Exposition : En attendant de la voir, on peut rêver de la rétrospective Loisel à Blagnac

La Quête de l'oiseau du Temps, une oeuvre majeure de la BD franco-belge.

Même si « En application des décisions gouvernementales de confinement sanitaire, la Salle d’Exposition est fermée au public jusqu’au 8 janvier 2021″, on peut encore cultiver l’espoir d’admirer prochainement l’exposition consacrée à Régis Loisel par le centre culturel Odyssud à Blagnac…

Peu d’espoir pour l’instant de pouvoir enfin accèder aux lieux de Culture, puisque la date initiaelement prévue du 7 janvier a été écartée par le porte-parole du gouvernement. Les salles de spectacle, cinémas et musées semblant être aux yeux de l’exécutif (ici, on pourrait plutôt dire exécuteur) les pires lieux sanitaires qui soient.

Une exposition à découvrir… photo ODYSSUD

Ainsi on peut emprunter des transports en commun bondés, cotoyer la foule dans les centres commerciaux, mais pas aller visiter une exposition. Pas encore. Espérons seulement qu’il restera encore des lieux à visiter à l’issue de cette crise sanitaire. Et rêvons un peu à ce qui nous attend, peut-être… A commencer par ce qui aurait du être l’un des événements BD du moment : la rétrospective Régis Loisel à Odyssud-Blagnac.

De « La Quête » à « Magasin Général »

Le centre culturel évoque ainsi le parcours d’un auteur aux multiples facettes : De la mythique Quête de l’oiseau du temps (1983-1987), l’une des premières bandes dessinées d’Heroic Fantasy franco-belge, à Mickey – Café « Zombo » (2016), hommage aux cartoons des années 1930, en passant par l’univers fantastique de Peter Pan (1990-2004) et par la fresque de Magasin général (2006-2014), « le trait de Régis Loisel passe d’un monde imaginaire à un univers historique, avec une douce familiarité et une énergie époustouflante. »

Figure de proue d’un style basé sur les sentiments et l’émotion, Régis Loisel crée une relation à ses personnages de l’ordre de l’intime et du sensible, avec une rondeur parfois très crue et drôle. C’est cette richesse créative, cette diversité, cet univers foisonnant que présente OdysSud, de la salle d’exposition à la Médialudo.

Itinéraire d’un dessinateur gâté

Régis Loisel. Photo D.-R.

Régis Loisel, né en 1951 à Saint-Maixant, se passionne tout jeune pour l’animation lorsqu’il croise la route d’une souris bien connue : Mickey Mouse. Il se met alors à dessiner des personnages animaliers issus de cartoons en tous genres. Ce premier amour ne le quitte pas, mais adolescent, découvrant le magazine Mad, il s’oriente vers le Neuvième Art.

À la fac de Vincennes, il assiste aux rencontres sur les techniques de la bande dessinée animées par Jean-Claude Mézières. Il y croise Patrick Cothias et Serge Le Tendre avec qui il entreprendra une collaboration fructueuse. Il fait ses premiers pas à partir de 1973 dans les magazines Pilote, Mormoil, Pif Gadget, Tousse Bourin, Plop, Fluide Glacial et Métal Hurlant. Pendant cette période, il publie des illustrations pour la presse, l’édition et la publicité. Tous ces travaux sont déjà marqués par un style extrêmement fouillé, très enlevé, avec une multitude de détails.

En 1975, il publie dans la revue de science-fiction Imagine les premières planches de La Quête de l’Oiseau du Temps, sur un scénario de Serge Le Tendre. La Conque de Ramor paraîtra en 1983 chez Dargaud et marquera tout un pan de la bande dessinée franco-belge: ce premier tome signe la naissance de l’heroic fantasy en France. En 1998, toujours avec Le Tendre, il entamera en tant que co-scénariste le second volet de cette aventure, avant de passer la main à d’autres dessinateurs.

Après l’heroic fantasy, Régis Loisel se lance, à l’abord des années 1990, dans l’adaptation de Peter Panune interprétation magistrale du conte de James Matthew Barrie dont le sixième et dernier tome paraitra en 2004. Entre les deux énormes succès que sont La Quête et Peter Pan, il réalise des incursions – au scénario ou au dessin – dans des genres très divers : jeunesse, érotisme, humour, carnet de voyage, etc.

La couverture de Café « Zombo », le Mickey de Loisel chez Disney-Glénat.

Grand prix d’Angoulême et hommage à Mickey

En 2003, le Grand Prix d’Angoulême consacre Régis Loisel. À partir de 2006, il co-signe avec Jean-Louis Tripp Magasin Général, série qui suit les habitants du petit village canadien de Notre-Dame-des-Lacs dans la fin des années 1920. Cette aventure québécoise dure neuf ans, période pendant laquelle il scénarise parallèlement Le Grand Mort, série fantastique qui met en scène une menace apocalyptique.

Avec Café Zombo, paru en 2016, la boucle est bouclée: Régis Loisel rend hommage au personnage qui a fondé sa carrière, à travers un album qui intègre la collection Disney / Glénat. Mais Loisel n’en a pas fini de surprendre. Nous le redécouvrons à l’occasion de cette rétrospective, à travers une toute autre technique. Textures, couleurs éclatantes et gros plans sont les ingrédients de la recette d’un ensemble inédit de pastels sur bois…. que vous verrez, peut-être…

Philippe MOURET

Découvrir Odyssud : Un espace pour la Culture de la ville de Blagnac. Scène conventionnée d’intérêt national par l’État, la Région et le Département. Odyssud c’est aussi Médialudo et des expositions à découvrir… dès que possible ! A Blagnac, au 4 avenue du Parc. En raison de la fermeture jusqu’à nouvel ordre, l’accueil téléphonique est temporairement assuré du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 18h au 05.61.71.75.15.

Quand ils entendent le mot « culture », ils sortent le coronavirus !

Actions et réactions :

  • Toulouse, un Nouvel An en live avec Tugan Sokhiev. Lire la suite…
  • Festival du Film politique à Carcassonne, faire face à la réalité du monde. Lire la suite…
  • Avec les libraires, affirmer l’essentialité des nourritures de l’esprit. Lire la suite…
  • BD / Sérignan : Prendre le large sans quitter le plancher des vaches. Lire la suite…
  • Pas de saison blanche pour les Muses en Dialogue. Lire la suite…