Pyrénées-Orientales : Des voeux entre mer et Canigou

Lundi à Prpignan, un discours engagé de la présidente, Hermeline Malherbe. Photo Ph.-M.

Le ton était serein mais le discours engagé et offensif, lundi dans les locaux du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, pour les voeux à la presse de la présidente du département, Hermeline Malherbe…

Le constat que les lignes ont bougé dans le monde politique et dans la société en général, un éloge de la liberté d’information, un mot ému pour les victimes du drame de Millas et leurs familles, l’espoir que de l’autre côté des Pyrénées le dialogue soit renoué entre Barcelone et Madrid, un volontarisme affiché en faveur de la Ligne à grande vitesse (LGV) entre Montpellier et Perpignan… Hermeline Malherbe a brossé à grands traits l’année écoulée, pour mieux se tourner vers les projets de 2018 dans les Pyrénées-Orientales.

une équipe aux « valeurs de gauche »

Toute l’équipe de la majorité départementale était regroupée autour de sa prsidente..; photo Ph.-M.

En 2018, l’équipe départementale sera à mi-mandat… Une majorité « d’action, mobilisée pour les solidarités humaines et territoriales«  a tenu à souligner la présidente du département, tout en évoquant le débat sur le budget (DOB) qui sera discuté au mois de février dans un contexte « particulièrement périlleux, compte tenu des contraintes imposées par l’Etat » qui « subtilement veut brider ce que nous voulons faire. »

En affirmant « le refus d’une vision trop verticale, qui freine l’action et l’équilibre des territoires », Hermeline Malherbe affirme qu’il faudra cependant « maintenir le cap sur les projets essentiels », égrainant sa « vision départementale » de collaboration avec les communes et intercommunalité et le « vrai choix politique des délégations de service public. » Du lancement du très haut débit (155 millions d’euros en 4 ans) au syndicat départemental pour la production d’eau potable, de la LGV, maillon essentiel pour le développement parallèle des « trains du quotidien », au développement des infrastructures destinée au tourisme et aux loisirs, autant d’actions qui se veulent, « la traduction de [nos] valeurs de gauche » résumées en quelques mots : « Etre justes les uns envers les autres, autour de ces mots : citoyenneté, solidarité, égalité… »

Un département à la personnalité affirmée

Mme Malherbe  a évoqué les dix ans du site classé de Pauliles, symbole d’une volonté de « préservation, valorisation et partage » des richesses naturelles du département, tout comme le mont Canigou, des lieux qui figurent parmi les Grands sites de France et illustrent la première place de département touristique de la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée. mais aussi la préparation des commémorations pour les 80 ans de la Retirada (l’exil des Républicains espagnols de 1936 à la chute de Barcelone en 1939) et la mise en place prochaine d’un Office public de la langue catalane… L’identité reste décidément bien marquée dans ce département entre mer et montagne.

Philippe MOURET