Économie sociale : Sanitaire et social, pourquoi l’emploi est à la baisse

Près de trois millions de personnes bénéficient chaque année des services dispensés par les 785 000 salariés du secteur des activités sanitaires, sociales et médico-sociales privé à but non lucratif. Le secteur du handicap est le premier employeur. Les maisons de retraites sont très représentées. Photo : DR.

Aide-soignantes, éducateurs spécialisés, psychologues, infirmiers… Pas moins de 90 métiers sont représentés dans le champ de l’emploi associatif sanitaire et social. Des effectifs représentant 12,5 % de l’emploi du secteur privé en France et qui est en baisse. Explications…

Directrice d’une association nationale d’expertise, Recherches et solidarités (1), Cécile Bazin commente une mauvaise nouvelle pour l’ESS (économie sociale et solidaire). « Le bilan de l’emploi associatif sanitaire et social, que nous venons de réaliser, fait état d’une baisse confirmée au 4e trimestre 2017. Les effectifs salariés des associations sanitaires et sociales – aide-soignants, éducateurs spécialisés, psychologues, infirmiers,  etc.) sont en repli de 0,3 % entre le 3et le 4e trimestre 2017. »

Sur un an, entre le 4e trimestre 2016 et le 4e trimestre 2017, ces effectifs ont baissé (- 0,2 %) dans les associations sanitaires et sociales, y compris dans l’hébergement médico-social (- 0,5 %). Cette évolution à la baisse se retrouve dans l’ensemble associatif (- 0,7 %)

Pour établir ce suivi et ce bilan, Recherches et Solidarités s’est associée au centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé (porté par l’Uniopss), qui produisent chaque trimestre un bilan de conjoncture sur l’emploi associatif sanitaire et social. Et la tendance annuelle n’est pas au beau fixe. Sur un an, entre le 4e trimestre 2016 et le 4e trimestre 2017, ces effectifs ont baissé (- 0,2 %) dans les associations sanitaires et sociales, y compris dans l’hébergement médico-social (- 0,5 %). Cette évolution à la baisse se retrouve dans l’ensemble associatif (- 0,7 %), alors que l’ensemble de l’emploi privé est, lui, en hausse de 1,5 % entre fin 2016 et fin 2017.

C’est l’ensemble des secteurs de l’emploi dans les associations et donc de l’économie sociale et solidaire qui sont en baisse « depuis le premier trimestre 2017 », précise Cécile Bazin. « Cela fait des mois que les responsables associatifs tirent la sonnette d’alarme à cause de la baisse récurrente des financements publics, précise la directrice de Recherches et Solidarités ; il y a aussi eu la suppression de nombreux emplois aidés. Et puis, dans l’ESS, on observe un décalage chronique entre l’évolution de l’emploi associatif et l’emploi privé qui, lui, est en train de remonter la pente. On l’a bien observé avec la crise économique et financière de 2008. » Il y a donc de l’espoir pour 2018.

L’emploi associatif représente environ 10 % de l’emploi secteur privé en France. Si l’on y ajoute les mutuelles, les fondations et les coopératives, cet emploi associatif représente environ 12,5 % de l’emploi privé dans le pays. Et dans cette sphère-là, le champ sanitaire et social représente, lui, 57 %, soit une grande moitié des emplois associatifs. Et c’est logique : ce secteur englobe des structures d’hébergement, des maisons de retraites – les fameux Ehpad – des établissements pour handicapés ; associations caritatives ; associations de lutte contre l’illettrisme, etc. ; et, plus largement, des structures d’accompagnement des publics fragiles. Sans oublier le champ de l’aide à domicile qui influence beaucoup l’évolution de ce secteur.

Trois millions de bénéficiaires et 785 000 salariés

Près de trois millions de personnes bénéficient chaque année des services dispensés par les 785 000 salariés du secteur des activités sanitaires, sociales et médico-sociales privé à but non lucratif (qui représente 90 métiers différents), qui continue malgré tout de croître (+ 12 % en cinq ans), et demeure implanté au plus près des besoins des personnes accompagnées. Ces salariés travaillent dans 21 800 établissements. Le secteur du handicap en est le premier employeur. Les enjeux sont forts : vieillissement de la population, augmentation des situations de handicap, complexification des pathologies, explosion de la demande d’asile, fragilisation de la structure familiale ou encore précarisation extrême : les salariés doivent répondre à ces demandes croissantes de prise en charge dans un contexte de restriction budgétaire.

Olivier SCHLAMA
  • Le centre de ressources DLA social, médico-social et santé, porté par l’Uniopss, a pour mission de renforcer la qualité des accompagnements réalisés dans le cadre du Dispositif Local d’Accompagnement (DLA). Le DLA dans chaque département et région accompagne les structures d’utilité sociale employeuses dans leurs démarches de création, de consolidation et de développement de l’emploi. www.crdla-social-uniopss.fr
  • Recherches & Solidarités est un réseau associatif d’experts et d’universitaires dont l’objectif est d’apporter aux acteurs et aux décideurs des informations s’appuyant sur des données d’organismes officiels et sur ses enquêtes annuelles. www.recherches-solidarites.org