Santé : À Montpellier, le premier centre contre une autre « épidémie mondiale »

L'équipe du centre Obésanté de Montpellier-La Mosson est à pied d'oeuvre. Photo ©LCO

Une à deux heures, sur neuf ans, c’est la part accordée à la question de l’obésité durant les études de médecine. Depuis sa création en 2014, la Ligue contre l’obésité (LCO) agit pour une vision humaniste et volontariste qui vise à changer le regard porté sur l’obésité. Mais au-delà de sa volonté de faire évoluer les mentalités, la LCO est aussi dans l’action comme le prouve l’ouverture du premier centre Obésanté, à Montpellier…

Obésanté ouvrira ses portes à Montpellier le 1er février 2021. Accessible 6 jours sur 7, cette structure médicale d’un genre nouveau accueille à la fois le public en quête d’un médecin généraliste de proximité et des patients en situation de surpoids et d’obésité. Initié et porté par la Ligue nationale contre l’obésité, le centre expert Obésanté constitue un projet résolument humaniste qui s’appuie sur de nouvelles modalités d’interventions thérapeutiques.

Sept millions de personnes sont concernées en France

Mélanie Delozé (à g.) et Agnès Maurin ont présenté le centre Obésanté-Montpellier, mardi matin. photo Ph.-M.

Car, ainsi que l’a souligné mardi matin Agnès Maurin, directrice et co-fondatrice (avec Pierre Niergue et le Pr David Nocca) de la Ligue contre l’obésité en 2014, on est face à « une véritable épidémie mondiale (*) qui est très fortement en lien avec l’évolution de la société. » Avec des chiffres imposants : en France, l’obésité qui concernait 5,30% de la population en 1981 (source Insee) pour atteindre aujourd’hui 40% -soit environ 7 millions de personnes !).

Et avant tout, il est essentiel de faire sortir l’obésité des clichés, notamment véhiculés par les PNNS (Plan Nationaux Nutrition Santé) des gouvernements successifs, qui véhicule au sein de la population « l’idée que la quantité d’aliments ingérés et la dépense énergétique d’une personne constituent les seuls prédicteurs du gras corporel. »

Des causes multiples, médicales et sociétales

« Les causes de l’obésité sont multiples, insiste Agnès Maurin, à la fois endogènes, telles que  l’hérédité, les maladies génétiques, des troubles psychologiques, etc. Mais aussi dépendantes de l’infuence de facteurs environnementaux comme les traitements médicamenteux, l’environnement social et culturel, le stress, ou encore divers traumatismes… Un seul facteur ne peut que rarement expliquer l’apparition de l’obésité. »

L’accueil du centre, qui ouvre le 1er février. Photo ©LCO

Et c’est justement pour faire face à cette diversité thérapeutique que ce premier centre Obésanté ouvre ses portes à Montpellier. « Il sera accessible 6 jours sur 7 dans le quartier populaire de La Mosson, soit au plus près de la population précaire pour mieux réduire les inégalités d’accès aux soins », explique Mélanie Delozé, responsable du centre. Une situation encore plus pesante pour les personnes atteintes d’obésité, dont la pathologie n’est pas prise en charge par l’Assurance maladie.

En effet le centre, généraliste, proposera un accès aux soins dans les meilleures conditions, mais aussi « un parcours adapté et gratuit pour les personnes souffrant d’obésité. » Comme le précise Mélanie Delozé : « Obésanté défend un nouveau modèle de prise en charge globale, préventive et curative des personnes en surpoids ou des patients atteints d’obésité. Ce centre de santé expert propose aux patients un dépistage précoce de la pathologie, un diagnostic ciblé, des séances d’éducation thérapeutique du patient, un suivi personnalisé et un accompagnement social. »

Une équipe pluridisciplinaire pour intervenir sur tous les aspects

L’équipe du centre Obésanté-Montpellier, fortement féminine. Photo ©LCO

Le centre met en place une équipe de professionnels de santé tous salariés du centre qui peuvent intervenir en matière de médecine générale, soins infrmiers, diététique, gynécologie, obésitologie, médecine vasculaire, pédiatrie, psychiatrie, psychothérapie, tabacologie et pour une activité physique adaptée.

Certes, l’obésitologie est « une notion qui n’existe pas », mais les mentalités progressent, en particulier sous l’action de la Ligue contre l’obésité. « En lien avec le CHU de Montpellier et la Fac de Médecine, un D.-U. d’obésitologie devrait être créé », souligne Agnès Maurin.

Ce premier centre (d’autres pourraient prochainement voir le jour, à Dax, Villefranche-su-Saône et Valence) va permettre à la LCO d’agir directement sur le terrain. Mais le message doit aussi continuer à passer (notamment à travers les 15 centres départementaux de la Ligue)  auprès de la population, afin de faire évoluer le regard. « Il faut arrêter de stigmatiser. L’obésité aussi est une maladie (déclarée maladie chronique par L’OMS depuis 1997, NDLR). C’est une pathologie complexe, aux causes multiples. Et les raisons pour lesquelles nous pouvons prendre du poids nécessitent d’être comprises et analysés », insiste Agnès Maurin.

(Pour faire un don à a Ligue contre l’obésite : https://www.helloasso.com/associations/ligue-contre-l-obesite/formulaires/1 )

Philippe MOURET

(*) Dans le monde, on estime à plus de 2 milliards le nombre de personnes souffrant d’obésité. En France, les chiffres les plus récents font état de près de 7 millions de personnes atteintes obésité, soit autour de 15% de la population adulte (ObEpi-Roche 2012). Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), un élève de classe de 3eme sur six souffre d’obésité. Au plan mondial, la population enfantine et adolescente est particulièrement exposée : en 2016, plus de 340 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 5 à 19 ans étaient considérés en surpoids ou obèses.
Obésanté Montpellier, 195, rue Yves-Montand (3e étage gauche). Rendez-vous, directement sur le site obesante.org ou sur Doctolib. Par mail : montpellier@obesante.org. Par téléphone : 04.48.20.49.30. Le centre médical Obésanté Montpellier propose des consultations sans rendez-vous de médecine générale ainsi que des télé-consultations.Ouverture Lundi – vendredi : 8h – 20h. Samedi : 8h30 – 12h30.

Questions de santé…