Nature : Pleine lumière sur les chauve-souris

Minioptère de Schreibers. Photo : Jean-Pierre Malafosse/Parc naturel des Cévennes.

Plus de 250 manifestations, notamment nocturnes, ont lieu partout en France la dernière semaine d’août pour observer les chauve-souris, indicateur de biodiversité unique, dans le cadre de la Nuit de la chauve-souris, programme européen de défense et de protection des chiroptères. Exemple en Cévennes, haut-lieu d’observation, où l’on peut admirer cet animal fascinant dans son milieu naturel, loin de tous les clichés.

Il y a ceux qui sont sourds à l’appel de la nature. Et ceux qui l’aiment tellement qu’ils en deviennent, un soir d’été, nyctalopes, capables de voir dans la pénombre. Il y a ceux qui iront se défouler lors d’afters sur les dance floor improvisés de la Saint-Louis à Sète avec un verre à ballon toujours plein et ceux qui boiront pleins et déliés, vols en arabesques complexes des chauves-souris, yeux dessillés. ça tombe bien.

La Société Française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) invite à participer à la 21e Nuit internationale de la Chauve-souris, les 26 et 27 août prochains. Plus de 250 manifestations s’organisent  partout en France. Comme en Cévennes (le 29 août) haut lieu d’observation de ces animaux finalement mal connus. « On compte 34 espèces de chauves-souris dans l’Hexagone, souvent méconnues du grand public, confie Camille Le Gouil, chargée de mission au SFEPM. « Ce qui peut être intéressant, c’est de participer à une sortie nocturne  avec des écouteurs spéciaux qui ralentissent les ultrasons habituellement inaudibles des chauves-souris pour que les humains les entendent. » Symphonie assurée ! « Les chauves-souris vivent un peu partout : dans un grenier, une cave, etc. Il est interdit de les détruire ou de détruire leur habitat. Et non ! Même si les idées reçues sont tenaces, elles ne véhiculent pas de maladies, elles ne sucent pas le sang et ne s’accrochent pas du tout aux cheveux ! » L’animal est une de sentinelle de l’environnement.

La chauve-souris raffole de moustiques tigre !

« C’est un indicateur de biodiversité, de bonne santé environnementale, précise Camille Le Gouil. La chauve-souris a très mal vécu la suppression grandissante des haies ; l’homme vit de plus en plus dans un milieu aseptisé qui détruit ses garde-mangers. Pourtant, par exemple, elle raffole de moustiques tigre, qui vivent en ville ! » Les chauve-souris sont dans une situation paradoxale faisant « l’objet de puissants programmes de conservation pour les plus rares d’entre-elles mais pas vraiment aussi développés pour les espèces les plus communes. »

Parc national des Cévennes, haut lieu d’observation

Le Parc national des Cévennes abrite vingt-sept des trente-quatre espèces de chauves- souris recensées en France métropolitaine. Dans le cadre de la Nuit internationale de la chauve-souris, vous pouvez découvrir ces mammifères nocturnes, autrefois mal aimés et aujourd’hui réhabilités et protégés.

Petit rhinolophe © Jean-Pierre Malafosse PNC

Ainsi, ce mardi 29 août, deux animations nocturnes vous offrent l’opportunité de découvrir le mode de vie, la biologie, les menaces mais aussi les actions de protection mises en place pour préserver ce discret mammifère.

Molezon, aux côtés des p’tits rhinos

Entrez dans l’intimité des petits rhinolophes – plus petite espèce européenne – ces chauves- souris discrètes et si présentes dans les hameaux cévenols.
Cette animation s’appuie sur le dispositif vidéo en place à la magnanerie de la Roque. Après une observation de la colonie et une évocation des suivis réalisés par le Parc national pour mieux connaître ces animaux, un déplacement crépusculaire devrait permettre de les suivre sur leurs lieux de chasse.

Les places sont limitées et l’inscription est obligatoire pour participer à cette animation au 04 66 49 53 00 Maison du Parc de Florac. RDV 17h30 sur le parking de la magnanerie de la Roque.
Prévoir pique-nique et chaussures de marche. Pas de chien. Avec Laurent Bélier, technicien Accueil et sensibilisation du Parc national des Cévennes.

Maison du Parc de Génolhac

Cette sortie nocturne est également proposée dans le cadre de l’Atlas de la biodiversité communale de Génolhac.
Les chauves-souris sont peu visibles. Grâce à la bat-box, elles peuvent être reconnues ! Diaporama et sortie nocturne. Prévoir un pique-nique. Sortie accompagnée par Anya Cockle, écologue. RDV 18h30 à la maison du Parc de Génolhac.

Rhinolophe euryale © Jean-Pierre Malafosse PNC

Retrouvez toutes les animations et l’offre de randonnées et d’activités de pleine nature, tous les sites et lieux à visiter pour découvrir le riche patrimoine culturel du Parc, tous les hébergements, restaurants et lieux de séjours 100 % écotouristiques sur la plateforme Destination Parc national des Cévennes http://destination.cevennes-parcnational.fr

Une Nuit européenne

« Les Chauves-souris ne connaissent pas les frontières et en Europe les effectifs de certaines espèces sont en régression alarmante », souligne la SFEPM.
Aussi, sous la coordination d’Eurobats – secrétariat de l’accord européen relatif à la protection des chiroptères – plus d’une trentaine de pays participent à cette Nuit comme l’Allemagne, l’Andorre, la Bulgarie, la France, la Hongrie, l’Irlande, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, la Portugal, la République Tchèque, la Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse, le Mexique, le Maghreb et l’Ukraine !

Ils sont des centaines de bénévoles qui, tout au long de l’année, étudient ces animaux fascinants et protègent leurs milieux de vie.
Les nuits des 26 et 27 août 2017, ils vous feront découvrir les mœurs des chauves-souris, leurs techniques de chasse au sonar et même leurs cris grâce à un détecteur d’ultrasons. Conférences, diaporamas, sorties nocturnes : ces animations seront proposées gratuitement au public de tout âge.

Olivier SCHLAMA

Le programme de la Nuit de la chauve-souris dans la région http://www.sfepm.org/SOSChiropteres_Languedoc_Roussillon.htm#lr