Ehpad : Le point sur la situation dans les établissements de la région

Les Ehpad sont désormais comptabilisés, faisant grimper le nombre des décès dus au Covid-19 en France. Photo D.-R.

On a dépassé les 2000 décès (2028 au 4 avril) constatés dans les Ehpad de France. Dans le cadre l’épidémie de Covid-19, des consignes et recommandations ont été mises en œuvre dans l’ensemble des 828 établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad) de la région, qui proposent environ 60 000 lits d’hébergement. Un ancien directeur d’Ehpad évoque le « Plan bleu » du gouvernement…

Selon l’ARS Occitanie, « la limitation stricte des visites en Ehpad et le renforcement des gestes barrières s’inscrivent dans les dispositifs de protection de nos ainés. Les établissements ont expliqué ces mesures aux résidents et à leurs familles. Et nombre d’entre eux ont développé d’autres modes d’échanges réguliers pour ne pas
rompre ces liens familiaux pendant la période de confinement. »

Des chiffres enfin recensés

« Nos soignants font preuve d’un remarquable engagement solidaire » dit l’ARS Occitanie. Photo D.-R.

Malgré ces mesures de protection, certains Ehpad de la région ont été fortement impactés par la confirmation de premiers cas de Covid-19 parmi leurs résidents et leurs personnels. L’annonce le 28 mars dernier de onze décès dus au Covid-19 dans un établissement (Les Aiguerelles) de Mauguio près de Montpellier (Hérault) avait déjà alerté sur la gravité de la situation…

On aura attendu longtemps d’obtenir (enfin) un décompte des victimes du coronavirus dans les Ehpad qui étaient exclus du décompte des victimes. Mais face aux annonces particulièrement inquiétantes, la Direction générale de la Santé a demandé le 28 mars à ces établissements de faire remonter leurs statistiques afin de les prendre en compte. « Les signalements Covid-19 sont effectués directement par les établissements médicaux-sociaux dans un portail national de signalement des événements indésirables depuis le 28 mars. Ces données sont centralisées et analysées au plan national et régional par Santé Publique France » explique l’ARS.

Tous n’ont pas encore effectué cette démarche et certains décès « ne sont pas forcément liés au Covid-19 », les chiffres sont donc « à interpréter avec beaucoup de précaution »… Les prochains jours permettront d’affiner la réalité des chiffres. Au samedi 4 avril : 2028 en Ehpad et autres établissements médicaux-sociaux sur un total de 7560 personnes décédées à cause du Covid-19 en France depuis le début de l’épidémie.

L’engagement « sans faille » des personnels

Dans un communiqué conjoint, la Préfecture de la région Occitanie et l’ARS Occitanie insistent sur « la très forte mobilisation et l’engagement sans faille des personnels des EHPAD, ainsi que les professionnels de la réserve sanitaire venus en renforts à l’Ehpad de Mauguio. »  En parrallèle aux recommandations à suivre dans tous les établissements, l’ARS précise que « l’appui aux Ehpad s’organise via la mise en  place de plateformes Covid Personnes âgées dans chaque département. »

Nombre de décès chez les résidents en Ehpad, par
département, 04/04/2020, 12h

« L’ARS Occitanie a mobilisé les groupements hospitaliers de chaque territoire pour organiser très rapidement cet appui aux Ehpad, en proximité : concrètement, des plateformes de ressources sont en cours de mise en place avec un numéro dédié pour répondre aux besoins d’informations des Ehpad, déclencher la réalisation de tests biologiques Covid-19, aider au dépistage d’un résident ou soignant suspect, conseiller et soutenir les Ehpad par télémédecine et aider à la prise en charge spécifique, y compris à l’hospitalisation si nécessaire. Sur le terrain, une équipe mobile est chargée des prélèvements Covid-19. »

Des héros du quotidien

Face à la situation actuelle, il est plus que jamais nécessaire de rendre hommage au dévouement de toutes celles et ceux qui chaque jour soignent et prennent soin des aînés qui sans eux seraient dans la plus profonde détresse. Dévouement, temps, compassion, ils sont tous les jours sur le terrain et méritent bien plus encore que des applaudissements quotidiens… Une réelle reconnaissance, pendant et après que la crise soit passée. Pour que ces héros du quotidien ne demeurent plus dans l’ombre…

PH. M.

Pour soutenir et faire un don en faveur des professionnels à domicile et en Ehpad :  https://soutenonsnosherosduquotidien.fondation-ages.org/

Ehpad, alerte rouge et « Plan bleu » : Entretien avec Joachim Tavares, créateur de Papyhappy

Alors que les chiffres ne cessent de croitre, les Ehpad sont particulièrement touchés par la pandémie. Les personnes âgées étant extrêmement vulnérables aux covid-19, un système d’urgence a été lancé, le « Plan bleu« . Joachim Tavares, fondateur de Papyhappy et ancien directeur d’Ehpad, décrypte les mesures mises en place par le gouvernement visant à protéger nos aînés.

Le ministère de la Santé a déclenché le « Plan bleu » pour tous les Ehpad de France. « Ce dispositif se déclenche à chaque fois qu’il y a une crise. Il permet de mettre en place un processus pour prendre les dispositions nécessaires… » D’après Joachim Tavares, le lancement de ce plan d’urgence permettra aux « directions d’Ehpad de réfléchir à un plan pour barrer la pandémie. Il va y avoir une mise en place d’évacuation du linge spécifique, un confinement des chambres, des tenues adéquates à porter par les salariés comme des lunettes, des masques et des gants. »

Joachim Tavares, créateur de Papyhappy a répondu aux questions de Dis-Leur ! Photo D.-R.

Le ‘Plan bleu » sert également à restreindre au maximum les visites pour empêcher le virus de pénétrer dans l’un des 7200 établissements. Un dispositif loin d’être vain pour le fondateur de Papyhappy, start-up spécialisée dans l’hébergement senior. « C’est efficace ! Malgré des chiffres tristes, les Ehpad sont des espaces très confinés et seule une relative minorité est touchée grâce au professionnalisme du personnel. »

« Sans matériel…on part à la guerre sans fusil »

Pour réussir à contrer le coronavirus, certains devront cependant dépasser leur rôle habituel. « Les directeurs d’Ehpad sont beaucoup plus présents auprès de leur équipe. C’est un travail de solidarité ! »

Pour donner un peu de baume au coeur de leurs salariés, tous les moyens sont bons d’après Joachim Tavares : « Apporter des croissants, des chocolats ou encore bonbons peut remonter le moral des équipes. Tout est envisageable dans ce but, même; si ça peut semble anodin… »

Le mot « guerre » utilisé à plusieurs reprises pour parler de cette pandémie n’est pas tout à fait exact malgré quelques similitudes avec la situation actuelle estime l’ancien directeur d’Ehpad : « C’est un mot un peu fort mais chacun à son rôle pour sauver des vies. En temps de guerre, on mobilise les gens et le matériel pour battre l’ennemi. » Or, si le personnel est bien présent, le matériel est, lui, plus discret…

« Sans la possibilité de s’équiper, il serait très compliqué d’endiguer l’épidémie. Il faut que l’État réussisse à réapprovisionner ces établissements. Si on n’arrive pas à équiper et protéger les soignants, on aura un problème, c’est crucial ! Sinon ce serait comme partir à la guerre sans fusil… » Pour l’instant le « Plan bleu » n’a pas de date d’arrêt défini, tout comme le confinement. « Personne ne sait combien de temps cela va durer. Même l’état ne le sait pas » souligne M. Tavares…

Arthur DIAS

Papyhappy selon Joachim Tavares : « Papyhappy a été créée en 2016, pour apporter une réponse honnête, claire et bienveillante aux personnes âgées en quête d’un logement. Notre objectif est d’aider les seniors et leur entourage à trouver la résidence correspondant à leurs besoins. Nous portons une grande attention à l’écoute et aux besoins exprimés par nos aînés. Indépendants et labellisés, nous souhaitons donner une nouvelle image du logement senior en France et en Espagne. »

Solidarité entre régions…

Dans le cadre de la solidarité nationale les transferts de patients en réanimation se poursuivent depuis différents centres hospitaliers de la région Grand Est vers ceux de l’Occitanie. Deux rotations aériennes étaient organisées ce dimanche vers Toulouse/Blagnac, pour transférer six patients qui seront pris en charge par des établissements hospitaliers publics et privés de l’ouest de la région :

  • 2 dans des cliniques de l’agglomération toulousaine (Clinique d’Occitanie et Clinique des Cèdres)
  • 1 au Centre hospitalier de Montauban
  • 1 à la Clinique Pont de Chaume à Montauban
  • 1 au Centre hospitalier de Cahors
  • 1 au Centre hospitalier de Tarbes

En ce début de semaine, six autres patients devraient être pris en charge à Montpellier. Les modalités opérationnelles de ces transferts sont en préparation en lien avec le centre national de gestion de la crise sanitaire.

L’ARS souligne dans un communiqué « la solidarité des équipes soignantes des établissements hospitaliers publics et privés d’Occitanie se poursuit en réponse aux besoins exprimés par les régions les plus impactées par la situation épidémie actuelle. Pleinement mobilisés dans l’appui aux régions les plus lourdement touchées par l’épidémie de Covid-19, nos soignants font preuve d’un remarquable engagement solidaire. »

Lire aussi sur Dis-Leur !