Escapades (7) : Conflent et Cerdagne à 80 km/h, dans le sillage du train jaune

Le train jaune : 63 kilomètres, 21 gares, pour découvrir le Conflent et la Cerdagne... Photo ©SNCF

Prendre son temps, positiver, profiter du paysage… C’est donc  à 80 km/h, puisque c’est (encore) la vitesse à respecter sur les routes départementales, que Dis-Leur ! vous propose une nouvelle escapade. En route pour les Pyrénées, et plus précisément le Conflent-Canigou et la Cerdagne. En suivant un tracé pas très éloigné de celui de l’une des stars de l’endroit : le Petit Train Jaune…

Impossible, en effet, de ne pas évoquer ce symbole de la région. L’histoire de ce train commence en 1903. Menacé de disparition à plusieurs reprises, il a su surmonter toutes les embûches en s’appuyant sur sa vocation  touristique. Aujourd’hui ce train transporte environ 180 000 personnes par an (il a pu en transporter jusqu’à 400 000), faisant l’enthousiasme des vacanciers, mais sans oublier de rester un véritable TER (train express régional) utilisé pour les déplacements en Cerdagne…

Embarquement immédiat à Villefranche de Conflent

Le Train Jaune se déplace lui à 30 km/h sur un parcours de 63 kilomètres entre

Les petites rues de Villefranche-de-Conflent… Phoro Ph.M.

Villefranche-de-Conflent et Latour-de-Carol (en 2h20′) et desservant pas moins de 21 gares. C’est d’ailleurs à Villefranche que débute notre nouvelle escapade à 80 km/h…

Le Conflent-Canigou, c’est une des plus belles destinations de vacances de la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, alliant parcs naturels, patrimoine mondial, activités sportives, ludiques ou culturelles, artisanat, gastronomie, etc. Et Villefranche-de-Conflent en est une des perles. labellisée Plus beaux villages de France, cette cité médievale fortifiée par Vauban compte trois sites inscrits au Patrimoine mondial par l’Unesco : Les remparts, le Fort Libéria qui surplombe la ville, accessible par un sentier ou des escaliers souterrains, ainsi que la grotte Cova Bastera.

Des sorcières et des bières… Catalanes !

Sorcières catalanes à Villefranche-de-Conflent.

Mais au-delà de cette richesse patrimoniale, Villefranche offre aussi une délicieuse occasion de flânerie dans les ruelles bordées de magasins d’artisans et de spécialités du crû. En particulier les « sorcières ». Il est en effet dans la tradition catalane d’offrir, à un proche ou à un enfant, une sorcière en signe d’amitié. On la suspend soit dans la maison, soit dans la chambre des enfants pour éloigner les mauvais esprits et laisser place au bonheur.

les sorcières se sont sans doute penchées avec bienveillance sur Villefranche, puisque son rayonnement s’est développé au fil des décennies jusqu’à figurer parmi les cinquante sites touristiques les plus fréquentés de France. Pour une pause, plusieurs établissements… On aime bien L’Alchimiste, un petit resto-épicerie simple et chaleureux qui propose une superbe série de bières catalanes, depuis la désormais célèbre Cap d’Ona (meilleure bière du monde en 2016) aux plus confidentielles Bière du Canigou ou bonde de la Brasserie du Tôa

Mont-Louis, les commandos sont chez Vauban

Allez ! Les passagers consomment avec modération et le conducteur se contente d’un Alter Cola, le cola catalan aux arômes de citron. On quitte Villefranche-de-Conflent pour rejoidre Mont-Louis « cité du Roi-Soleil« . A peine 36 minutes de montée à travers le Parc naturel des Pyrénées Catalanes pour rejoindre la plus petite commune des Pyrénées-Orientales (et l’une des dix plus petites de France !). On peut cependant y admirer un four solaire et surtout l’un des douze sites majeurs signés Vauban, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco

L’entrée du Fort de Mont-Louis. Photo Ph.M.

Construite à la fin du 17e siècle, pour tenir le verrou stratégique au carrefour des vallées du Conflent, du Capcir et de la Cerdagne, la place forte de Mont-Louis accueille encore aujourd’hui le Centre National d’Entraînement Commando. Il est d’ailleurs l’une des dernières unités militaires à occuper un ouvrage conçu par Vauban. Un peu à l’écart des fortifications, un austère mais imposant monument célèbre Emmanuel Brousse, homme politique né à Perpignan (1866-1926) avec cet épitaphe : « Au bienfaiteur de la Cerdagne, au défenseur de la viticulture, à l’apôtre des économies, au ministre mort pauvre » … A méditer.

Une porte sur l’Espagne et des bains chauds

De superbes paysages à découvrir avec le Train Jaune… Photo Office de Tourisme Conflent Canigo

Le moment est venu de pousser jusqu’à Bourg-Madame. Un peu plus de 20 minutes jusqu’à cette véritable « porte de France » sur l’Espagne et Andorre.

Il suffit en effet de passer le pont pour entrer en Espagne à Puigcerdà. Mais c’est aussi un bon point central pour partir à la découverte de la Cerdagne. Certes, si vous ne nous lisez que maintenant, vous avez raté la Xicolatada à Palau-de-Cerdagne ! Mais il reste bien des choses à découvrir.

Par exemple : les eaux chaudes naturelles des bains de Dorres, Llo ou Saint-Thomas. Les eaux chaudes thermales des bains sulfureux sont idéales après les efforts musculaires, des problèmes de peau et autre rhumatismes.

Bains chauds à Saint-Thomas… Photo Office de tourisme Conflent Canigó

Leurs vertus sont reconnues depuis des siècles puisque l’eau sulfureuse était déjà utilisée du temps des Romains.

Latour-de-Carol… Terminus !

Et puis, depuis Bourg-Madame, il n’y a qu’une dizaine de minutes de route pour rejoindre Latour-de-Carol, point final de cette escapade en Pays catalan, mais aussi le terminus de notre petit train jaune. C’est ici que l’on change de train pour continuer vers Toulouse ou Barcelone. Le voyage est terminé. Pour rentrer embarquez donc à bord de ce train unique, qui serpente à travers les magnifiques paysages qui sont encore plus admirables au rythme des 30 km/h de ce TER vraiment pas comme les autres !

Philippe MOURET

Pour aller plus loin :

Jusqu’au 23 août, il ne faut pas rater la belle exposition  de photographies signées Frédérique Berlic et Stéphane Nevier. « Les beautés de la motagne Catalane » présente de superbes photographies d’animaux sauvages et de paysages saisis par ces deux talentueux artistes en Cerdagne, Capcir et haut-Conflent. C’est à la médiathèque de Bourg-Madame ; entrée sera libre du lundi au samedi de 10h à 13h et de 15h à 18h.

Et pour tout savoir sur le Petit Train Jaune, il suffit de lire les ouvrages du spécialiste en la matière : Pierre Cazenove, qui a décliné toute l’aventure de ce train emblématique au fil de plusieurs ouvrages…

Pour tout savoir sur les activités dans cette région, le site du Tourisme en Conflent-Canigou et celui de Pyrénées-Cerdagne Tourisme.

à lire aussi :

  • Nature : L’ours au coeur de l’actualité dans les Prénées. Lire la suite…
  • Tourisme : La plus forte hausse de la décennie pour les Pyrénées-Orientales. Lire la suite…
  • Pyrénées Catalanes : La balnéo aux pieds des pistes. Lire la suite…