Chronique occitane : Réforme Blanquer, la chasse aux « patois » est rouverte

Manif occitane, cette semaine... Photo D.-R. Manif occitana aquesta setmana

« La réforme de M. Blanquer marque un recul considérable dans l’enseignement des langues régionales… » C’est un communiqué bref de la présidence de la Région Occitanie et on y lit de la colère. Une colère partagée par tous ceux, -enseignants, parents, élèves, ou citoyens- que l’Occitan intéresse, quand ils ont appris ce que la « réforme » du lycée et du bac actuellement en discrète élaboration comptait faire de cette langue.

Il y a le conte bleu : la « réforme » va ouvrir l’éventail des possibilités d’apprentissage et permettre aux lycéens de se faire leur programme en partie à la carte, en fonction de l’orientation qu’ils envisagent après le bac. Avec de l’Occitan, pourquoi pas ?

Et il y a la réalité : entre les enseignements de « spécialité » (comme les autres langues vivantes), et les enseignements optionnels, ce qui correspond au statut de presque tous les cours d’occitan, la réforme invite les élèves à une promenade dans une usine à gaz.

Tout est fait pour démobiliser les élèves

Pire : une usine à gaz en trompe-l’œil : tous les lycées ne pourront pas proposer toutes les possibilités théoriquement offertes, et le choix sera donc partout limité. L’implantation des enseignements de spécialité, selon nos informations, est pour l’instant très rarement envisagée par les recteurs, dont la plupart en excluent carrément l’éventualité dans leur académie.

Au moment du choix, un risque que les jeunes aillent « voir ailleurs »… Photo D.-R. al moment de la causida, una risca que los joves anen «  veire endacòm mai ».

À charge pour l’élève, s’il veut vraiment faire de l‘Occitan, de choisir le bon établissement, quitte à devoir rallonger ses trajets quotidiens, y compris d’une ville à l’autre. C’est déjà démobilisateur en soi.

Mais en plus qui voudra quand même tenter l’aventure découvrira vite que les coefficients attribués à la matière, en recul par rapport à ce qui existe aujourd’hui, sont bien peu valorisants. Sauf à être amoureux fou de la langue, il ira donc voir ailleurs. Et l’administration, au final, pourra constater en pouffant intérieurement que décidément, l’occitan, « c’est mort ».

Elle pouffe déjà, d’ailleurs, en préparant la rentrée prochaine. Les quelques recteurs qui prodiguaient il y a quelques mois encore des paroles mielleuses sur l’Occitan « patrimoine national » sont aujourd’hui aux abonnés absents quand les associations d’enseignants et leurs relais syndicaux les interpellent. Et sur le terrain, d’un peu partout viennent des rumeurs de fermetures de cours d’occitan décidées par tel proviseur tout-puissant dans son fief, y compris pour des cours qui existent depuis des années et rencontrent un vrai succès.

Les « patois » face au globish des traders

Ce qu’on voit, c’est la destruction méthodique de pas loin de 70 ans de travail militant pour bâtir un vrai cursus d’occitan de la maternelle à l’université, et le mépris glacial des professionnels qui font vivre ce cursus.

Les marchés ne parlent pas occitan… Alors, quel intérêt ? Photo D.-R. Los mercats parlan pas occitan… Alara, quin interès?

Pourquoi ? Il y a bien sûr, sur fond très banal de chasse au fonctionnaire, les plans d’économie des calculettes à tête de managers qui rôdent rue de Grenelle : les options, pour ces gens, sont un luxe coûteux. Surtout, allons donc, quand il s’agit de « patois ».

Car pour ces bien-parlants ordinaires et leur culture qui l’est encore plus, il est évident qu’il n’y a pas d’argent à gagner avec les langues régionales, et qu’elles ne présentent donc aucun intérêt. Face au globish (1) des traders, que pèsent ces jargons de ruraux morts ou mourants ?  Qu’on les enterre donc, et qu’on n’en parle plus !

Un statut ou la « liquidation sournoise » ?

Seulement voilà : il y a des gens qui ont envie d’en parler, justement. Il y a la Région, qui a signé avec l’Etat une convention en bonne et due forme pour le développement de l’enseignement de l’occitan dans le public (2), et qui n’accepte pas de voir l’Etat renier unilatéralement ses engagements.

Et il y a tous ceux, enseignants, parents, élèves, avec leurs associations et leurs syndicats qui se mobilisent, entre manifestations (les enseignants d’occitan seront visibles dans les cortèges du 5 février prochain), pétitions et alerte aux élus à tous les niveaux.

Tous ceux-là, on n’a pas fini de les entendre au Ministère et dans les rectorats ; il faudra bien qu’on les comprenne et qu’on donne à l’occitan comme à toutes les langues régionales un vrai statut, aux antipodes de la liquidation sournoise aujourd’hui en cours.  Messieurs les chasseurs de patois, bas les armes !

Philippe Martel, ancien président de la FELCO

(1) Le globish (mot-valise combinant global, « planétaire », et English, « anglais ») est une version simplifiée de l’anglais n’utilisant que les mots et les expressions les plus communs de cette langue.
(2) Qui stipule notamment que: « partie intégrante du patrimoine de la France, la langue occitane constitue un bien commun qu‘il convient de sauvegarder, promouvoir et transmettre dans un esprit de valorisation de la pluralité linguistique et culturelle, de continuité intergénérationnelle et d’exercice de la citoyenneté ». Texte intégral

Cronica occitana : Reforma Blanquer, tòrnan dobrir la caça al « patoès »

« La reforma del Sénher Blanquer marca un recuol considerable dins l’ensenhament de las lengas regionalas….  » Es un comunicat brèu de la presidéncia de la Region Occitanie e i legissèm de colèra. Una colèra partatjada per totes, -ensenhaires, parents, escolans, o ciutadans- los que l’Occitan interèssa, quand an aprés çò que la « reforma » del licèu e del bac, per ara en discreta elaboracion, comptava de faire d’aquesta lenga.

I a lo conte blau : la « reforma » va dubrir lo ventalh de las possibilitats d’aprendissatge e permetre als liceans de se far lor programa en partida a la carta, en foncion de l’orientacion que projèctan aprèp lo bac. Amb d’Occitan, perqué pas ?

E i a la realitat : entre los ensenhaments d’ « especialitat » (coma las autras lengas vivas), e los ensenhaments opcionals, çò que correspond a l’estatut de quasi totes los corses d’occitan, la reforma convida los escolans a una passejada dins una usina a gas.

Tot es fach per desmobilizar los escolans

Pièger : una usine a gas en engana-vista : totes los licèus poiràn pas prepausar totas las possibilitats teoricament ofèrtas, e la causida serà doncas de’n pertot limitada. L’implantacion dels ensenhaments d’especialitat, segon nòstras informacions, es per ara plan rarament envisatjada pels rectors, que la plupart n’excluson clarament l’eventualitat dins lor acadèmia.


A carga de l’escolan, se vòl vertadièrament far d’Occitan, de causir lo bon establiment, quiti a deure esperlongar sos trajèctes jornalièrs, e mai d’una vila a l’autra. Es ja pro desmobilizator en se.

Mas en mai d’aquò qual voldrà pasmens tentar l’aventura descobrirà lèu que los coeficients atribuits a la matièra, en recuol rapòrt a çò qu’existís uèi, son plan pauc valorizants. Levat d’èsser un amorós capbord de la lenga, anirà doncas veire endacòm mai. E l’administracion, a la fin, poirà constatar en s’espofidant al dintre sieu, que decisivament, l’occitan, « es mòrt ».

S’espofida ja, d’alhors, en preparant la dintrada que ven. Los qualques rectors que prodigavan i a quauques meses encara de paraulas melicosas sus  l’Occitan « patrimòni nacional » son uèi als abonats absents quand las associacions d’ensenhaires e sos relais sindicals los interpèlan. E sus lo terren, d’un pauc pertot venon de rumors de barraduras de cors d’occitan decididas per tal provisor tot-potent dins son fièu, e mai per de corses qu’existisson dempuèi d’annadas e rescontran un succès vertadièr.

Los « patoeses » fàcia al globish dels traders

Çò que vesèm, es  la destruccion metodica de pas luènh de 70 ans de trabalh militant pour bastir un cursús vertadièr d’occitan de la mairala a l’universitat, e lo mesprètz glacial dels professionals que fan viure aquel cursus.


Perqué ? I a plan segur, sus fons plan banal de caça al foncionari, los plans d’economia de calculetas que semblan de managers que trèvan carrièra de Grenelle : las opcions, per aquel mond, son un luxe que còsta. Subretot, anem, quand s’agís de « patoès ».

Que per aqueles parla-coma-cal ordinaris e sa cultura que l’es encara mai, es evident que i a pas de moneda de ganhar amb las lengas regionalas, e que doncas presentan pas cap interès. Fàcia al globish (1)dels traders, que pesan de parladuras de rurals mòrts o morents? E ben que los entèrren e ne parlarem pas mai !

Un estatut o la « liquidacion sornaruda » ?

Solament vaquí : i a de mond qu’an enveja de ne parlar, justament. I a la Region, qu’a signat amb l’Estat una convencion en deguda forma per lo desvolopament de l’ensenhament de l’occitan dins lo public (2), e qu’accèpta pas de veire l’Estat negar unilateralament sos engatjaments.

E i a totes aqueles, ensenhaires, parents, escolans, amb sas associacions e sos sindicats que se mobilizan, entre manifestacions (los ensenhaires d’occitan seràn vesedors dins los cortègis del 5 de febrièr venent), peticions e alèrta als elegits a totes los nivèls.

Totes aqueles, an pas acabat de los ausir al Ministèri e dins los rectorats ; caldrà ben que comprengan e que donen a l’occitan coma a totas las lengas regionalas un estatut vertadièr, als antipòdes de la liquidacion sornaruda uèi en marcha.  Sénhers caçaires de patoès, bas las armas !

Philippe Martel, ancian president de la FELCO

(1) Lo globish (mot-maleta que combina global, « planetari », e English, « anglés ») es una version simplificada de l’anglés qu’utiliza sonque los mots e las expressions mai comuns d’aquesta lenga.

(2) Qu’estipula en particular que: « partida integranta del patrimòni de França, la lenga occitana constituís un ben comun que conven de salvagardar, promòure e trasmetre dins un esperit de valorizacion de la pluralitat linguistica e culturala, de continuitat intergeneracionala e d’exercici de la ciutadanetat ». Tèxt integral