Société : « Comme un chevalier, le survivaliste se raconte des histoires, mais celles de la fin du monde… »

Pour Bertrand Vidal, l'angoisse du déréglement climatique qui les anime, les épisodes cévenols, ce sont des réactions de type post-1968 : ils investissent des villages du Larzac où ils bâtissent des "bases", un acronyme signifiant des maisons, des bunkers, loin de la ville et capables de surmonter un désastre écologique mais ce ne sont pas de écolos ni de snéo-nazis ; c'est entre les deux." Photo : DR.

Le Sétois Bertrand Vidal, sociologue à l’université de Montpellier, publie un livre passionnant sur ceux, les survivalistes, ces…

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S’enregistrer