Chronique occitane : Les langues régionales ne se laissent pas bâillonner

La manifestation à Paris n'était qu'une étape dans la lutte des Langues Régionales.... Photo ©Collectif POUR QUE VIVENT NOS LANGUES

Qu’ils soient Basques, Bretons, Alsaciens, Corses, Flamands, Catalans, Occitans… Tous sont mobilisés contre la réforme Blanquer qui menace les Langues régionales. Le 30 novembre dernier, c’était donc bien une manifestation trans-régionale qui a battu le pavé parisien. Le ministère de l’Education a-t-il entendu le message ? Rien n’est moins sûr, alors l’universitaire Marie-Jeanne Verny revient sur le sujet…

Dis-Leur ! en a parlé : depuis une réunion parisienne le 12 septembre dernier, elle-même précédée par un colloque au Palais du Luxembourg en avril, les militants des langues de France avaient décidé d’interpeller l’État. Et plus particulièrement le ministre de l’Éducation nationale, sur la dégradation du sort de celles-ci, constante depuis 2004. Sans oublier les baisses drastiques des postes aux concours d’enseignants, et singulièrement accentuée par la politique Macron. Cette politique est ouvertement conduite par le dogme de la diminution de la dépense publique, au détriment de la Santé, de l’Éducation et de la Culture.

La réforme des lycées comme élément déclencheur

Veut-on vraiment la mort des langues régionales ? Photo ©Collectif POUR QUE VIVENT NOS LANGUES

Dans ce cadre néo-libéral, que valent nos langues ? que vaut la culture en général ? que vaut l’humain, au-delà de quelques privilégiés qui tirent leur épingle du jeu ? Sans compter, au niveau de l’enseignement, la manie des ministères successifs d’imposer des réformes des programmes et des cursus qui déstabilisent les équipes éducatives, épuisent les enseignants et induisent dans les établissements des tensions peu propices à la sérénité dont les profs ont besoin pour mener à bien une tâche que le malaise social rend de plus en plus difficile.

Ainsi en est-il, pour l’enseignement de l’occitan. Après la réforme des collèges, sous le précédent ministère, l’actuelle réforme des lycées, contestée par l’immense majorité du corps enseignant, incompréhensible pour les élèves et leurs parents, a d’ores et déjà des effets catastrophiques sur les effectifs d’élèves en occitan et les ouvertures de sections.

Cette réforme des lycées a été l’élément déclencheur de la mobilisation du 30 novembre : entre 600 et 700 manifestants, parfois venus de loin, de Nice ou du Pays basque pour les plus éloignés, en grande majorité enseignants ou parents d’élèves, avec une forte proportion de lycéens de Nice, Toulouse ou Bretagne.

Une audience « arrachée » et des « échanges » sans effets

Un ministère soigneusement gardé par les forces de l’ordre qui n’a consenti à recevoir qu’une délégation de 5 personnes, accompagnées une partie du trajet par un cortège coloré des drapeaux des différentes régions. Et encore, cette audience avait-elle été arrachée un jour ou deux auparavant par l’association des parents d’élèves bretons de l’enseignement public Div Yezh.

Une délégation a été reçue… Qui s’est heurtée à un mur… Photo © Collectif POUR QUE VIVENT NOS LANGUES

La délégation, dont je faisais partie au titre de représentante de l’enseignement public, avec un mandat du Félibrige, était également composée d’un représentant basque, mandaté par le réseau des écoles associatives et qui évoqua également la situation des enseignants basques des lycées et collèges publics. Elle comprenait aussi un représentant des associations alsaciennes et les deux élus à l’initiative de l’action, le Breton Paul Molac et le Corse François Alfonsi. On trouvera en ligne sur le site de la FELCO le compte-rendu des « échanges ».

J’ai mis des guillemets à « échanges ». En effet, nous nous sommes heurtés au mur auquel nous sommes accoutumés : des interlocuteurs courtois, essayant de nous persuader de l’amour du Ministère pour nos langues, mais n’apportant aucune réponse concrète aux questions, elles aussi concrètes, qui leur étaient posées, mais n’oubliant pas de rappeler la norme de la contrainte de la dépense publique, avec le « zéro emploi ». Ainsi a-t-il été répondu au représentant des écoles associatives basques (Ikastola) qu’un poste créé pour ces écoles revenait à supprimer un poste dans le privé confessionnel…

L’unité des régions, un atout face au ministère

Et maintenant ? Suite à cette délégation, une lettre au ministre est en cours de validation. Rencontrera-t-elle plus d’échos ? On peut en douter… Cependant, les profs d’occitan se retrouvent nombreux dans les cortèges de ce mois de décembre. Ils partagent la fatigue de leurs collègues et trouvent là le lieu de sortir du désespoir où les mène la politique actuelle.

Et ils sont tout autant revigorés par les contacts que cette manifestation parisienne, la première du genre, a permis de nouer avec les représentants des autres langues : l’unité de vision et de revendication, entre toutes, constitue un atout majeur dans des rapports avec le ministère qui s’annoncent difficiles, nous le savons tous. Mais si rue de Grenelle on s’imagine qu’il suffit de ne pas répondre, ou de répondre par quelques gouttes de tisane tiède à ces revendications pour décourager ceux qui les portent, on risque d’être désagréablement surpris !

Marie-Jeanne VERNY, professeure émérite Université Paul-Valéry-Montpellier

En Occitan :

Basques, Bretons, Alsacians, Còrses, Flamands, Catalans, Occitans… Totes son mobilizats contra la reforma Blanquer que menaça las lengas regionalas. Lo 30 de novembre passat, èra donc una manifestacion trans-regionala qui correguèt las caladas parisencas. Entendeguèt lo messatge, lo ministèri de l’Educacion ? res de mens segur… alara l’universitària Maria-Joana Verny torna sus la question…

Dis-Leur ! n’a parlat : dempuèi una reunion parisenca lo 12 de setembre passat, qu’èra estada precedida per un collòqui al Palais del Luxemborg en abril de 2019, los militants de las lengas de França avián decidit d’interpelar l’Estat, e mai particularament lo ministre de l’Education nacionala, sus la degradacion del sòrt d’aquestas lengas, degradacion constanta dempuèi 2004. Sens oblidar las baissas drasticas dels pòstes als concorses d’ensenhaires, degradacion singularament accentuada per la politica Macron. Aquesta politica es dubèrtament menada per lo dògma de la demesida de la despensa publica, al detriment de la Santat, de l’Educacion e de la Cultura.

La reforme dels licèus : la gota d’aiga de tròp

Dins aquel encastre neo-liberal, que valon nòstras lengas ? que val la cultura en general ? que val l’uman, en defòra de qualques privilegiats qui ne tiran profièch ? Sens comptar, al nivèl de l’ensenhament, la tissa dels ministèris successius d’impausar de reformas dels programas e dels cursusses que destabilizan las equipas educativas, abenan las fòrças dels ensenhaires e fan nàisser dins los establiments de tensions gaire favorablas a la serenitat que los professors n’an de besonn per faire un trabalh que lo malaise social creissent rend de mai en mai malaisit.

Aital n’es per l’ensenhament de l’occitan. Après la reforma des collègis sota lo precedent ministèri, la reforma dels licèus en cors, contestada per l’immensa majoritat dels ensenhaires, impossibla de comprene per los escolans e los parents, a d’ara en la d’efièches catastrofics sus los effectius d’escolans e sus las dubertures de seccions.

Aquesta reforma, es ela que menèt la mobilizacion del 30 de novembre : entre 600 e 700 manifestants, de còps venguts de luenh, de Niça o del País basc per los mai aluenhats, en granda majoritat ensenhaires o parents d’escolans, amb una fòrta proporcion de liceans de NiçeTolosa o Bretanha.

Une audiéncia « arrancada » e d’« escambis » sens efièches

Un ministèri sonhosament gardat per las fòrças de l’òrdre que consentiguèt a recebre pas qu’una delegacion de 5 personas, acompanhadas, une part del camin, per un cortègi colorat de las bandièras de las diferentas regions. E encara, aquela audiéncia èra estada arrancada un jorn o dos aperabans per l’associacion de parents d’escolans bretons de l’ensenhament public Div Yezh.

La delegacion, que ne fasiái partida coma representanta de l’ensenhament public, amb un mandat del Felibrige, èra tanben compausada d’un representant basc, mandatat per lo malhum de las escòlas associativas, qu’evoquèt tanben la situacion dels ensenhaires basques dels licèus e collègis publics. Compreniá tanben un representant de las associacions alsacianas e los dos elegits a l’iniciativa de l’accion, lo Breton Paul Molac et lo Còrse François Alfonsi. Trobaretz en linha sur lo siti de la FELCO lo compte-rendut dels « escambis ».

Ai mes de verguetas a à « escambis ». Efèctivament, nos sèm tuertats a la paret que i sèm acostumats : d’interlocutors corteses, qu’ensajavan de nos persuadir de l’amor del Ministèri per nòstras lengas, mas qu’avián pas cap de responsa concrèta a las questions, concrètas elas tanben, que lor èran pausadas, e qu’oblidavan pas de rampelar la nòrma de la constrencha de la despensa publica, amb lo « zèro emplec ». Aital foguèt respondut al representant de las escòlas associativas basques (Ikastola) qu’un pòste creat per aquelas escòles reveniá a barrar un pòste dins le privat confessional…

L’unitat de las ragions, un atot cara al ministèri

E ara ? Après la delegacion, una letra collectiva es en cors de validacion. Trobarà mai de resson ? Ne podèm dobtar… Pasmens, los professors d’occitan se retròban nombroses dins los cortègis d’aqueste mes de decembre. Partatjan la lassièra de sos collègas e tròban per carrièra escasença de sortir del desespèr que los i mena la politica actuala.

E son tot autant reviscolats per los contactes qu’aquela manifestacion parisenca, la primièra del genre, permetèt de nosar amb los representants de las autras lengas : l’unitat de vision e de reivendicacion, entre totes, es un atot màger dins de rapòrts amb lo ministèri que s’anóncian malaisits, o sabèm totes.

Mas se s’imaginan, carrièra de Grenelle que basta de respondre pas, o de respondre per qualquas gotas de tisana tébia a las reivendicacions per descoratjar aqueles que las pòrtan, riscan d’èsser desagradivament suspreses !

Nos autres chroniques occitanes :