Organisé par une instance indépendante, la CNDP (Commission nationale du débat public), le débat sur les éoliennes flottantes en Méditerranée, qui avait débuté le 20 novembre 2023, est clos depuis le 26 avril. Tout citoyen a pu y participer. Les professionnels de la mer également qui ont remis “un cahier d’acteur”, leurs propositions face à ce projet qui modifiera leurs pratiques. Entretien avec Olivier Le Nézet, président du Comité national des pêches.

C’est l’intention de l’Etat français. Les deux premiers parcs, au large de Fos-sur-Mer et de Port-la-Nouvelle, qui sont déjà validés, seraient in fine multipliés par cinq. La Commission nationale de débat public organise une nouvelle concertation jusqu’en avril à laquelle chacun peut participer et peser. Avec webinaire ce mercredi. Etienne Ballan, délégué régional du débat public pour la façade Méditerranéenne, en décrit les enjeux.

Alors que le congrès mondial de l’éolien flottant se déroule à Montpellier, les représentants des régions Occitanie, Pays de la Loire, Région Sud et Bretagne défendent une vision d’avenir pour notre souveraineté énergétique. Carole Delga a annoncé un nouveau partenariat avec l’industriel Schlumberger à Béziers pour la création d’un site d’essai. En vue de la mise en place d’une filière branchée sur la production d’hydrogène vert.

Guerre en Ukraine, recherche de l’indépendance énergétique, présidentielle… Le cocktail a eu raison des atermoiements. Personne ne s’attendait à une décision aussi rapide. Deux parcs d’éoliennes flottantes géantes – hautes comme la Tour Eiffel ! – pousseront au large de Port-la-Nouvelle (Aude) et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) avec l’ambition de couvrir 10 % des besoins en électricité de l’Occitanie et de Paca. Si Macron est réélu, on déploiera ainsi 50 parcs éoliens en mer d’ici 2050.

Après avoir rencontré 4 000 personnes dans 34 communes, recueilli des milliers de témoignages, organisé 131 événements et ateliers, la Commission du débat public vient de publier son compte rendu. “L’un des arguments forts, c’est l’exigence très forte d’information du public pour attendre les enseignements des fermes pilote” qui… n’existent pas encore. L’Etat et RTE ont jusqu’au 31 mars pour fournir “des réponses précises et argumentées”. Et dire s’ils poursuivent ou non le projet de 50 machines géantes en Méditerranée.

Lacune de connaissances, spécificité des habitats, fragilité de la ressource… Les participants à l’un des rendez-vous avec le public L’éolien flottant, une pression soutenable ? se sont montrés critiques quant à l’opportunité d’installer sans risques des éoliennes en mer dans le Golfe du Lion. Mercredi, la ministre Barbara Pompili participera à un point d’étape de la concertation à Marseille.