L’association narbonnaise Judaïsme en Occitanie projette de créer ateliers, conférences, documentaire et même une randonnée à travers les Pyrénées pour combattre l’antisémitisme, un fléau qui réapparait régulièrement, y compris en ce moment dans les manifs antivax. Son projet est soumis aux votes bientôt ouverts des budgets participatifs de la Région Occitanie.

Une poignée d’artisans produisent quotidiennement cette ancestrale spécialité de plus en plus prisée, y compris pour prolonger les vacances. Plongée dans les fournils de Bages à Bourg-Madame (Pyrénées-Orientales). Cette petite couronne a même un fan prestigieux, Jean Castex, qui en a commandé chez un fabricant in petto 4 500 unités pour les fêtes de fin d’année…

Alors que pour préparer l’après-covid, les experts de l’OFCE préconisent de doubler le plan de relance de 100 milliards d’euros pour les 10 ans à venir en France, à l’échelle d’un département il n’y a pas d’argent magique mais un choix dicté par davantage de lien social et une réflexion boostée pour l’après… Comme l’explique Hermeline Malherbe, la présidente des Pyrénées-Orientales.

Au Puigmal, Carole Delga, a inauguré, raquette aux pieds, la nouvelle version de cette station. Exemple unique de diversification pour moins dépendre du tout-ski. En Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées, les collectivités lancent aussi ce pari depuis 2018. Les P.-O., elles, mènent une étude sur la complémentarité des neuf stations du département. Ces stations de moyenne montagne semblent plus résilientes face au changement climatique et plus à même à répondre au désir des familles de vivre l’expérience montagne.

Les viticulteurs du Roussillon tirent le bilan des vendanges qui ont donné une récolte inférieure à celle de 2019 qui était déjà la plus petite vendange jamais enregistrée. Mais un millésime qui promet selon eux “des vins qui offrent la trilogie parfaite, véritable graal du vigneron : élégance, fraîcheur et complexité.”

Selon l’Insee, sur 215 bassins de vie de notre région, 63 ont subi une perte brutale d’habitants. De 788 000, ils n’étaient plus que 645 000 en 2016. En cause, le déclin des fermes familiales et de certaines industries, notamment textiles : 37 000 postes ont aussi été perdus. “Ce ne sont plus les mêmes personnes qui y habitent. Il y a eu une profonde transformation de la société…”, explique Marie-Laure Monteil, responsable des études.