Nature / Biodiversité : Le retour des brebis sur le plateau de Leucate

Le plateau de Leucate est concerné pour moitié par un site Natura 2000. Ce qui a justifié cette mesure de préservation de la biodiversité sont : les pelouses sèches, les espèces d’oiseaux qui y nichent et la végétation des falaises méditerranéennes.

La priorité est donc donnée à la préservation de ces pelouses sèches aussi nommées pelouses à Brachypode. Ces pelouses, riches en biodiversité, subissent un embroussaillement naturel et rapide. En plus du pistachier, du chêne kermès et autres buisson, le pin d’Alep envahit aussi rapidement ces espaces.

Une opération favorable  à la flore et la faune typiques

Depuis 15 ans, des troupeaux de brebis sont de nouveaux présents sur le plateau de Leucate. La présence de ces troupeaux contribue à contenir le développement des arbustes en broutant aussi les très jeunes pins et les pousses des arbustes qui embroussaillent ces pelouses tels que pistachier, buplèvre, filaire, oliviers, etc.

Les glands de chêne kermès sont aussi très prisés. Ce pâturage contribue à maintenir une centaine d’hectares de pelouse dans un bon état, favorable à la flore et la faune typiques de ces milieux naturels ouverts.

Leucate, l’un des trois sites de pâturage

Pour la cinquième année, le troupeau de brebis revient sur le plateau pour y passer une partie de l’hiver. Ce troupeau composé d’une centaine de brebis et de leurs agneaux dispose de trois régions de pâturage : Leucate en hiver, les montagnes du Parc national des Pyrénées en été et leur ferme dans le Tarn au printemps et en automne. Ce nomadisme permet notamment au troupeau de se passer de foin et profiter de verts pâturages toute l’année.

Les bergers vont donc rester à Leucate jusqu’à la fin février puis rentrer à la ferme pour l’agnelage.

Ph.-M.

ATTENTION ! Cette année encore, deux chiens Patous gardent le troupeau. Les promeneurs sont donc invités à contourner le troupeau et à garder leur chien en laisse. Les bergers ont dû recourir à ces chiens à cause de l’attaque sévère du troupeau par un chien, lors de leur premier hiver à Leucate et pour protéger le troupeau de tous les prédateurs.

On compte les moutons !

  • Transhumance : De Vinassan à Arnissan, la balade des brebis. Lire la suite…
  • Les moutons prennent l’initiative, au salon de l’Agriculture. Lire la suite…
  • Bergers : Focus sur « le plus vieux métier du monde. » Lire la suite…
  • A Narbonne, une transhumance originale. Lire la suite…
  • Pastoralisme : Aménagement des Pyrénées et présence de l’ours, en débat à Foix. Lire la suite…