Chronique occitane : Contre la réforme Blanquer, la voix unie des langues régionales

Les langues régionales parleront d'une seule voix le 30 novembre à Paris ... Photo D.-R.

« Nos daissarem pas tòrcer » (on ne laissera pas faire !) affirme le président de la FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d’Oc) Yan Lespoux dans la chronique qu’il livre ici à Dis-Leur ! Il appelle notamment à signer une pétition de soutien et à manifester le 30 novembre devant le ministère de l’Education, lors d’un rassemblement des défenseurs de toutes les langues régionales qui parleront… d’une seule voix :

« Présenté un temps comme le chouchou du président de la République, le bon élève qui a su comprendre bien plus vite que d’autres la doxa libérale macronienne, Jean-Michel Blanquer a su profiter de cet état de grâce pour se lancer dans une vague réformatrice de l’Éducation nationale sans précédent, en utilisant des recettes tout à fait nouvelles, du moins sous un régime démocratique.

Les suites de l’onde de choc de Parcours-sup

La disruption à la sauce Blanquer a tenu sur deux axes complémentaires : communication agressive auprès de la presse et de l’opinion publique d’un côté, refus de la négociation avec les syndicats et les associations représentatives de l’autre. Cette méthode a commencé à toucher ses limites avec la gestion calamiteuse de Parcours sup.

Elle est en train de se fracasser sur l’écueil de la réforme du baccalauréat et du lycée qui ne suscite plus seulement l’opposition des enseignants-privilégiés-grassement payés-toujours-en-vacances, mais aussi des élèves et de leurs familles qui commencent à éprouver concrètement ce que le changement annoncé leur réserve. Inégalité entre les établissements, impossibilité bien souvent de choisir les parcours et options voulus, emplois du temps kafkaïens, etc.

« Enterrement de première classe » des langues régionales

En ce qui concerne les langues régionales, la réforme du lycée et du baccalauréat, à propos de laquelle la FELCO n’a cessé d’alerter dès ses prémices, organise un enterrement de première classe. En dévalorisant l’enseignement optionnel qui était jusque-là la modalité d’enseignement qui accueillait le plus d’élèves en lycée au profit d’Enseignement de spécialité (EDS) limités à de rares établissements et peu promus par une administration qui a bien su lire entre les lignes de la réforme le désir de liquidation de l’enseignement des langues régionales, le ministère a d’ores et déjà réussi à faire reculer l’enseignement de l’occitan.

Si des mobilisations importantes et inédites comme celle menée par le Centre régional des enseignants d’occitan (CREO) de Toulouse et l’appui d’élus, en particulier dans les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, ont permis de limiter temporairement les dégâts annoncés, sans pour autant empêcher tout recul, le ministère entend toujours tenir le cap et continue à refuser ostensiblement toute discussion de fond.

Soutien des élus proches d’EELV

La réunion parisienne du 12 septembre. Au centre, bras croisés, François Alfonsi. Sur la travée à droite de la tribune, les délégués occitans : Yan Lespoux, psdt de la FELCO, Sarah Laurent, AELOC-FELCO-Forum d’oc, Gilbert Mercadier, Congrès permanent de la lenga occitana.. Photo Peire COSTA

Cette situation ne pouvait à terme que susciter des réactions. L’une d’entre elles est actuellement menée à l’initiative de l’eurodéputé corse François Alfonsi, élu du parti Régions et peuples solidaires sur la liste EELV de Yannick Jadot. M. Alfonsi, appuyé dans sa démarche par ses collègues députés nationaux Jean-Félix Acquaviva et Paul Molac (qui, après avoir rallié avec entrain la Macronie a finalement éprouvé quelques remords à frayer avec le nouveau monde) a donc voulu réunir le jeudi 12 septembre, dans des locaux parisiens du Parlement européen, les représentants des principales associations de promotion des langues et cultures de France.

Occitans, Basques, Bretons, Catalans, Savoyards, Flamands, Alsaciens et Mosellans et, bien entendu, Corses se sont donc retrouvés afin de chercher les moyens de lutter contre la mise à mort annoncée de l’enseignement de leurs langues.

Un tour de table a permis de faire émerger sans ambigüité cet état de fait : d’une part la situation de cette rentrée 2019 se révèle partout inquiétante, d’autre part le ministère campe sur cette position qui consiste à refuser l’ouverture de tout espace de dialogue réel.

Une manif’ sous les fenêtres du ministère

Ce refus obstiné de la négociation ne pouvait avoir qu’une seule issue, celle qu’ont décidé d’emprunter les participants à cette réunion. Refusant explicitement que ce combat soit mené exclusivement par les élus que sont MM. Alfonsi, Molac et Acquaviva, ils ont décidé de se regrouper en collectif et d’appeler les élus concernés par la défense et la promotion des langues régionales à les soutenir dans leur première action qui prendra la forme d’une manifestation sous les fenêtres du ministère le 30 novembre prochain.

Symbolique, certes, cette initiative permettra d’instaurer un début de rapport de force dont on espère qu’il poussera Jean-Michel Blanquer à ouvrir le dialogue. Elle sera par ailleurs suivie d’une nouvelle réunion destinée à structurer une action sur le long terme et à élaborer une liste de revendications communes et un calendrier d’actions qui seront menées au niveau français comme au niveau européen. »

Yan LESPOUX, président de la FELCO

Pour signer l’appel en ligne : https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-mobilisation-générale-pour-que-vivent-nos-langues

Les inter-titres sont de la Rédaction de Dis-Leur !

La version en Occitan de cet article :

Un temps presentat coma lo favorit del president de la Republica, lo bon escolan que saupèt comprendre plan mai lèu que d’autres la doxa liberala macroniana, Jean-Michel Blanquer saupèt profitar d’aquel estat de gràcia per se lançar dins una èrsa reformatritz de l’Education nacionala sens precedent en utilizant de recèptas d’a fons novèlas, al mens sota un regim democratic.

La disrupcion a la sauça Blanquer s’es bastida d’efièch mai que mai sus dos aisses complementaris : comunicacion agressiva et e sovent messorguièra al prèp de la premsa e de l’opinion publica d’un caire, refús de la negociacion amb los sindicats e las associacions representativas de l’autre. Aquel metòd a començat de trobar sos limits amb la gestion calamitosa de « Parcours sup ». Es a se fracassar sus l’estèu de la reforma del bachilierat e del licèu que d’ara enlà suscita pas solament l’oposicion dels ensenhaires-privilegiats-grassamentpagats-totjornenvacanças, mas tanben dels escolans e de lors familhas que començan d’esprovar concrètament çò que lo cambiament anonciat lor resèrva : inegalitat entre establiments, impossibilitat plan sovent de causir los percorses e las opcions volguts, emplec del temps kafkaïan, etc.

Per çò qu’es de las lengas regionalas, la reforma del licèu e del bachileirat, a prepaus de laquala la FELCO a pas quitat d’alertar tre que comencèt de se’n parlar, organiza un enterrament de primièra classa. En desvalorizar l’ensenhament opcional qu’èra fins aquí la modalitat d’ensenhament que recampava lo mai d’escolans en licèu al profièch d’Ensenhament d’especialitat (EDS) limitadas a de rares establiments e gaire promouguts per una administracion que saupèt plan legir entre las linhas de la reforma lo desir de liquidacion de l’ensenhament de las lengas regionalas, lo ministèri a ja capitat de faire recuolar l’ensenhament de l’occitan.

Se de mobilizations importantas e inedichas coma aquela menada per lo Centre regional des ensenhaires d’occitan (CREO) de Tolosa et lo sosten d’elegits (cf. sul siti de la FELCO, l’analisi de las questions dels deputats : http://www.felco-creo.org/24-10-19-analyse-des-questions-ecrites-a-lassemblee-nationale-entre-juillet-2017-et-septembre-2019/), en particulièr dins las regions Novèla-Aquitània e Occitania, an permés de limitar provisòriament los degalhs anonciats, sens per aquò empachar las recuoladas, lo ministèri entend totjorn téner lo cap e contunha de refusar ostensiblament tota discussion de fons.

Aquesta situacion èra impossible que suscitèsse pas de reaccions. Una es d’aquesta passa menada a l’iniciativa de l’eurodeputat còrse François Alfonsi, elegit del partit Regions e pòbles solidaris sus la lista EELV de Yannick Jadot. M. Alfonsi, apuejat dins sa desmarcha per sos collègas deputats nacionals Jean-Félix Acquaviva e Paul Molac (que, après aver raligat plen de vam la Macronia a finalament sentit qualques remòrds a se faire amb lo novèl monde) volguèt

donc reunir lo dijòus 12 de setembre, dins de locals parisencs del Parlament europenc, los representants de las principalas associacions de promocion de las lengas e culturas de França. Occitans, Bascos, Bretons, Catalans, Savoiards, Flamencs, Alsacians e Mosellans e, de segur, Còrses se son donc retrobats per tal de cercar los biaisses de luchar contra la mesa a mòrt anonciada de l’ensenhament de lors lengas.

Un torn de taula permetèt de faire emergir sens cap d’ambigüitat la realitat : d’una part la situacion de la dintrada 2019 se revèla pertot inquietanta, d’autra part lo ministèri se ten fèrm sus sa posicion de refús de dobertura de tot espaci de dialòg real.

Aquel refús testard de la negociacion podiá aver qu’una sola eissida, aquela qu’an decidit de prene los participants a la reunion.

Refusant explicitament que lo combat siá menat exclusivament per los elegits que son los sénhers Alfonsi, Molac e Acquaviva, decidèron de se regropar en collectiu e de sonar los elegits concernits per la defensa e la promocion de las lengas regionalas a los sosténer dins lor primièra accion que prendrà la forma d’una manifestacion sota las fenèstras del ministèri le 30 de novembre que ven. Simbolica, aquò rai, aquesta iniciativa permetrà d’instaurar una debuta de rapòrt de fòrças qu’esperam que butarà Jean-Michel Blanquer a dubrir lo dialòg. Serà puèi seguida d’un acamp novèl destinat a estructurar una accion sul tèrme long e a bastir una lista de revendicacions comunas e un calendièr d’accions que seràn menadas al nivèl francés coma al nivèl europèu.

Yan LESPOUX, président de la FELCO

La « reforma » Blanquer e las lengas regionalas : nos daissarem pas tòrcer. Totes a París lo 30 de novembre de 2019 Signatz l’apèl en linha : //www.change.org/p/jean-michel-blanquer-mobilisation-générale-pour-que-vivent-nos-langueshttps: