et une belle part d’humanisme.

La championne ne manque ni de l’un, ni de l’autre. Doris Wetzel à peine installée dans l’Hérault, elle crée l’Association Wo’mana dont le but est de promouvoir le sport au féminin, le développement personnel à travers le sport et de faire financer des actions sportives pour des enfants sortant de longue maladie.

Des conditions de pratique extraordinaires

pour les sports de glisse »

Puis, elle prépare un premier exploit, histoire de prendre un peu l’air : ce sera la traversée de la Méditerranée en kitesurf, de Port-Camargue à Bizerte, en Tunisie. En 2017 elle est la première à réaliser un tel trajet ! Plaçant l’exploit sous le signe de la recherche scientifique et de la protection de l’environnement.

De la Méditerranée à l’Atlantique, la championne fait de ses rêves une réalité… Photo D.-R.

En 2020, elle a déjà en tête un nouveau défi. Mais elle met aussi en place une école de kitesurf à Palavas, afin d’initier de nouveaux pratiquants, mais aussi de partager sa philosophie de vie. Montpellier Kitesurf, un nom un peu trop long, qui est donc devenu MonKi pour MONtpellier KItesurf… « Je souhaite mettre en avant les conditions de pratique extraordinaires pour les sports de glisse dans la région Occitanie et autour de Montpellier » précise Doris.

Et maintenant… la conquête de l’Atlantique !

L’école c’est déjà un beau défi. Mais Doris Wetzel pense plus loin, plus haut… L’Atlantique ! La Méditerranée n’était qu’une premier survol. Cette fois, la sportive veut affronter l’Océan, sur 6000 kilomètres d’une navigation qui devrait durer entre 40 jours et 50 jours…

« La traversée de la Méditerranée m’a confortée dans mon désir d’aller plus loin. C’était important d’accumuler de l’expérience pour envisager quelque chose de plus grand », souligne Doris. « Se préparer mentalement et physiquement, rechercher des partenaires et des sponsors, c’est déjà un challenge en soi », poursuit-elle.

Et le défi devient encore plus relevé lorsqu’il faut, en plus, subir le confinement du au coronavirus, en pleine préparation : « Deux mois sans pouvoir aller en salle de sport, cela m’a un peu cassée. Bien sur on peut faire des exercices à la maison, mais ce n’est pas pareil. C’est un handicap de plus, mais j’ai travaillé sur ma préparation mentale. il ne faut rien négliger pour affronter un tel challenge qui est très exigeant autant mentalement que physiquement… »

Un catamaran d’accompagnement préparé à Canet-en-Roussillon

Depuis, Doris Wetzel a repris l’entraînement à l’air libre. Elle a aussi trouvé un allié essentiel en la personne de Maxence Valdelièvre qui assurera l’accompagnement à bord d’un catamaran de sa conception, préparé à Canet-en-Roussillon. Ce navire de conception novatrice (le V 60 One Cat) est destiné à effectuer des missions de recherche scientifique. mais il sera d’abord la « sécurité » de la traversée…

Car chaque jour à l’issue de six à sept heures de navigation, Doris posera son kitesurf et sera récupérée par le catamaran qui fixera le point GPS d’où elle reprendra le départ le lendemain… Au total de 40 à 50 jours de navigation pour la kitesurfeuse afin de couvrir 6000 kilomètres, entre New York et la côte ouest de la France. Et le catamaran en profitera pour effectuer des études sur les micro-plastiques et les effets du réchauffement sur l’océan.

Après une traversée « test » jusqu’aux Baléares, Doris Wetzel devrait tenter sa grande aventure en 2021. D’ici là, il lui reste un autre défi à relever, boucler le budget nécessaire (300 000 €). « Je remercie Eolmed, Quadran Energies Marine qui m’accompagnent depuis le début (2016) , la Région Occitanie ainsi que Ad’Occ Sport », souligne-t-elle. Mais tous les soutiens, matériel, logistique, financier sont les bienvenus (**) pour relever le défi de cet Open Water Kiteboarding !

Philippe MOURET

(**) Contact : Doris Wetzel Email : doris.wetzel@hotmail.fr Tel : +33 6 72 11 73 35
(*) Sur le site de l’IFKO (Fédération internationale des organisations de sports de kitesurf) : Extrait : En octobre 1977, Gijsbertus Adrianus Panhuise (Pays-Bas) a reçu le premier brevet pour le KiteSurfing. Le brevet couvre, en particulier, un sport nautique utilisant une planche flottante de type planche de surf où un pilote debout dessus est tiré par un dispositif anti-vent de type parachute attaché à son harnais sur une ceinture de type trapèze. Bien que ce brevet n’ait suscité aucun intérêt commercial, Gijsbertus Adrianus Panhuise pourrait être considéré comme le créateur du KiteSurfing (…) Deux frères, Bruno Legaignoux et Dominique Legaignoux, de la côte atlantique de la France, ont développé des cerfs-volants pour le kitesurf au début des années 1980 et ont breveté une conception de cerf-volant gonflable en novembre 1984, une conception qui a été utilisée par les entreprises pour développer leurs propres produits. L’intégralité sur le site http://ifkitesports.org/

Dis-Leur ! que ça glisse !