Déconfinement : « Sur le chemin d’un retour à la vie normale… »

Visio-coférence du préfet d'Occitanie, mercredi matin...

Comme il se doit, le préfet de Région et de Haute-Garonne, a relayé les annonces du premier Ministre, Edouard Philippe, pour le 11 mai. Pour évoquer ce qui devrait être le début du déconfinement, Etienne Guyot était en compagnie du recteur de l’académie de Toulouse Benoît Delaunay et en lien vidéo avec la rectrice de la région académique Occitanie Sophie Béjean et du directeur général de l’Agence régionale de Santé (ARS), Pierre Ricordeau.

Et si l’on excepte quelques ratés techniques dans la liaison entre Toulouse et Montpellier, il n’y a pas eu de surprise en ce mercredi matin. Le préfet a naturellement confirmé la « nécessité de maintenir les efforts » en matière de confinement strict jusqu’à la date du 11 mai, soulignant que des décisions seraient annoncées « à l’issue du conseil de Défense » qui doit avoir lieu le jeudi 7 mai…

Le comportement personnel est une donnée essentielle

« Vers quoi allons nous ? Nous préparons le déconfinement qui ne sera pas un retour à la vie « d’avant » mais qui nous mettra sur le chemin d’un retour à la vie normale », a tenu à préciser Etienne Guyot. Le préfet de la région Occitanie a donc égrené les éléments désormais bien connus, soulignant la nécessité « d’intensifier le partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales qui ont un rôle essentiel (…) ainsi qu’avec les partenaires associatifs. » « Le comportement personnel est une donnée essentielle » a insisté le préfet, appelant à « une discipline collective et personnelle dans les semaines et les mois à venir », s’attachant alors à adresser ses remerciements aux « citoyens qui ont globalement joué le jeu » et à « l’ensemble des personnels de la santé », dont il a pu « à maintes occasions constater le courage et le dévouement. »

« La vigilance reste de mise », directeur de l’ARS

Respecter les obligations sanitaires. photo D.-R.

Le directeur général de l’ARS a précisé qu’après avoir connu un pic de 350 patients en réanimation, la région n’en comptait plus aujoud’hui qu’une centaine. « l’épidémie a été ralentie, mais la vigilance reste de mise (…) il faut que le message passe auprès de nos concitoyens » a tenu à rappeler Pierre Ricordeau. Insistant plus particulièrement sur « la vie quotidienne », le préfet Guyot a rappelé l’importance du respect des gestes barrière. Il a confirmé l’ouverture prochaine des commerces, à l’exception des bars et restaurants. « dans le respect des consignes sanitaires… » Il a précisé que concernant les surface commerciales de plus de 40 000 m2, il n’y avait pas encore eu de décision : « J’ai écrit à toutes les enseignes pour qu’elle me disent ce qu’elles proposent (…) le risque principal étant le très important brassage de population dans ces zones… »

Week-end du 8 mai, respecter le confinement

Dans le même esprit, le préfet a souligné que 14 grands rassemblements ont été annulés en Haute-Garonne et 3 autres reportés au mois de septembre. Par contre, la plupart des musées devraient prochainement rouvrir.

Benoit Delaunay (à gauche) et le Préfet de Région Etienne Guyot (à droite). Sur l’écran du fond, directeur de l’ARS et la rectrice depuis Monptellier).

Quant aux déplacements, le préfet de région a souligné qu’il ne faut pas baisser la garde. En particulier avec le week-end du 8 mai qui reste soumis aux règles de confinement. Par la suite, il faudra « éviter d’aller se promener aux quatre coins de la France » a commenté le Préfet qui a précisé que l’Espagne avait imposé des restrictions à l’entrée sur son territoire, ainsi que l’Andorre, qui a cependant établi des dérogations pour les frontaliers…

Ecoles : une « reprise » qui sera forcément « différente »

Enfin, après la longue mais malheureusement inaudible intervention de Sophie Béjean (rectrice académique d’Occitanie, rectrice de l’académie de Montpellier), c’est le recteur de l’académie de Toulouse, Benoit Delaunay qui a évoqué la très sensible question scolaire et une « reprise qui sera forcément différente… » (le 11 mai pour les enseignants, les jours suivants pour les élèves, NDLR) Ainsi, Benoit Delaunay a insisté sur « le sens profondément social de cette reprise (…) avec une attention particulière pour les élèves en situation de décrochage », précisant que « la continuité pédagogique dans cette période difficile a pu être menée grâce à l’engagement des enseignants… » Il a défini trois « cadres » pour le reprise de l’école : sanitaire, d’accueil et de pédagogie. précisant que « notre boussole c’est la sécurité des élèves et des enseignants. cela conditionne tout le reste… »

Philippe MOURET

Les enfants et l’école face au coronavirus :

  • Baccalauréat : Epreuves annulées, évaluations via le contrôle continu. Lire la suite…
  • Réouverture des écoles : Grand flou et maxi inquiétudes. Lire la suite…
  • Un masque « made in Toulouse » dédié aux enfants. Lire la suite…