Occitan : Le Sénat adopte une loi sur les langues régionales. Historique ou anecdotique ?

Paul Molac a convaincu les sénateurs... Il sera devant ses collègues députés au mois d'avril 2021. Photo © http://paulmolac.bzh/

« C’est une victoire qui vient récompenser des années d’efforts conjoints, menés par les associations et certains élus, pour permettre la sauvegarde, mais également la promotion de nos langues », affirme le député régionaliste breton Paul Molac.

Et le député du Morbihan poursuit : « Mieux, les Sénateurs sont allés encore plus loin que la rédaction du texte qui avait été voté en février dernier en première lecture à l’Assemblée nationale. Celui-ci avait été en partie vidé de sa substance. Je me réjouis ainsi qu’ait été rétabli l’article relatif à la généralisation de la proposition d’enseignement de l’enseignement en langue régionale, sur le modèle développé en Corse depuis vingt ans, et qui porte ses fruits sur l’île. »

« Historique » pour Occitanie Pais Nostre

Alors, enfin une victoire pour les défenseurs des langues régionales ? C’est en tout cas l’opinion de Joan Pèire Laval, d’Occitanie Pais Nòstre. Pour le mouvement occitaniste, c’est clair : « Le vote par le Sénat de la loi pour les langues régionales est historique. Le mouvement régionaliste occitan a envoyé des félicitations à l’auteur de la loi (…) Occitanie Pais Nostre interviendra auprès des députés de nos régions pour qu’ils approuvent cette loi à l’Assemblée nationale. »

Ne pas se bercer d’illusions, tempère la Felco

Pour la Felco (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc), cependant, « il vaut sans doute mieux ne pas se faire trop d’illusions. Le texte tel qu’il a été voté par les sénateurs va revenir, sans doute en avril, devant les députés. Et on peut être certains que le gouvernement fera tout son possible pour éliminer tout ce qui a été ajouté ; il pourra sans doute compter sur le soutien de sa majorité, sauf si elle se désagrège vraiment d’ici là, ce qui, compte tenu du climat général, n’est pas impossible, mais pas davantage certain. »

Et de préciser à propos de l’expérience corse : « Pour ce qui concerne l’inclusion des enseignements de langue régionale dans les horaires normaux sur le modèle corse, le combat sera rude, et ne résoudra pas forcément le problème souligné par Blanquer, celui de l’inégalité potentielle entre régions acceptant de conclure des conventions avec le rectorat sur ce point, et les autres. »

Le combat se poursuit, devant les députés

Devant l’Hôtel de Région, à Montpellier… Les drapeaux occitan et catalan flottent… Photo Ph.-M.

Et la Felco de conclure : « Il sera peut-être possible par contre de préserver un acquis – le seul en fait au bénéfice de l’enseignement public : la possibilité d’une extension de l’immersif dans le public. En sachant que le gouvernement, comme déjà Blanquer dans le débat au Sénat, ne manquera pas d’opposer à cette revendication le très sacro-saint article 2 de la Constitution : une preuve s’il en fallait une que quel que soit l’intérêt des propositions de loi déposées en faveur des langues régionales, la priorité c’est quand même d’obtenir, dans le cadre d’une réforme de la constitution toujours possible, une modification de cet article y incluant mention des langues de France. »

Pour Paul Molac, le combat se poursuit : « La loi étant agrémentée de nouvelles dispositions, une nouvelle lecture à l’Assemblée nationale est nécessaire afin d’obtenir un vote définitif sur l’ensemble du texte. La prochaine niche parlementaire de mon groupe Libertés et Territoires en avril prochain en sera une opportunité. Je m’attellerai à faire tout ce qu’il est possible pour convaincre mes collègues députés de tous les bancs de voter en faveur des ajouts des sénateurs, dans l’intérêt de nos langues… »

Francis Cabrel, « des langues à part entière » !

Un sujet qui reçoit dans les colonnes du périodique Le Journal de ma Région, le renfort de… Francis Cabrel ! A propos de son dernier album, « A l’aube revenant », le chanteur met plus que jamais en avant ses racines occitanes et son amour pour la langue des troubadours. Extrait : « Les langues dites régionales sont en fait des langues à part entière. Elles n’ont rien de minoritaire. Ce sont des langues qu’il faut enseigner, apprendre. Il faut continuer à les faire vivre, tout simplement… »

Que dire de plus ? Sinon que les députés auront probablement à s’exprimer dans quelques mois sur ce sujet. A eux, donc, de montrer maintenant qu’ils aiment autant leur langue que l’accent qui va souvent avec

Philippe MOURET

Dis-Leur ! mais en Occitan…

  • Mobilisation aux quatre coins de France pour les langues régionales. Lire la suite…
  • La bataille des littératures, en langues d’Oc et d’oïl. Lire la suite…
  • Coup de gueule d’un défenseur des langues régionales. Lire la suite…
  • Contre la réforme Blanquer, la voix unie des langues régionales. Lire la suite…
  • Patrimoine : Un atlas sonore des langues régionales. Lire la suite…
  • Quand un dérapage de Mélenchon met la « glottophobie » à la mode. Lire la suite…