Chronique : Les Cathares, premiers végétaliens dès l’époque médiévale

Le respect à l’égard de la vie animale est primordial pour les cathares, tuer un animal est perçu comme un acte aussi grave que celui de tuer un homme. Photo : DR.

Dans sa chronique mensuelle, Samuel Touron décrit  l’avènement du catharisme :

L’historien décrypte la doctrine des Cathares, dualiste, obscure et complexe, et ses pratiques alimentaires précurseures d’une pratique, de plus en plus en vogue de nos jours. Entre le XIIe et le XIVe siècle, un nouveau mouvement religieux se répand dans ce qui deviendra le Midi de la France : le catharisme. Si la croisade contre les Albigeois qui en a résulté a laissé un vif souvenir dans les mentalités méridionales, les croyances et surtout les pratiques entourant les Cathares et ld catharisme sont demeurées obscures.

Les cathares considèrent toute vie comme l’oeuvre de dieu et donc par essence comme « bonne » et « belle », elle doit-être considérée avec le même respect que n’importe quelle autre vie humaine car toute vie contient l’esprit divin. Soit le bien. Selon la doctrine cathare, dualiste, il existe deux forces dans l’univers, celle du bien dont le principe bon (dieu) qui est caractérisée par le monde de l’immatériel et celle du mal, où le diable règne sur le monde du matériel et du corps.

Selon cette vision, les êtres vivants sont animés par le principe bon mais évoluent dans une enveloppe charnelle et dans un monde construit par le mal. Ainsi, les cathares ne peuvent détruire l’oeuvre divine en osant tuer, ôter la vie, insufflée par le principe bon et ce, à n’importe quel être vivant, sans, par conséquent, sombrer dans le mal.

Les Cathares ne consomment ni viande, ni volailles, ni oeufs, ni fromages, ni lait et n’utilisent pas de graisse d’origine animale. Les cathares consomment néanmoins du poisson… »

Les cathares développent ainsi un régime alimentaire particulier qui exclut la consommation de tout produit d’origine animale et exigent de ne manger aucun aliment gras. Ils ne consomment ni viande, ni volailles, ni oeufs, ni fromages, ni lait et n’utilisent pas de graisse d’origine animale. Les Cathares consomment néanmoins du poisson car à une époque où les connaissances scientifiques concernant le monde animal sont encore très limitées, on croit que les poissons ne se reproduisent pas et ne sont donc pas des êtres vivants dotés d’une âme.

Les cathares se nourrissent principalement de légumes, de fruit, de pain, de poissons et de crustacés, ainsi que de légumineuses que constituent pois chiches, lentilles, pois etc… Ils veillent bien sûr à consommer le moins de gras possible et à ce qu’aucun produit d’origine animale ne soit présent dans leurs repas. Ainsi, les ustensiles de cuisine chez les habitants où se nourrissent les Parfaits (1), sont bien souvent lavés plus de cinq fois avant d’être utilisés et très souvent ils transportent avec eux leurs propres ustensiles de cuisine. La consommation de vin est par ailleurs autorisée mais coupée avec de l’eau. Les Cathares s’assignent aussi à un régime alimentaire austère, marqué par les temps de Carême, au nombre de trois et d’une durée de 40 jours chacun durant lesquels les Cathares, à la condition qu’ils soient en bonne santé, ne consomment que du pain et de l’eau.

Le respect à l’égard de la vie animale est primordial pour les cathares, tuer un animal est perçu comme un acte aussi grave que celui de tuer un homme. Ainsi, durant l’inquisition menée par l’église catholique et les seigneurs du Nord de la France, il n’est pas rare de demander à une personne suspectée d’hérésie de lui demander de tuer un poulet afin de savoir si oui ou non il s’agit d’un fidèle de la foi cathare.

Ainsi des témoignages de l’Inquisition font état d’un hérétique toulousain qui fut conduit au bûcher ayant refusé de tuer un coq, car « il ne voyait pas quelle faute avait commis ce coq pour qu’il soit condamné à mort ». Les Parfaits libèrent également les animaux pris au piège des chasseurs et laissent à la place une pièce de monnaie en signe de dédommagement.

Le sixième commandement ordonne, « Tu ne tueras point », ne spécifiant pas si cela concerne uniquement la vie humaine ou la vie animale, les Cathares faisant le choix de l’interpréter pour l’ensemble du vivant. »

Cette non-consommation de viande est directement tirée des écrits des Evangiles que les Cathares interprètent ici tel quel. Ainsi, dans l’Épître aux Romains, on peut lire: « Il est bon de ne pas manger de viande » on ne peut plus clair. De plus, le sixième commandement ordonne, « Tu ne tueras point », ne spécifiant pas si cela concerne uniquement la vie humaine ou la vie animale, les Cathares faisant le choix de l’interpréter pour l’ensemble du vivant.

Exemple le plus poussé d’un mode de vie végétalien durant l’époque médiévale, les Cathares et leur « hiérarchie » au travers des Parfaits respectaient plus que n’importe quelle autre religion chrétienne, le vivant. Cependant la croisade lancée à leur encontre en 1208 par l’Église Catholique et les seigneurs du Nord mettra un terme à la religion cathare et à l’indépendance du Languedoc annexé à la couronne de France en 1271. L’extermination des Cathares pris plus d’un siècle à se réaliser se terminant par l’immolation de Guilhem Bélibaste près de Carcassonne. Cela marqua la fin de l’âge d’or de la culture occitane, Toulouse étant alors la troisième ville la plus puissante d’Europe, et la disparition d’une religion certes ascète mais qui prônait la paix et la tolérance vivant en harmonie avec l’ensemble des êtres vivants.

Samuel TOURON

  • (1) Les Parfaits sont les Cathares ayant fait le choix de mener la vie la plus ascétique possible et de répandre les croyances cathares et le bien autour d’eux. Ils reçoivent le consolamentum au terme d’une initiation. Les Parfaits voyagent partout en couple qui peuvent être mixtes à travers le Sud de la France et vivent de l’aumône et de la charité des habitants.